Eric Fassin

Enseignant-chercheur, sociologue

Sa biographie
Professeur à l'université Paris-8 (Vincennes - Saint-Denis), département de science politique et département d'études de genre. Chercheur au Laboratoire d'études de genre et de sexualité (LEGS, CNRS - Paris 8 - Paris Ouest). CV : http://legs.cnrs.fr/spip.php?article195
Son blog
952 abonnés Identités politiques
Ses éditions
1 / 6
Voir tous
  • Qui «annule» qui? Contextualiser la polémique contre la «cancel culture»

    Par
    La «culture de l’annulation», c’est, trente ans après la polémique sur le «politiquement correct», la même complainte sur la «tyrannie des minorités» et le «maccarthysme de gauche»: on ne peut plus rien dire! Or les «annulés» restent bien présents. Censure? Pour interdire, il faut en avoir le pouvoir. Reste l’arme du discrédit: nommer pour faire honte, c'est la politique minoritaire du hashtag.
  • Antiracisme: la France d'après est dans la rue

    Par
    En France, le président engage aujourd'hui le combat, non pas contre le racisme, mais contre l’antiracisme. Autant dire qu'il ne suffit pas d’invoquer la République comme un mantra pour mener une politique républicaine. De fait, si la République est vivante aujourd’hui, c’est dans la rue, pour réclamer «justice et vérité»; elle se mobilise au nom de l’égalité, «sans distinction de race».
  • L'espoir contre la peur. L'antiracisme face au président de la République

    Par
    «Si vous êtes fatigués de nous entendre parler de racisme, imaginez comment on est fatigués de le vivre!» Dans la manifestation du 13 juin contre les violences policières et le racisme, cette pancarte dit tout. Mais pour le président, le problème urgent, ce sont, non pas ces pratiques racistes, mais celles et ceux qui les dénoncent. Contre l’espoir antiraciste, c’est prendre le parti de la peur.
  • La fin de l’exception raciale

    Par
    Samedi 13 juin, c’est place de la République que commencera une marche pour la vérité et la justice face au racisme et aux violences policières. Quel sens voulons-nous donner aujourd’hui au mot République? Le temps est-il venu d’assumer que l’universalisme ne souffre pas d’exceptions? La République est-elle une singularité nationale, ou doit-elle s’inscrire dans une logique démocratique commune?
  • Économie ou société. Généalogie xénophobe d’une alternative néolibérale

    Par
    La Bourse ou la vie ? Aujourd’hui, il ne suffit pas de renverser les discours néolibéraux, qu’ils privilégient les exigences de l’économie au détriment de la santé, ou qu’ils revendiquent un juste milieu entre les deux. Il faut aussi interroger ce partage. Comment en est-on venu à accepter comme une évidence l’idée que le social est extérieur à l’économie, comme le cœur est étranger à la raison?
Voir tous