Du harcèlement au travail

Il m'aura fallu des années pour le dire, en séances de psychothérapie analytique. Oui, j'ai été victime pendant deux ou trois ans, les dernières années, vers le milieu des années 90, de harcèlement ( physique, moral et psychologique) au travail, dans une société de marketing direct, basée à Créteil et qui n'existe plus depuis vingt ans. Le harcèlement ne venait pas du patron ou des cadres ...

L'homme qui entendait des voix, récit . Eric Dubois. Editions Unicité, 2019. Illustration de couverture : © Jacques Cauda. - DR L'homme qui entendait des voix, récit . Eric Dubois. Editions Unicité, 2019. Illustration de couverture : © Jacques Cauda. - DR

 

 

 

 

Il m'aura fallu des années pour le dire, en séances de psychothérapie analytique. Oui, j'ai été victime pendant deux ou trois ans, les dernières années de ma vie professionnelle, vers le milieu des années 90, de harcèlement ( physique, moral et psychologique) au travail, dans une société de marketing direct, basée à Créteil et qui n'existe plus depuis vingt ans. Le harcèlement ne venait pas du patron ou des cadres mais de chefs d'équipe et de collègues qui touchaient le même salaire que moi, tout cela devant de nombreux témoins, travaillant dans la même société et dans les autres sociétés du groupe d'entreprises, qui étaient muets, impassibles, qui regardaient sans réagir, complices. C'est ce que je relate dans mon récit "L'homme qui entendait des voix" paru en avril 2019 chez Unicité et qui parle aussi de ma maladie, la schizophrénie, qui s'est déclenchée deux ans plus tard. J'ai eu le courage d'écrire ce texte, qui hélas ne rencontre pas le grand public car publié par une petite maison d'édition distribuée par un petit diffuseur et qu'on ne trouve pas ou peu en librairies traditionnelles. J'avais déjà publié une première version en 2017 sur le site de La Cause Littéraire, que j'ai fait supprimer l'année de la parution du livre. J'avais employé la troisième personne du singulier comme pour me masquer. Ce texte avait été lu par des milliers d'internautes. Mais parlons du harcèlement plus précisément dont j'ai fait l'objet, mes "amis" ont pratiqué le bizutage intempestif, sous forme de "blagues" humiliantes, des exemples, parmi d'autres, extraits de mon livre :

"Ils pouvaient chaparder ma carte d'identité, momentanément, en y inscrivant "Petite bite", cacher mon sac à dos dans les buissons du parking de la boîte, à l'extérieur, me scotcher dans l'entrepôt, avec du gros ruban adhésif, qu'on emploie dans les entreprises, pour emballer des paquets, sur un plateau tournant, qui filme les palettes. " 

 

 

Étrangement avec la description d'un personnage important dans les faits, ce n'est que quelques lignes, une dizaine qui évoque ces événements répétitifs. Les images comme des flashs, l'émotion d'alors qui me paralysait dans une sorte d'hébétude impuissante, me reviennent toujours à l'esprit, depuis vingt-cinq ans, malgré le désir de les chasser. Cela revient toujours. Que faire ? C'est si loin dans le temps. Il y a peut-être prescription, j'avoue que je n'ai pas cherché à dénoncer nommément les gens, en question, à donner force détails. Et je n'ai pas envie de briser la vie de familles. Il m'est toujours difficile d'exprimer davantage à ce sujet, pour moi qui suis devenu écrivain, les mots me manquent toujours, je suis parvenu quand même parvenu à évoquer cela dans un livre qui par ailleurs se veut positif dont le thème principal est quand même la maladie psychique. 

Peut-être est-il trop tard ? 

 

 

 

ERIC DUBOIS 

 

NB : "L'homme qui entendait des voix" Eric Dubois. Editions Unicité, 2019. Prix : 13 €

On peut le commander en librairies, sur le site de l'éditeur http://www.editions-unicite.fr/auteurs/DUBOIS-Eric/l-homme-qui-entendait-des-voix/index.php, sur les sites marchands qui proposent des livres  comme Fnac.com, Chapitre, Amazon pour ne pas le nommer, Place des Libraires, Lalibrairie.com etc.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.