Macron furieux que l'on ose parler de dérive dictatoriale

En présence de quelques journalistes dans l'avion qui le ramenait d'Israël, le petit marquis de l 'Elysée a piqué une grosse colère à propos de ceux qui osent parler de dictature en France

Le petit marquis de l 'Elysée a piqué une grosse colère en présence de quelques journalistes dans l'avion qui le ramenait d'Israël. Extraits rapportés par le Huffington post (https://www.huffingtonpost.fr/entry/emmanuel-macron-repond-a-ceux-qui-laccusent-de-passer-en-force_fr_5e2aa85cc5b67d8874afa777):

“Aujourd’hui s’est installée dans notre société, et de manière séditieuse, par des discours politiques extraordinairement coupables, l’idée que nous ne serions plus dans une démocratie. Qu’il y a une forme de dictature qui s’est installée”... “la dictature c’est un régime où une personne ou un clan décide des lois (...) où l’on ne change pas les dirigeants, jamais”.

“si la France c’est ça, essayez la dictature et vous verrez! La dictature, elle justifie la haine. La dictature, elle justifie la violence pour en sortir. Mais il y a en démocratie un principe fondamental: le respect de l’autre, l’interdiction de la violence, la haine à combattre”

Macron a partiellement raison. Même s'il a réduit les libertés individuelles (en particulier en mettant dans la loi ordinaire une bonne partie des restrictions préalablement associées à l'état d'urgence), même si la police française, dont les éléments les plus violents sont conscients de l'impunité dont ils bénéficieront quoiqu'ils fassent, se comporte de plus en plus comme celle d'une dictature, même si la France est pointée du doigt par plusieurs instances internationales pour ses dérives en matière des droits de l'homme comme en ce qui concerne la corruption (souvent liée à la dictature), la France n'est pas (encore) une dictature.

Mais les exemples choisis par le petit marquis sont maladroits :

La Véme république est en effet caractérisée par la concentration du pouvoir aux mains d'un seul homme servilement appuyé par un clan (particulièrement réduit pour Macron dont les députés godillots n'ont pas même obtenus les voix d'un cinquième des Français !).

Si les dirigeants changent en France, ce n'est plus le cas des politiques suivies par les gouvernants qui, du fait de la trahison du PS, ont été les mêmes depuis quinze ans...

Enfin, il me semble que le petit marquis n'a pas fait preuve de beaucoup de respect pour les Français depuis qu'il est à l'Elysée (les « gens qui ne sont rien » etc...). Quant à l'interdiction de la violence : qu'il en parle aux dizaines d'éborgnés et autres victimes de sa police !

Lla France n'est donc pas encore une dictature : elle en prend simplement le chemin.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.