enversetcontretous
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 mai 2020

Et si on parlait d'autre chose que de la chloroquine ?

Le stérile débat sur la chloroquine et l'HCQ détourne l'attention des Français des véritables questions qui se posent et dont la moindre n'est pas de savoir quelle société faudrait-il reconstruire au lendemain de la déconfiture.

enversetcontretous
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis médecin, spécialiste en santé publique, titulaire d'un diplôme d'épidémiologie (américain hélas mais j'espère que ce n'est pas trop grave) et je lis depuis le mois de mars, à raison de plusieurs heures par jour, tout ce qui se publie sur le COVID-19 dans les revues médicales de qualité (toutes en anglais, je le crains). Bon, bref, autant de raisons pour ne pas vous dire ce que je pense de l'HCQ car le débat national qui enflamme les réseaux sociaux ici ou aux USA n'est en vérité plus du tout scientifique. Je lis (assez vite je dois dire parce que je n'ai plus trop de temps) des billets qui décortiquent un tableau ou quelques lignes d'une publication scientifique pour démontrer ceci ou cela en faveur ou en défaveur du produit dont il est question dans la publication. Le problème, c'est que très souvent l'auteur du billet, s'il a lu l'article, savait déjà ce qu'il en pensait avant de commencer sa lecture. Il était pour ou il était contre le produit dont il est question (HCQ ou Remdesivir ou autre) avant de commencer sa lecture et il a parcouru le texte en recherchant un élément susceptible de conforter son opinion. Cela aboutit parfois à des contresens scientifiques amusants mais c'est surtout une attitude parfaitement contraire à celle qui doit être suivie. J'imagine que les juristes pourraient parler d'instruction à charge ou à décharge... Tout sauf une instruction.

Assez curieusement, ceux qui sont en France pour l'HCQ encensent le professeur Raoult dont ils pensent qu'il est un leader anti-système prêt à en découdre avec les multinationales mais ils détestent souvent Donald Trump. Lequel adore pourtant lui aussi l'HCQ et est considéré par nombre d'Américains comme le leader anti-establishment aux USA. J'aimerais avoir l'avis de psychologues, de sociologues, d'ethnologues ou d'autres spécialistes du sujet sur ces phénomènes à la fois parallèles et opposés mais bon, là n'est pas mon propos.

Mon propos, c'est de dire que cette véritable guerre civile (certes jusqu'à aujourd'hui limitée aux invectives) qui se déroule entre Français séparés en deux camps haineux par une molécule est une stupidité qui détourne bien du monde de sujets beaucoup plus importants : quid des caractéristiques de la transmission du virus qui dépendent étroitement des comportements humains et auxquelles bien peu de recherches sont consacrées (contre 800 essais cliniques en cours sur des molécules diverses) ? Quid de l'organisation sanitaire qui a abouti au désastre ? Quid de cette société qui ghettoïse ses aînés dans des institutions qui comptent pour près de la moitié des morts ? Quid des restrictions de liberté qui perdurent ? Quid de la justification d'une limite de déplacement de 100 km qui ne tient aucun compte de la situation épidémiologique des régions ? Quid de l'infantilisation massive des citoyens de ce pays ? Quid de la lâcheté d'un parlement qui s'est dépourvu volontairement de tout contrôle du pouvoir ? Quid des conditions dans lesquelles doivent être soutenues avec l'argent des contribuables les multinationales championnes de l'optimisation fiscale ? Quid de la société à venir qui ne devrait peut-être pas être tout à fait la même que celle d'hier ? Cette liste n'est pas exhaustive...

Les Français adorent les débats qui leur rappellent l'affaire Dreyfus et c'est tout à leur honneur de s'être déchirés jadis sur cette injustice qui révélait un antisémitisme féroce enraciné dans la société européenne. Mais l'HCQ n'est pas l'affaire Dreyfus et aucun camp ne convaincra l'autre. Alors, si les citoyens de ce pays renonçaient pour une fois à leur appétence du débat pour le débat et s'ils laissaient les spécialistes en débattre pour ce concentrer, eux, sur les sujets les plus importants ?

En fait, le débat stérile sur l'HCQ doit, j'imagine, satisfaire le gouvernement de ce pays car tant que les gens sont focalisés sur ce point ils ne s'occupent pas des choses essentielles.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci
Journal — Maghreb
En Libye, l’impasse politique provoque la colère sociale
Un an et demi après le cessez-le-feu, le pays est bloqué, à nouveau divisé entre le camp du maréchal Haftar, à l’est, et le gouvernement reconnu par l’ONU, à l’ouest. À l’instabilité politique s’ajoute une crise sociale alarmante.
par Ariane Lavrilleux
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum