Eric Fassin

Enseignant-chercheur, sociologue

Sa biographie
Professeur à l'université Paris-8 (Vincennes - Saint-Denis), département de science politique et département d'études de genre. Chercheur au Laboratoire d'études de genre et de sexualité (LEGS, CNRS - Paris 8 - Paris Ouest). CV : http://legs.cnrs.fr/spip.php?article195
Son blog
837 abonnés Identités politiques
Ses éditions
1 / 6
Voir tous
  • Les faux dévots de la laïcité: islamophobie et racisme anti-musulmans

    Par
    9 décembre, journée de la laïcité. 10 décembre, journée contre l’islamophobie. Quel rapport entre les deux ? Dans un État laïque, aucun. Mais la « nouvelle laïcité » est obsédée par l’islam; elle n’est donc pas laïque. Ceux qui n’ont que le mot laïcité à la bouche, mais qui n’ont que l’islam en tête, ne doivent plus être qualifiés de «laïcards»; en réalité, ce sont de faux dévots de la laïcité.
  • Racisme d’État (2/2): politiques de l’antiracisme

    Par
    Dans un pays qui n’a jamais interdit le Front national, le gouvernement va-t-il avec le soutien de la classe politique bannir le vocabulaire qui permet de mettre des mots sur la responsabilté des pouvoirs publics? On peut discuter les avantages et inconvénients de parler de "racisme d'État". Il n'en reste pas moins que la racialisation de la société doit beaucoup à des politiques de racialisation.
  • Racisme d’État (1/2): un nouveau «front républicain»

    Par
    Le 21 novembre 2017, le front républicain est mort en direct à l’Assemblée nationale. Un nouveau front républicain s’est formé quand les députés ont ovationné debout le ministre de l’Éducation nationale : celui-ci a fait l’unanimité, ou presque, non plus au nom de l’antiracisme pour faire barrage à l’extrême droite, mais avec le Front national, contre un syndicat qui combat le « racisme d’État ».
  • «Plus de démocratie»: la Catalogne, l’Espagne et l’Europe

    Par
    Pour le Premier ministre espagnol, « le référendum d’auto-détermination en Catalogne n’a pas eu lieu »: le déni de la réalité va de pair avec le déni de démocratie. Le double événement du 1er octobre, référendum pacifique et répression sanglante, renvoie donc à un enjeu proprement démocratique. Mariano Rajoy ne saurait reconnaître qu’on vient d’assister à un véritable « coup d’État démocratique ».
  • Macron, néolibéral illibéral

    Par
    Emmanuel Macron avait inscrit sa campagne dans la filiation d’un néolibéralisme à visage libéral incarné jadis par Blair et Zapatero et naguère par Merkel. Or il est devenu un président illibéral. Son présidentialisme absolu s'accompagne d'un traitement autoritaire des migrants, des militants solidaires, des quartiers, et demain de la rue? Le ton policé ne parvient plus à masquer le fond policier.
Voir tous