Eric Fassin
Enseignant-chercheur, sociologue
Abonné·e de Mediapart

175 Billets

6 Éditions

Billet de blog 21 janv. 2015

Les trois âges de l'antiracisme

On voudrait croire que le racisme appartient au passé ; pourtant, il reste bien présent. Quand on pense s’en débarrasser, il revient toujours. Mais cet éternel retour est trompeur : l’histoire qui se répète n’est jamais la même. À chaque époque, le racisme montre un visage renouvelé. L’antiracisme doit donc s’adapter à ces mutations historiques.

Eric Fassin
Enseignant-chercheur, sociologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On voudrait croire que le racisme appartient au passé ; pourtant, il reste bien présent. Quand on pense s’en débarrasser, il revient toujours. Mais cet éternel retour est trompeur : l’histoire qui se répète n’est jamais la même. À chaque époque, le racisme montre un visage renouvelé. L’antiracisme doit donc s’adapter à ces mutations historiques.

Après le nazisme, on espérait abolir le racisme en bannissant le mot « race ». Pourtant, ce qu’on avait chassé par la porte biologique est bientôt revenu par la fenêtre de la culture. Après la Nouvelle Droite des années 1970, le Front national a montré qu’il n’était pas besoin de parler de race pour être raciste : il suffisait de renvoyer les immigrés dans l’altérité culturelle.

Au cours des années 1980, l’antiracisme en a tiré la leçon : loin de célébrer la différence culturelle, on a exalté l’universalisme républicain, réputé aveugle aux différences – au risque d’oublier les critiques du marxisme contre une citoyenneté abstraite : les libertés formelles cachent mal les inégalités réelles entre les classes. Ainsi, en 1989, au moment de momifier la Révolution française pour renoncer à sortir du capitalisme, la République récusait tout multiculturalisme.

On allait vite découvrir qu’il y a loin des principes à la réalité. L’égalité proclamée est démentie par l’expérience d’étrangers, mais aussi de Français qu’on s’obstine à dire « issus de l’immigration » : c’est remplacer le contrat dreyfusard par la racine en opposant aux citoyens « de souche » ceux qu’on assigne à une « origine étrangère ». En tolérant que les discriminations au quotidien distinguent entre les Français en raison de leur origine, la République se révèle aveugle à la race, mais aussi au racisme.

Si le premier âge de l’antiracisme s’était défini contre les idéologies racistes, son deuxième âge allait donc mettre l’accent, à partir des années 1990, sur la lutte contre les discriminations. Alors que le discours républicain renvoie les différences au communautarisme, l’antiracisme a porté au jour, au-delà des intentions racistes, des discriminations raciales systémiques : celles-ci assignent structurellement les populations racisées à une identité supposée différente tout en leur reprochant la ghettoïsation qu’elles subissent. Désormais, la critique portait moins sur l’idéologie affichée que sur le décalage hypocrite entre valeurs et pratiques.

Or dans les années 2000, avec Nicolas Sarkozy, le racisme politique ne se cache plus. En 2007, le ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale annonçait ainsi la politique de stigmatisation lancée contre les immigrés et leurs descendants, puis contre les musulmans. C’était revendiquer une suspicion a priori contre ceux (et celles, avec le voile islamique) à qui l’on demande éternellement de s’intégrer.

Certes, après le discours de Grenoble de 2010, et les Roms pourchassés de squats en bidonvilles, on croyait avoir affaire à une dérive droitière. Mais le changement de président n’a rien changé : sous François Hollande, on renvoie pareillement ces populations européennes à leur « vocation », soit à une culture irréductiblement étrangère, forcément « en confrontation » avec la nôtre. Ce qu’il faut bien appeler une « politique de la race » invoque une altérité radicale dont elle s’autorise en retour pour traiter les Roms comme s’ils étaient radicalement autres.

Mais pourquoi s’acharner à produire une différence prétendument culturelle qui attise le racisme et les discriminations ? C’est l’envers des politiques économiques menées par les majorités successives : les boucs-émissaires servent à en distraire et à diviser les classes populaires en faisant miroiter la valeur (illusoire) de la « blanchité » contre des « vauriens » racisés. Ces politiques néolibérales de racialisation légitiment les idéologies de partis racistes et les pratiques sociales discriminatoires : le troisième âge de l’antiracisme ne saurait donc faire l’économie de ce combat nouveau.

____

Ce texte (sollicité par Cerises, en même temps que ceux de Nadia Louachi, Saïd Bouamama, Farid Bennaï et Serge Guichard) fait écho à l’appel contre les politiques de racialisation qu’avec d’autres nous avons lancé fin 2014, et qu’on peut signer en ligne ici : Reprenons l’initiative! 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse