La savante et le politique. Défense et illustration des libertés académiques

Les savoirs critiques sont aujourd’hui menacés. Or en France les attaques politiques sont relayées dans le monde universitaire - paradoxalement au nom de la « neutralité axiologique » ou de « l'autonomie ». Mais les savoirs ne sont jamais hors du monde ; ils sont situés. C'est la leçon des épistémologies féministes : la savante est politique. Tel est l’objet de notre colloque en ligne du 7 au 10 juin.

Un peu partout dans le monde, les savoirs critiques sont aujourd’hui menacés – du Brésil à la Turquie, de la Pologne et de la Hongrie au Royaume-Uni ou à la France. C’est vrai dans le domaine des humanités, et tout particulièrement des sciences sociales.

La menace est double : d’une part, les politiques néolibérales exercent une pression de plus en plus forte sur les conditions matérielles de l’enseignement et de la recherche ; d’autre part, les politiques autoritaires s’en prennent ouvertement aux savoirs critiques pour les délégitimer, les marginaliser voire les censurer.

En France, la réaction idéologique se déchaîne aujourd’hui contre les études sur la race, le genre et l’intersectionnalité, mais aussi contre les études postcoloniales et décoloniales, toutes regroupées sous le label polémique « islamo-gauchisme ».

Ces logiques économiques et politiques convergent pour mettre en danger l’exercice des libertés académiques, l’auto-censure redoublant les effets de la censure.

Pourtant, de telles offensives peuvent être lancées au nom de la liberté d’expression que menaceraient les savoirs critiques en imposant le « politiquement correct ». « Maccarthysme de gauche » et « tyrannie des minorités », « culture woke » et « cancel culture » : les discours majoritaires seraient réduits au silence par les contre-discours minoritaires, dans les universités comme dans les arts et plus généralement dans la culture. C’est nier que, pour censurer, il faut en avoir le pouvoir. 

Pareille inversion rhétorique redouble : si les campagnes contre la (supposée) « idéologie du genre » se réclament d’ordinaire du « sens commun » contre la « théorie », ce n’en est pas moins au nom de la science que sont en même temps récusés les savoirs critiques, taxés d’idéologie : on leur reproche de confondre le savant et le politique.

Le conservatisme se drape ainsi dans la neutralité axiologique, en opposant l’autonomie du champ scientifique à la politisation des savoirs.

Troisième renversement : c’est au nom de l’universalisme que sont récusés les savoirs critiques, comme si les questions minoritaires se réduisaient à des revendications identitaires, renvoyées au communautarisme voire au séparatisme, alors qu’elles parlent des formes de domination – et donc de la liberté et de l’égalité, valeurs universalistes.

Notre colloque sur « la savante et le politique » est une réponse à ces offensives, le féminin évoquant en un clin d’œil les tentatives d’interdire l’écriture inclusive.

Il se met en place depuis la France, où ces campagnes s’inscrivent à rebours d’une tradition de pensée critique qui a résonné bien au-delà de ses frontières, depuis l’enseignement supérieur et la recherche, où les libertés académiques sont en jeu, et depuis les études de genre, qui sont particulièrement visées. Mais ce triple point de vue doit être compris comme un point de départ : à partir de la France, analyser les logiques à l’œuvre dans de nombreux pays, à partir de l’université, comprendre les politiques néolibérales et autoritaires, et à partir des études de genre, étudier l’offensive contre l’ensemble des savoirs critiques. 

Si la représentation du monde social est l’enjeu politique par excellence, alors, les sciences sociales sont inévitablement politiques. Contre l’illusion de la neutralité axiologique, attribuée de manière trompeuse à Max Weber, notre colloque s’inscrit donc dans le courant des épistémologies féministes : les savoirs ne sont jamais hors du monde ; ils sont situés, et doivent donc se penser comme tels. Cette objectivation n’a donc rien à voir avec quelque neutralisation. Nous réfléchirons aussi à la définition de l’autonomie scientifique.

D’une part en effet, il est urgent de protéger les libertés académiques menacées par les pressions politiques ; d’autre part, il n’est pas moins nécessaire de nous laisser interpeller, voire bousculer par les mouvements qui traversent la société. C’est la ligne de crête qui définit notre travail et que nous nous emploierons à préciser.

Notre pari est nourri de l’expérience historique et toujours actuelle des liens et des circulations entre les mouvements féministes et LGBTQI et les études de genre et de sexualité. Cette ouverture au monde social est la condition de la compréhension de celui-ci.

C’est pourquoi notre réflexion ne s’arrête pas au périmètre universitaire : il s’agit en retour de penser nos sociétés dans leur ensemble. L’anti-intellectualisme qui sous-tend les offensives contre les libertés académiques nous invite donc à revendiquer la valeur politique du travail intellectuel pour penser ce qui nous arrive – à partir du champ scientifique, mais bien au-delà. Les savoirs critiques ne sont pas en surplomb de la société ; qu’on le veuille ou non, ils sont dans le monde. C’est à partir de notre position dans la société que nous pouvons prendre celle-ci pour objet.

Ainsi, loin d’opposer le savant et le politique, il s’agit de l’affirmer avec force : la savante est politique.

PROGRAMME ci-dessous et sur le site du Laboratoire d'études de genre et de sexualité:

https://legs.cnrs.fr/la-savante-et-le-politique/

Pour participer, il faut se pré-inscrire ici (un lien de connexion sera envoyé):

https://zoom.us/meeting/register/tJYlc-qvrTouH9J9xU3ncdRxcDw3jw25oQj2

NOTA BENE : le colloque sera enregistré ; l'enregistrement sera ensuite mis en ligne sur le site du LEGS.

Lundi 7 juin, 16h-18h : Les savoirs critiques, malgré tout

Caroline Ibos (Rennes 2, LEGS), La haine du genre, dans tous ses États

Éric Fassin (Paris 8, LEGS), Une autonomie très politique

Mardi 8 juin, 14h15-18h – Feu (sur) les libertés académiques

14h15-16h: L’anti-intellectualisme, menace globale 

Table ronde animée par Sara Garbagnoli (LEGS)

Sonia Corrêa (Sexuality Policy Watch)– Zeynep Gambetti (Bogazici University), Nadia Marzouki (CERI, CNRS), David Paternotte (ULB).

16h15-18h : La French touch de la répression

Table ronde animée par Marion Tillous (Paris 8, LEGS)

Audrey Célestine (UDL), Sandra Laugier (Paris 1, ISJPS), Philippe Marlière (UCL), Mame-Fatou Niang (CMU).

Mercredi 9 juin, 14h15-18h – Pour en finir avec la « neutralité axiologique »

14h15-16h Le corps des savoirs et le genre des sciences sociales

Table ronde animée par Marta Segarra (LEGS, CNRS)

Rachele Borghi (Sorbonne Université), Karine Espineira (LEGS), Delphine Gardey (Université de Genève), Nassira Hedjerassi (Sorbonne Université, LEGS) 

16h15-18h: Le corps des représentations : les arts, les langues et les lettres

Table ronde animée par Fabienne Brugère (Paris 8, LEGS)

Mehdi Derfoufi (Paris 8, LEGS), Kaoutar Harchi (Cerlis), Gwenaëlle Perrier (Sorbonne Paris-Nord), Tiphaine Samoyault (Sorbonne Nouvelle)

Jeudi 10 juin, 14h15-18h – « Questions brûlantes » pour les savoirs critiques

14h15-16h: Quelle politique des savoirs ?

Table ronde animée par Éric Fassin (Paris 8, LEGS)

Jean-François Bayart (IHEID), Hourya Bentouhami (Toulouse Jean-Jaurès, ERRAPHIS), Sylvain Laurens (CMH, EHESS), Christelle Rabier (Cermes3, EHESS)

16h15-18h: « Que faire ? »

Table ronde animée par Caroline Ibos (Paris 8, LEGS)

Anne-Laure Amilhat-Szary (UGA, PACTE), Fanny Gallot (UPEC), Nacira Guénif (LEGS – Paris 8), Fabien Jobard (CNRS, CESDIP)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.