Eric Fassin
Enseignant-chercheur, sociologue
Abonné·e de Mediapart

174 Billets

6 Éditions

Billet de blog 20 mai 2017

Sœur courage. Pour Assa Traoré, son frère et sa famille

Les sœurs des victimes policières ne sont pas des images ; elles démentent les stéréotypes en donnant de la voix. Ce qu’elles font entendre, c’est l’exigence de justice et de vérité contre la violence d’État. Version écrite de mon intervention orale pendant la soirée du 19 mai à Ivry, autour du livre que publie Assa Traoré (avec Elsa Vigoureux): « Lettre à Adama ».

Eric Fassin
Enseignant-chercheur, sociologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Aujourd’hui, en France, la violence d’État est nue. On la connaissait de longue date dans les quartiers populaires des banlieues. On l’a pleinement découverte plus récemment dans les manifestations, au cœur des villes. Il ne s’agit pas seulement des violences policières : depuis l’état d’urgence, la violence de la justice s’est pareillement étendue et aggravée. La sentence du juge redouble ainsi les coups de matraque. La famille Traoré en sait quelque chose, depuis la mort d’Adama Traoré dans une gendarmerie, le 19 juillet 2016, jusqu’à ce jour, avec l’incessante persécution judiciaire de ses frères. D’emblée, le crime d’État était devenu une « affaire d’État » ; mais, depuis l’été dernier, les choses n’ont fait qu’empirer.

Aujourd’hui, en France, l’État est nu. Ce n’est pas seulement que sa violence ne prend plus la peine de se cacher ; c’est aussi qu’elle ne peut plus se cacher. Et si le « roi est nu », la famille Traoré y est pour quelque chose. Elle fait voir ce qu’on préférait ne pas voir. Grâce à son action, et aujourd’hui grâce à la Lettre à Adama que lui adresse sa sœur Assa, l’État garde le monopole de la violence ; mais celle-ci paraît de moins en moins légitime. Que nous permet donc de voir l’action de la famille Traoré, avec celle d’autres sœurs et d’autres familles de victimes de violences d’État ?

Un premier éclairage touche aux rapports entre garçons et filles dans les « quartiers ». Depuis longtemps, on nous explique que les garçons sont des problèmes, alors que les filles sont sages : de l’intégration, les premiers seraient les mauvais élèves,  les secondes les bonnes. La preuve que leur sort n’aurait rien à voir avec le racisme de classe, qui est souvent un racisme tout court, c’est que leurs destins ne sont pas les mêmes. L’envers de cette fable, c’est que les garçons sont censés empêcher, plus que dans tout autre milieu, les filles de prendre la parole. Il est vrai, le Défenseur des droits l’a rappelé récemment, que la police s’en prend aux garçons beaucoup plus qu’aux filles, comme la justice d’ailleurs. Mais les filles ne sont pas condamnées à se taire ; et aujourd’hui ce ne sont pas leurs frères qui veulent les réduire au silence. Bref, elles déjouent les stéréotypes de genre. Elles se font entendre, et elles le font avec force. Aujourd’hui, on découvre des « femmes puissantes », pour reprendre l’expression de Marie Ndiaye ; Assa Traoré en est une.

Un deuxième concerne le rôle des familles. Ces garçons dont nous connaissons surtout les prénoms, depuis Zyed et Bouna, on nous les présente comme des individus ; c’est le vocabulaire de la police. Pour la justice, ce sont des cas. La mobilisation des familles nous appelle à penser autrement : comme tout le monde, ces « jeunes » ont une vie, ou plutôt ils en avaient une avant une rencontre mortelle avec la violence d’État. Mais si elle ne s’arrête pas tout à fait, si, d’une certaine manière, elle continue après leur mort, dans la mémoire vive de leurs quartiers, c’est qu’ils n’étaient pas seulement des individus ; ils étaient définis aussi par des liens sociaux, et d’abord, puisqu’ils étaient jeunes, des liens familiaux – des parents, des frères et des sœurs. Lorsqu’ils tardent à rentrer, il y a des gens qui les attendent à la maison ; des gens qui s’inquiètent de ne pas les voir arriver. Et ces gens qui ne peuvent pas accepter que leur destin tragique soit présenté comme un simple « fait divers », alors qu’il en va de la responsabilité de l’État. Ces garçons ne sont pas isolés ; ce ne sont pas de simples individus ; la preuve, ces familles refusent que leur histoire s’arrête là.

Troisième et dernier point : les « jeunes » des quartiers populaires, garçons ou filles, se laissent de moins en moins réduire à des images, des clichés, des fantasmes comme on en trouve en couverture de ces magazines qui les prennent pour objets sans vouloir les reconnaître comme des sujets. De plus en plus, en même temps qu’on les voit, on entend. Ces femmes et ces hommes prennent la parole. On n’en a guère parlé pendant les élections, non plus que des violences policières ou de l’état d’urgence ? Il n’empêche : ils et plus encore elles donnent de la voix. Et la voix de sœurs comme Assa Traoré est d’autant plus éclatante qu’elle est douce. En particulier, ce que celles-ci font entendre, c’est que l’incivilité qu’on impute aux « jeunes » est en réalité du côté des institutions policières et judiciaires. La République, c’est un mot qui sonne faux chez nos ministres de l’Intérieur successifs ; en revanche, cet idéal sonne juste dans les vœux d’Assa Traoré pour le Nouvel An 2017. Les principes républicains, dont se gargarisent élus et gouvernants, on les trouve désormais dans ces familles qui se battent contre l’injustice d’État avec ténacité et dignité.

Aujourd’hui, l’engagement est souvent menacé par ce que j’appelle « la dépression militante » : comment ne pas sombrer dans la mélancolie lorsque les défaites s’accumulent, et que l’avenir s’annonce plus sombre encore ? C’est pourquoi le combat de femmes comme Assa Traoré nous est si précieux. Elle nous donne une leçon de courage. On songe à la pièce de Brecht : « Mère courage et ses enfants ». On dirait maintenant : « Sœur courage et sa famille ». Par cette formule, il ne s’agit pas seulement de lui manifester, à elle et aux siens, estime et admiration ; je voudrais aussi leur exprimer, au nom de toutes et tous, notre gratitude. Leur courage est encourageant ; il nous donne de la force pour continuer, comme ces sœurs et leurs familles, à nous battre. Sans vérité, nous n’aurons pas la justice ; et sans justice, nul n’aura la paix.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — International
En Tunisie, la jeunesse déshéritée en attente des promesses de Kaïs Saïed
À Jebiniana, une localité du centre de la Tunisie historiquement à gauche, de nombreux jeunes attendent beaucoup du président depuis son coup de force du 25 juillet. Mais rien de bien tangible ne se concrétise.
par Lilia Blaise

La sélection du Club

Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy