Macron invente la machine à confinement perpétuel

Pour mettre fin au confinement, M. Macron a fixé l'objectif de descendre de 40.000 à 5.000 cas détectés par jour. Mais dans le même temps, en souhaitant multiplier la capacité de tests, il va conduire à l'augmentation du nombre de cas détectés. Cela aura-t-il une fin ?

On a déjà analysé dans un précédent billet et approfondi dans un autre que le nombre de cas (que les grands médias, ainsi que le Président de la République ce soir, appellent souvent à tort "nombre de contaminations"), n'est pas un indicateur valable pour mesurer l'évolution de l'épidémie. Un autre billet viendra l'illustrer sous un autre angle.

On peut artificiellement faire monter ou baisser le nombre de cas en augmentant ou en diminuant le nombre quotidien de tests effectués.

Si l'on rétablissait ce soir l'obligation d'avoir une ordonnance pour faire un test, le nombre de tests s'effondrerait subitement et le nombre de cas chuterait demain, sans doute à moins de 1000 cas. Si au contraire, cette nuit on multiplie par 10 la capacité de tests et que demain le nombre de tests effectués est multiplié par 10, on a des chances de trouver 300.000 ou 500.000 cas positifs demain !

Et dans aucun des deux cas, cela ne nous aura renseigné sur l'évolution de l'épidémie.

Ce critère qu'impose Emmanuel Macron est donc parfaitement absurde.

Le fait qu'il indique vouloir augmenter le nombre de tests pourra faire durer le confinement des mois, voire des années. En effet, si le virus s'installe en "bruit de fond", il y aura toujours quelques centaines de milliers de personnes porteuses du virus, et en faisant suffisamment de tests, on en trouvera toujours plus de 5000 par jour...

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.