Eric Berr
Membre du collectif des Economistes atterrés, Enseignant-chercheur à l'Université de Bordeaux
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 nov. 2021

De quoi avons-nous vraiment besoin ?

Au moment où la COP 26 accouche de mesures timides au regard des enjeux en cours, le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.

Eric Berr
Membre du collectif des Economistes atterrés, Enseignant-chercheur à l'Université de Bordeaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les Économistes atterrés viennent de publier un ouvrage qui s’intitule « De quoi avons-nous vraiment besoin ? ». Fruit d’un travail collectif – nous sommes 19 auteurs à y avoir contribué –, nous y débattons de la question des besoins sociaux, question qu’il est indispensable de mettre au cœur des débats que nous avons à mener.

Au moment où la COP, qui en est pourtant à sa 26ème édition, a une nouvelle fois accouché de mesures timides au regard des enjeux en cours, ce livre ouvre un débat pour le monde d’après, pour penser la bifurcation sociale et écologique urgente et incontournable. En partant de ce qui compte, de ce dont nous avons vraiment besoin, nous renversons la logique qui prévaut habituellement et réaffirmons qu’il convient de sortir d’une forme « d’économisme » où la satisfaction de nos besoins essentiels dépendrait de supposées lois économiques immuables. Dans ce livre, nous montrons au contraire que l’économie doit être subordonnée aux exigences sociales et écologiques de notre temps. Elle n’est qu’un moyen au service d’objectifs qui la dépassent.

A ce titre, nous faisons le pari que le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin sera une question au centre des débats à venir au sein de la société. Ce choix devrait d’ailleurs être au cœur de la campagne présidentielle à venir.

Les besoins tels qu’ils sont habituellement exprimés structurent nos 5 premiers chapitres : « se nourrir » ; « se soigner » ; « s’éduquer » ; « faire culture » ; « se loger et se déplacer ». Mais dans notre livre, nous dépassons la vision traditionnelle qui en fait de simples besoins matériels. Ces besoins n’étant pas satisfaits de la même manière partout dans le monde, ils sont liés aux modes de vie, à la culture et donc aux institutions sociales qui fondent le « vivre ensemble » que nous abordons dans notre dernier chapitre, sans oublier les contraintes de domination d’une classe sur les autres.

Par exemple, produisons-nous la même chose lorsqu’un service de santé résulte d’une organisation privée et à but lucratif, gouvernée par des objectifs quantitatifs abstraits et soumise à une logique industrielle basée sur la rentabilité économique à court terme, ou lorsque celui-ci est produit par des hôpitaux publics ou des maisons de santé de proximité, administrés par les soignants en lien avec les usagers ?

On le voit, ce sont donc des choix politiques qui conduisent à satisfaire tel besoin plutôt qu’un autre, à choisir la manière de les satisfaire ainsi que les personnes et les classes qui les verront convenablement satisfaits.

La période néolibérale, qui s’inscrit dans un capitalisme de plus en plus financiarisé, en accroissant fortement les inégalités, a clairement favorisé les classes sociales les plus aisées au détriment des classes populaires. La question du vivre ensemble telle que nous la posons est porteuse d’espoir. Elle est aux antipodes des délires identitaires et racistes actuels.

Sortir de la logique mortifère actuelle suppose de redéfinir nos modes de production, question que nous abordons dans les chapitres « produire ensemble » et « travailler ensemble ».

Changer notre modèle productif passe en particulier par l’introduction de plus de démocratie dans les entreprises ; par la relocalisation, à chaque fois que c’est possible, d’une production industrielle plus sobre en technologie, intégrant dans un même lieu la majorité du processus de production pour une consommation sur le territoire ; cela passe aussi par le développement de modèles productifs coopératifs (comme les sociétés coopératives et participatives (SCOP) par exemple).

Mais il convient aussi de revaloriser le travail, malmené par le néolibéralisme et menacé par la révolution du numérique, ce qui passe par la réduction du temps de travail pour réduire le chômage et accroître la qualité des emplois et celle du travail, le tout en lien avec l’objectif écologique ; cela passe aussi par la garantie de l’emploi par la collectivité pour répondre à des besoins non satisfaits.

A l’occasion de la crise sanitaire, les inégalités de classe sont apparues de manière encore plus flagrante avec les « premiers de corvée » sans qui tout se serait effondré. C’est pour cela que la question des inégalités est centrale.

Au final, deux conclusions s’imposent : il est tout d’abord important de noter que transition écologique et baisse des inégalités sont indissociables. Les considérations environnementales ne peuvent être traitées séparément des questions sociales ; mais il est aussi important de répéter que c’est par la coopération, et non par la concurrence, que nous pourrons satisfaire ces véritables besoins et construire une réelle alternative sociale et écologique au capitalisme néolibéral actuel.

Source: d'après https://www.lacledesondes.fr/article/renverser-le-systeme-economique-et-si-on-partait-des-besoins-de-la-societe.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze