Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée « sur des thèmes politiquement et éthiquement controversés tels que les migrations et l’orientation sexuelle des personnes »…

N.B.: liste des signataires à la fin du texte.

 Sous la pression de l’extrême droite qui vient d’arriver au pouvoir en Italie, le président de l’université de Vérone, l’économiste Nicola Sartor, a « suspendu », vendredi 18 mai, une journée d’études et de formation prévue vendredi 25 mai, intitulée : « Demandeurs d’asile, orientation sexuelle et identité de genre ».

Cette journée organisée, dans le cadre d’un Projet de recherche d’intérêt national (PRIN) sur la vulnérabilité, par les départements de sciences humaines et de sciences juridiques, ainsi que les laboratoires Hannah Arendt et PoliTeSse de cette même université, en collaboration avec l’Association d’Études Juridiques sur l’Immigration (ASGI) et le guichet migrant.e.s LGBT de l’association Arcigay, et avec la participation, entre autres, d’une représentante de l’UNHCR, devait permettre des échanges entre chercheuses et chercheurs, praticien.ne.s du droit et militant.e.s.

La presse italienne l’a rapporté : devant le succès promis à cette journée, dont témoignaient les nombreuses inscriptions, l’extrême droite (la Lega, Forza Nuova) s’est mobilisée pour faire interdire l’événement, avec des tracts (« Pas de réfugiés gays, stop à la dictature du genre ») et des menaces (Forza Nuova annonçait ainsi une manifestation devant l’université le 25 mai : « quelqu’un doit interdire ce colloque, si personne ne le fait, on le fera, nous, par la force »).

En reportant sine die la journée, avec pour prétexte « l’approfondissement de ses contenus scientifiques », le président de l’université de Vérone a donné gain de cause à l’extrême droite tout en se réclamant dans son communiqué de l’autonomie scientifique au moment de sacrifier les libertés académiques : « L’université ne peut pas se laisser instrumentaliser de la part de sujets extérieurs au monde scientifique qui s’affrontent sur des thèmes politiquement et éthiquement controversés tels que les migrations et l’orientation sexuelle des personnes. »

Nous nous indignons que l’extrême droite prétende aujourd’hui dicter ce qu’on peut faire ou dire dans les universités italiennes, et nous nous inquiétons qu’un président d’université, en cédant à de telles pressions, encourage à les multiplier. Nous demandons au président de l’université de Vérone, malgré les difficultés du contexte politique italien, de revenir sur sa décision pour préserver la réputation internationale de son établissement dans le champ universitaire.

Aujourd’hui, ce sont les études de genre et les recherches sur l’immigration qui sont attaquées ; et c’est l’université de Vérone qui est visée. Mais demain, qui, dans le monde universitaire, pourra se croire à l’abri ? Nous manifestons à nos collègues d’Italie toute notre solidarité tant nous savons que, chez eux comme chez nous, il faut défendre avec vigilance les libertés académiques, sous peine de les voir reculer, et la démocratie avec elles.

___________________

On peut signer en ligne ici: https://www.activism.com/it_IT/petizione/libert-accademiche-minacciate-una-giornata-di-studio-sull-asilo-lgbti-censurata-all-universit-di-verona/197221

Le texte a été publié en ligne sur le site de Libération avec une partie des signatures : http://www.liberation.fr/debats/2018/05/23/une-journee-d-etude-sur-l-asile-lgbt-censuree-a-l-universite-de-verone_1652113

Liste des premiers signataires :

Association française de sociologie (présidente : Muriel Darmon).

Henry Abelove, angliciste, Wesleyan University (EUA)

Michel Agier, anthropologue, EHESS

Juan Vicente Aliaga, arts, Université Politechnique de Valence (Espagne)

Marcos Ancelovici, sociologue, UQAM (Canada)

Massimiliano Andretta, politologue, Université de Pise (Italie)

Silvia Aru, géographe sociale, Marie Sklodowska-Curie Fellow, Université d'Amsterdam (Pays-Bas)

Jean-Christophe Attias, historien et philosophe, EPHE

Martina Avanza, politiste, Université de Lausanne (Suisse)

Phillip Ayoub, politiste, Drexel University, Philadelphie (EUA)

