Eric Fassin
Enseignant-chercheur, sociologue
Abonné·e de Mediapart

174 Billets

6 Éditions

Billet de blog 4 août 2014

L'antisémitisme "pour la bonne cause"

À en croire Alain Finkielkraut, Élisabeth Lévy ou Éric Zemmour, la haine des Juifs et la haine de la France ne feraient qu’un. Pourtant, les mêmes savent parfois se montrer tolérants vis-à-vis de l’antisémitisme d’un Renaud Camus, mais aussi d’un Dieudonné ou d’un Alain Soral. Au risque d’en reprendre à leur compte la logique.

Eric Fassin
Enseignant-chercheur, sociologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Des manifestations de soutien aux victimes de Gaza sont interdites à Paris tandis que le président de la République affiche un soutien unilatéral à la politique israélienne. Qui veut « importer le conflit » ? En privilégiant le combat contre l’antisémitisme, ne risque-t-on pas en effet de donner aux Français « issus de l’immigration » ou musulmans le sentiment qu’il y aurait « deux poids, deux mesures » ? Opposant « l’intelligence de la guerre » à « l’émotion » d’une « civilisation de l’image », Alain Finkielkraut répond au Figaro le 26 juillet : « Je crois au contraire qu’au nom de la lutte contre l’islamophobie on sous-estime systématiquement la haine dont les Juifs et la France font l’objet dans toujours plus de territoires de la République. » C’est à son tour mettre en concurrence les antiracismes.

Le péril antisémite aveuglerait-il l’académicien à toute autre considération ? Ce n’était pourtant pas le cas en 2000 : lors de « l’affaire Camus », il prenait fait et cause pour l’écrivain et contre « la France grégaire ». Renaud Camus déplorait dans son journal la surreprésentation des Juifs sur France-Culture. Or le philosophe n’y lisait qu’une « mélancolie barrésienne » ; c’est le scandale qui l’indignait : « depuis qu’il s’enchante de penser si bien, ce pays fait peur. » L’emportait sans doute sa proximité idéologique avec le contempteur du « Grand remplacement » des populations « de souche » : l’identité nationale reléguait au second plan l’antisémitisme.

Cette paradoxale relativisation est d’actualité. En pleine « affaire Dieudonné », début 2014, Élisabeth Lévy (auteure d’un dialogue avec Robert Ménard intitulé : Les Français sont-ils antisémites ?) décrète dans Causeur que le spectacle de l’humoriste est « dans les clous » (« autant l’avouer, je me suis plutôt amusée »), avant de l’interviewer avec des ménagements inhabituels (« Vous ne croyez pas à l’authenticité du génocide juif? – Je ne suis pas du tout spécialisé dans ces choses-là ! »), puis d’y revenir sur la Radio de la Communauté Juive, en toute bonne entente, avec Alain Finkielkraut.

Pourquoi tant d’indulgence ? La journaliste pardonne beaucoup à l’auteur d’un « sketch où deux mariés pour tous se voient proposer toutes sortes d’enfants (tous âges et tous usages) par un maquignon africain qui conclut en leur disant : “Ici, on n’est pas homophobes, non pas du tout, on est homovores!” C’est trash et réjouissant, sans fiel ni ressentiment. » On retrouve une semblable alliance de circonstance quand le chroniqueur Éric Zemmour reprend à son compte les attaques contre « la-théorie-du-genre » d’Égalité & réconciliation, le site où Alain Soral promeut la « quenelle » que Dieudonné veut « glisser dans le fond du fion du sionisme », il s’en justifie : « J’ai des désaccords avec lui, j’ai des accords avec lui. De Gaulle, il s’est allié aux communistes pour chasser les Allemands. » Bref, Paris vaut bien une messe.

Reste à savoir jusqu’où peut entraîner ce « pragmatisme ». C’est déjà une chose de fermer les yeux sur l’antisémitisme de ses alliés du jour, tout en dénonçant l’aveuglement de ses adversaires ; c’en est encore une autre de se laisser gagner par cette idéologie. Le 5 juillet, le même Éric Zemmour prédit (à tort !) la défaite de l’équipe allemande en Coupe du Monde : « l’Allemagne, elle gagnait quand y avait que des dolichocéphales blonds. » Il emprunte ici le vocabulaire d’un Vacher de Lapouge dans L’Aryen, publié en 1899, en pleine affaire Dreyfus, dont le racisme scientifique allait nourrir l’antisémitisme nazi.

Tel est le prix à payer pour des complaisances coupables à l’occasion d’alliances contre-nature. Ainsi, à force de défendre la France « de souche », Alain Finkielkraut a fini par retourner l’argument contre lui-même. Le 15 octobre dernier, sur France Inter, il s’indigne que des Français issus de l’immigration se sentent autorisés à déclarer : « “je suis français autant que vous”. Or moi », poursuit le futur immortel, « je suis évidemment français, mais je ne suis pas tout à fait français, bien que né en France, de la même manière qu’un Français qu’on n’ose plus dire “de souche”. » Que ne dirait-on si pareil argument sortait de la bouche d’un antidreyfusard patenté ? L’antisémitisme serait-il tolérable à condition d’être au service de la « bonne cause » ?

_____________________________

Cette chronique a paru dans Libération le 2 août 2014 sous un titre un peu raccourci par la rédaction : "Antisémite pour la bonne cause".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en EREA, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi