Eric Berr
Membre du collectif des Economistes atterrés, Enseignant-chercheur à l'Université de Bordeaux
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 août 2018

Grèce : le monde parallèle de Pierre Moscovici

Pierre Moscovici était l’invité de la matinale de France inter le 20 août dernier. Il a pu ainsi nous apprendre que la Grèce était sortie d’affaire. N’hésitant pas à clamer que c’était « un jour historique pour la Grèce », que celle-ci pouvait désormais « marcher seule sur ses deux pieds », il nous a en fait fourni les preuves qu’il vivait bien dans un monde parallèle.

Eric Berr
Membre du collectif des Economistes atterrés, Enseignant-chercheur à l'Université de Bordeaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pierre Moscovici était l’invité de la matinale de France inter le 20 août dernier. Le Commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, à la fiscalité et à l’union douanière a pu ainsi nous apprendre que la Grèce, après presque de dix années de crise, était sortie d’affaire, ou était du moins en passe de l’être. N’hésitant pas à clamer que c’était « un jour historique pour la Grèce », que celle-ci pouvait désormais « marcher seule sur ses deux pieds » grâce à l’assistance financière fournie par ses partenaires européens, « fruit d’une solidarité » certes difficile mais réelle, il nous a en fait fourni les preuves qu’il vivait bien dans un monde parallèle.

Suite à l’«aide » fournie par ses « partenaires », la situation de la Grèce est pourtant loin de faire rêver. Tandis que l’objectif avoué était de désendetter la Grèce, 90% des sommes prêtées lors des deux premiers « plans de sauvetage » – en 2010 et en 2012, qui représentent au total 240 milliards d’euros – vont servir à rembourser ses principaux créanciers privés – principalement des banques allemandes et françaises – afin de leur permettre de s’extraire d’une situation délicate dont ils sont pourtant en partie responsables. Car, contrairement au discours abondamment relayé par la désormais célèbre Troïka – Commission européenne, BCE et FMI –, la dette grecque n’est pas le fruit de dépenses publiques trop élevées puisque celles-ci sont en effet inférieures à celles des autres pays membres de la zone euro, à l’exception des dépenses dans le domaine de la défense – la Grèce y consacre 3% de son PIB contre 1,4% en moyenne pour les pays de la zone euro[1]. Elle est plutôt le résultat des taux d’intérêt élevés qui lui ont été appliqués, d’un manque à gagner fiscal dû à la fuite illicite des capitaux ou encore de la recapitalisation par l’État des banques privées touchées par la crise.

Après trois « plans de sauvetage » qui ont condamné la Grèce à l’austérité perpétuelle, le bilan est sans appel. Le PIB de la Grèce a baissé de 25 % depuis 2008 tandis que les salaires et les pensions de retraite ont diminué de 40 %, tout comme les dépenses de santé et d’éducation. Le système de santé public a ainsi vu ses effectifs amputés de 60 % tandis que la moitié des établissements scolaires fermaient leurs portes[2]. Le taux de chômage reste au-dessus des 20% même s’il a légèrement diminué depuis 2014. Près de 40 % de la population vit à la limite de la pauvreté ou de l’exclusion sociale[3]. Le taux de suicide a cru de plus de 40% entre 2009 et 2016. Quant à la dette publique, que les politiques imposées par la Troïka étaient supposées réduire, elle est passée de 110 % du PIB en 2008 à… 180 % aujourd’hui.

Il est dès lors difficile de partager l’optimisme de Pierre Moscovici, a fortiori quand, dans un pays de 10 millions d’habitants, 500 000 jeunes de 20 à 30 ans l’ont quitté depuis 2008… Mais rien n’arrête l’indécence de notre Commissaire européen, qui fustige « l’inconséquence et la démagogie de [Yannis] Varoufakis » – l’éphémère ministre des finances grec en 2015 qui osa s’élever contre l’inanité et l’inefficacité des politiques d’austérité – et les « mesures irresponsables » qu’il proposait alors, qui se résumaient à sortir de la logique mortifère de l’austérité. A moins qu’il ne règle ses comptes avec celui qui l’avait dépeint comme faible et opportuniste[4]

Mais Pierre Moscovici a un grand cœur et, s’il salue la « mission réussie » de l’Union européenne, il milite pour que des mesures sociales soient prises. Petit bémol, celles-ci devront être prises dans le cadre (le carcan ?) de la « surveillance renforcée » que l’Union européenne et le FMI vont exercer afin de voir si la Grèce respecte bien ses engagements à poursuivre l’application de mesures qui ont montré toute leur inefficacité, ce que notre Commissaire européen, jamais à cours d’euphémisme, qualifie de « solidarité bienveillante ».

La Grèce ne va malheureusement pas « marcher seule sur ses deux pieds » mais plutôt sur ses deux moignons.

[1] Voir le Rapport de la Commission pour la vérité sur la dette publique grecque, La vérité sur la dette grecque, Paris, Les Liens qui Libèrent, 2015, p. 41-42. Partisans de la baisse des dépenses publiques, les « partenaires » de la Grèce ont pourtant conditionné le premier « plan de sauvetage » de 2010 à la confirmation de commandes en suspens de matériels militaires…

[2] Voir Marie-Laure Coulmin Koutsaftis (Sous la direction de), Les Grecs contre l’austérité. Il était une fois la crise de la dette, Montreuil, Le Temps des Cerises, 2015, p. 72-76.

[3] Voir Yannis Varoufakis, Conversations entre adultes. Dans les coulisses secrètes de l’Europe, Paris, Les Liens qui Libèrent, 2017, p. 136.

[4] Voir Yannis Varoufakis, Conversations entre adultes. Dans les coulisses secrètes de l’Europe, Paris, Les Liens qui Libèrent, 2017, p. 264-265.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Dans les Ehpad du groupe Orpea, des CDI introuvables
D’après nos informations, des recrues du groupe privé de maisons de retraite doivent, en France, se contenter de signer des CDD au motif qu’il s’agirait de remplacer des salariés en CDI. Or, dans bien des cas, ces salariés n’existeraient pas. Le groupe dément toute irrégularité, assurant qu’« il n’y a jamais eu d’emploi fictif au sein de l’entreprise ».
par Leïla Miñano avec Benoit Drevet (Investigate Europe)
Journal
Quand le comité d’éthique de France TV prend le parti de Korian
Fin 2020, France 3 a diffusé un documentaire sur les morts du Covid dans les Ehpad qui a déplu au groupe privé Korian. Celui-ci a notamment saisi le comité d’éthique de France Télévisions. Une instance présidée par Christine Albanel qui a jugé « à charge » le travail, pourtant approfondi, des journalistes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal — Droite
Le député Guillaume Peltier visé par une enquête
Le parquet de Blois a annoncé, lundi 24 janvier, l’ouverture d’une enquête préliminaire à la suite des révélations de Mediapart sur l’utilisation des fonds publics du député Guillaume Peltier, porte-parole de la campagne d’Éric Zemmour.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77