Étienne Balibar, philosophe, Université Paris-Nanterre / Columbia University (EUA)

Christine Bard, historienne

Laura Bazzicalupo, philosophe, Université de Salerno (Italie)

Esther Benbassa, sénatrice de Paris, historienne, EPHE

Anne E. Berger, littéraire, Université Paris-8 / LEGS

Elizabeth Bernstein, sociologue, études de genre, Barnard College, Columbia University (EUA)

Niccolò Bertuzzi, politiste, École normale supérieure de Florence (Italie)

Francesco Bilotta, juriste, Université d’Udine (Italie)

Belén Blázquez Vilaplana, politiste, Université de Jaén (Espagne)

Gianfranco Bocchinfuso, chimiste, Università degli Studi di Roma Tor Vergata (Italie)

Daniel Borrillo, juriste, Université Paris-Nanterre / LEGS

Michel Bozon, sociologue, INED

Olivier Brolis, économiste, Université de Louvain (Belgique)

Judith Butler, philosophe, Université de Californie, Berkeley (EUA)

Kerman Calvo Borobia, sociologue, Université de Salamanque (Espagne)

Héctor Carrillo, sociologue et études de genre, Northwestern University (EUA)

Robin Celikates, philosophe, Université d’Amsterdam (Pays-Bas)

Sebastiano Cesaro, sociologue, LEGS

Annalisa Casini, psychologue, Université Catholique de Louvain (Belgique)

Line Chamberland, Chaire de recherche sur l’homophobie, UQAM (Canada)

Véronique Champeil-Desplats, juriste, Université Paris-Nanterre

Jean-Michel Chaumont, sociologue, Université catholique de Louvain (Belgique)

George Chauncey, historien, Columbia University (EUA)

Sébastien Chauvin, sociologue, Université de Lausanne (Suisse)

CLAM - Centre Latino-Américain en Sexualité et Droits Humains, Rio de Janeiro (Brésil)

Gily Coene, philosophe et politiste, Vrije Universiteit Brussel (Belgique)

Gianmaria Colpani, études de genre, Université d’Utrecht (Pays-Bas)

Sonia Corrêa, co-coordinatrice de l’Observatório de Sexualidade e  Política / Sexuality Policy Watch (Brésil)

Fiammetta Costa, ingégnieur, Politecnico de Milan (Italie)

Mariano Croce, philosophe, Université La Sapienza, Rome (Italie)

Yves Déloye, politologue, Sciences Po Bordeaux

Christine Delphy, sociologue, CNRS

Valeria Deplano, historienne, Università di Cagliari (Italie)

José Díaz Lafuente, juriste, Université Jacques I, Castellón (Espagne)

Cástor Miguel Díaz Barrado, juriste, Université Juan Carlos, Madrid (Espagne)

Donatella Di Cesare, philosophe, Université La Sapienza, Rome (Italie)

Cesare Di Feliciantonio, études urbaines, Université de Leicester (UK)

Piergiorgio Donatelli, philosophe, Université La Sapienza, Rome (Italie)

Jack Drescher, psychiatre, New York University (EUA)

Lee C. Edelman, littéraire, Tufts University (EUA)

Marcia Maria Elia da Mota, psychologue, UERJ, Rio de Janeiro (Brésil)

Isabelle Engeli, politiste, Université de Bath (RU)

Yvon Englert, recteur, Université Libre de Bruxelles (Belgique)

Didier Eribon, sociologue et philosophe, Université d’Amiens / Dartmouth College (EUA)

Éric Fassin, sociologue, Université Paris-8 / LEGS

Simona Forti, philosophe, Université du Piémont Oriental (Italie)

Caterina Froio, politologue, ESPOL, Université Catholique de Lille

Sara Garbagnoli, études de genre, Université Paris-3 Sorbonne nouvelle

Pietro Castelli Gattinara, sociologue politique, Université d’Oslo (Norvège)

Marco Geuna, historien, Université de Milan (Italie)

Alain Giami, sociologue, INSERM

Alvaro Gil Robles, juriste, premier Commissaire aux Droits de l'Homme du Conseil de l'Europe, Université Complutense de Madrid (Espagne)

Alberta Giorgi, politiste, Université de Bergame (Italie)

Chiara Giubilaro, géographe, Université de Milan Bicocca (Italie)

Nacira Guénif, sociologue, Université Paris 8

Virginie Guiraudon, politiste, chargée de recherche CNRS, Sciences Po, Center for European and comparative Studies

David M. Halperin, chaire Histoire et théorie de la sexualité, Université du Michigan, Ann Arbor (EUA)

Sabine Hark, études de genre, T.U. Berlin (Allemagne)

Stéphanie Hennette Vauchez, juriste, Université Paris-Nanterre

François Héran, sociologue et démographe, chaire Migrations et sociétés, Collège de France

Elisabeth Holzleithner, philosophe, Université de Vienne (Autriche)

Caroline Ibos, politiste, Rennes-2 / LEGS

Peter A. Jackson, Australian National University, Canberra (Australie)

Ana Maria Jacó-Villela, psychologue, UERJ, Rio de Janeiro (Brésil)

Johanna Kantola, politiste, Université d’Helsinki (Finlande)

Kerwin Kaye, sociologue, Wesleyan University (EUA)

Christian Klesse, sociologue, Manchester Metropolitan University (RU)

Gaspard Koenig, philosophe

Roman Kuhar, sociologue, Université de Ljubljana (Slovénie)

Maria Caterina La Barbera, sociologue, Neblja University (Espagne)

Mara Lago, Études de Genre, UFSC, Florianópolis (Brésil)

Claire Laguian, hispaniste, UPEM

Eleonora Lamm, sous-directrice des Droits humains, Cour suprême de Mendoza (Argentine).

Diane Lamoureux, politologue, Université Laval (Québec)

Sophie Large, hispaniste, Université de Tours

Sandra Laugier, philosophe, Paris-1

Eléonore Lépinard, sociologue, Université de Lausanne (Suisse)

LIDIS - Laboratoire Diversité Sexuelle et Genre, Politique et Droits, Rio de Janeiro (Brésil)

Mauricio List Reyes, anthropologue et historien, Benemeríta Autónoma de Puebla (Mexique)

Danièle Lochak, juriste, Université Paris-Nanterre

Emanuela Lombardo, politiste, Université Complutense de Madrid (Espagne)

Laura Lowenkron, Institut de Medicine Sociale, UERJ, Rio de Janeiro (Brésil)

Bérengère Marques Pereira, sociologue, Université Libre de Bruxelles (Belgique)

Jacques Marquet, sociologue, université de Louvain (Belgique)

Marco Martiniello, politologue, Université de Liège (Belgique)

Myra Marx Ferree, sociologue, Université du Wisconsin à Madison (EUA)

Jamila Mascat, philosophe, Université d'Utrecht (Pays-Bas)

Nonna Mayer, politologue, CNRS / Sciences Po

Stefanie Mayer, FH Campus Wien, Université de sciences appliquées, Vienne (Autriche)

Virginio Mazzocco, philosophe, Université de Rome La Sapienza (Italie)

Amy Mazur, politiste, Washington State University (EUA)

Angela McRobbie, sociologue, Université de Londres (RU)

Jean-Claude Marcourt, Vice-Président du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et des Médias (Belgique)

Michela Marzano, philosophe, Université Paris-Descartes

Caroline Mécary, avocate

Paul Mepschen, sociologue, Université d’Amsterdam (Pays-Bas)

Laura Merla, sociologue, Université catholique de Louvain (Belgique)

Jean-Pierre Mignard, avocat

Joanna Mizielinska, sociologiste, Académie polonaise des sciences (Pologne)

Richard Miskolci, sociologue, Université Fédérale de Saõ Paolo (Brésil)

Ana Miskovska Kajevska, politiste, Université d'Amsterdam (Pays-Bas)

Surya Monro, sociologue, University of Huddersfield (RU)

Tommaso Montanari, historien, Université de Naples Frédéric II (Italie)

Lara Monticelli, chercheuse indépendante (Italie)

Blasco Morozzo, biologue, Université de Rome Tor Vergata (Italie)

Julien Nicaise, administrateur de l'Académie de recherche et d'enseignement supérieur, Fédération Wallonie-Bruxelles (Belgique)

Hélène Nicolas, anthropologue, Université Paris-8 / LEGS

Ov Cristian Norocel, sociologue, Université Libre de Bruxelles (Belgique)

Luca Ozzano, politiste, Université de Turin (Italie)

David Paternotte, sociologue, Université Libre de Bruxelles (Belgique)

Elena Pavan, sociologue politique, Ecole Normale Supérieure de Florence (Italie)

Caroline Pauwels, Rectrice, Vrije Universiteit Brussel (Belgique)

Mario Pecheny, sociologue, université de Buenos Aires (Argentine)

Bruno Perreau, études françaises, MIT (EUA)

Thomas Perroud, juriste, Université de Paris II Panthéon Assas

Stefano Petrucciani, philosophe, Université La Sapienza, Rome (Italie)

Ignacio Pichardo, anthropologue social, Universidad Complutense de Madrid (Espagne)

Paul B. Preciado, philosophe (Espagne)

Lissell Quiroz, hispaniste, Université de Rouen

Camille Robcis, historienne, Cornell University (EUA)

Diane Roman, juriste, Université de Tours / IUF

Ruth Rubio, constitutionnaliste, Université de Seville (Espagne)

Jane Russo, anthropologue, UERJ, Rio de Janeiro (Brésil)

Carlo Ruzza, sociologue, Université de Trente (Italie)

Manuela Salcedo, sociologue, LEGS

Andrea Salvatore, philosophe, Université de Rome La Sapienza (Italie)

Chiara Saraceno, sociologue, Université de Turin (Italie)

Joan W. Scott, historienne, Institute for Advance Study, Princeton (EUA)

Hakan Seckinelgin, sociologue, London School of Economics (RU)

Lynne Segal, psychologue, Université de Londres – Birkbeck (RU)

Marta Segarra, littéraire, université de Barcelone / LEGS

Horacio Federico Sívori, sociologue, Université d’État de Rio de Janeiro (Brésil)

Todd Shepard, historien, Johns Hopkins University (EUA)

Patrick Simon, socio-démographe, INED

Isabelle Simonis, Ministre des Droits des femmes et de l’Egalité des chances de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Belgique)

Serge Slama, juriste, Université de Grenoble

Koen Sloormaeckers, politiste, Université de Londres (RU)

Michael Stambolis, sociologue, Bordeaux

Agata Stasinska, sociologue, Académie polonaise des sciences (Pologne)

Florence Stinglhamber, psychologue, Université de Louvain (Belgique)

Ann L. Stoler, historienne et anthropologue, New School for Social Research (EUA)

Aleksandar Stulhofer, sociologue, Université de Zagreb (Croatie)

Fabio Sulpizio, philosophe, Università del Salento (Italie)

Massimiliano Tabusi, géographe, Università per Stranieri di Siena (Italie)

Alessandro Taurino, psicologue, Université de Bari (Italie)

Markus Thiel, sciences politiques, Florida International University (EUA)

Hans-Joerg Trenz, études européennes, Université de Copenhague (Danemark)

Alexandra Tsallis, psychologue, UERJ, Rio de Janeiro (Brésil)

Anna Uziel, psychologue, UERJ, Rio de Janeiro (Brésil)

Paolo Valerio, psychologue, Université Frédéric II de Naples (Italie)

Ernesto Vasquez del Aguila, anthropologue, Georgetown University (EUA)

Françoise Vergès, Chaire Global South(s), FMSH

Giulia Vicentini, politiste, École Normale Supérieure de Florence (Italie)

Ricardo Vieiralves de Castro, psychologue, UERJ, Rio de Janeiro (Brésil)

Mara Viveros Vigoya, sociologue, Université nationale, Bogota (Colombie)

Paula-Irene Villa, sociologue, études de genre, LMU Munich (Allemagne)

Heinz-Jürgen Voss, sociologue, Université de Merseburg (Allemagne)

Matthew Waites, sociologue et politiste, Université de Glasgow (RU)

Catherine Wihtol de Wenden, politologue, CNRS

Howard Winant, sociologue, Université de Californie, Santa Barbara (EUA)

Raul Eugenio Zaffaroni, Juge à la cour interaméricaine des droits de l’homme, ancien juge à la Cour suprême fédérale d’Argentine.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.