Eric Fassin
Enseignant-chercheur, sociologue
Abonné·e de Mediapart

176 Billets

6 Éditions

Billet de blog 25 avr. 2015

Calais: bidonville "made in Cazeneuve"

À Calais, on « déménage » les migrants. Les pouvoirs publics refusent en effet de parler d’expulsion. On ne chasse plus les migrants et les demandeurs d’asile qui s’entassent aux portes de l’Angleterre : on organise leur « translation ». Mais loin d’en finir avec les « jungles » qui échappaient à leur contrôle, les pouvoirs publics créent à Calais une jungle d’État.

Eric Fassin
Enseignant-chercheur, sociologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À Calais, on « déménage » les migrants. Les pouvoirs publics refusent en effet de parler d’expulsion. On ne chasse plus les migrants et les demandeurs d’asile qui s’entassent aux portes de l’Angleterre : on organise leur « translation ». Mais loin d’en finir avec les « jungles » qui échappaient à leur contrôle, les pouvoirs publics créent à Calais une jungle d’État.

_________________

Le ministre de l’Intérieur peut se rendre à Calais : pour l’essentiel, le ménage a été fait. Ou plutôt le « déménagement » : les pouvoirs publics refusent de parler d’expulsion. On ne chasse plus les migrants et les demandeurs d’asile qui s’entassent aux portes de l’Angleterre : on organise leur « translation » (l’autre terme du discours officiel) en leur imposant un terrain. Certes, il s’agit d’une ancienne décharge, aujourd’hui sur une réserve de chasse. Mais, paraît-il, c’est une politique d’immigration à visage humain. On ne donne pas le spectacle, comme au temps d’Éric Besson, d’une démonstration de force brutale contre la « jungle » et ses « passeurs ». On met en scène une gestion humaine, voire « humaniste » du « problème » qu’on a créé… Continuité ou rupture ? En 2009, l’expulsion était menée, selon le ministre, « avec humanité et délicatesse » ; aujourd’hui, la préfète conduit ce « déménagement » « avec fermeté mais humanisme ».

On ne verra plus les migrants : ils ne seront plus en ville. Le terrain est situé à 7 kilomètres du premier supermarché ; pour s’y rendre, il faut marcher pendant 3 kilomètres sur une route départementale sans trottoir ni éclairage. Pour les démarches administratives, l’aller-retour prend 4 heures à pied. Il n’est pas question d’offrir à ces gens des murs et un toit – comme le hangar de Sangatte au début des années 2000. Aux migrants, avec les associations, de construire sur ce terrain vague des baraques de fortune. Il ne s’agit donc nullement de résorber le chaos, mais de circonscrire un ghetto. Gendarmes, policiers et CRS le quadrillent pour le « sécuriser » : les migrants sont pris entre la mer d’un côté, et de l’autre un grillage barbelé que la Grande-Bretagne érige à grands frais en bord de route.

Parler de déménagement, ce n’est pas seulement euphémiser la dure réalité, en donnant l’illusion qu’un hébergement attend les étrangers ; c’est aussi mettre en place une nouvelle forme de gouvernementalité. En mai 2014, l’État avait déjà tenté une ruse humanitaire : profitant d’une épidémie de gale, il envoyait le personnel hospitalier : « Shower, you can take a shower… »  La promesse d’une douche servait de prétexte à évacuer le camp, aussitôt détruit. Mais bientôt les migrants se regroupèrent ailleurs en ville ; pour protester contre les conditions de vie qui leur étaient imposées, ils entamèrent une grève de la faim, dans l’indifférence médiatique.

Puis, le 2 juillet 2014, à 6 heures du matin, 600 hommes, femmes et enfants sont encerclés par les CRS. L’accès est interdit aux journalistes, tandis qu’on écarte sans ménagement les militants. Il n’y aura donc pas de témoins : on gaze, on arrête, on place en Centre de rétention administrative – puis, une fois encore, on nettoie l’espace. Pour beaucoup, ce souvenir est un traumatisme. Désormais, migrants mais aussi associatifs ne savent que trop bien ce qu’est une expulsion. En 2015, les pouvoirs publics leur offrent donc une alternative : le déménagement, ou sinon l’expulsion. Et cette pression ne s’exerce pas seulement sur les étrangers ; elle pèse également sur les militants associatifs. On voit bien le bâton ; mais où est la carotte ?

Beaucoup se sentent condamnés à participer à la « translation » : ils convainquent la plupart des migrants de l’accepter et les aident à « déménager ». Ainsi espèrent-ils négocier au mieux avec les pouvoirs publics. De fait, ceux-ci assurent la distribution d’un repas par jour – mais d’un seul. Toutefois, ils révèlent au dernier moment qu’il n’y aura ni eau, ni électricité, ni toilettes sur le terrain. Certes, aujourd’hui, sous la pression, ils le promettent à nouveau. Mais qu’en sera-t-il réellement ? Il est vrai que les pouvoirs publics ouvrent un bâtiment à côté (pour les Afghans, c’est à un quart d’heure de marche). Le Centre Jules-Ferry, telle est donc, à ce jour, la vraie contribution de l’État républicain : il peut héberger une centaine de femmes (ainsi séparées de leur conjoint), et propose des douches et des toilettes, mais l’après-midi seulement. Pour le reste, trois points d’eau pour 1200 à 1500 personnes. Gageons que les « mafias » sauront en tirer profit. Et que l’État interviendra bientôt, sous prétexte de crise sanitaire ou sécuritaire.

Tandis que l’État déléguant la responsabilité du Centre à une association spécialisée dans le handicap, d’autres, engagées de longue date dans la défense des immigrés, se résignent à co-gérer la situation avec les pouvoirs publics, et d’autres encore, qui refusent de collaborer avec l’État, de fait, travaillent bénévolement pour lui : telle association médicale se spécialise ainsi, bon gré mal gré, dans l’installation de toilettes sèches. De fait, la plupart des associations contribuent à l’aménagement : on distribue des palettes, des clous et des marteaux. Il est trop tard pour faire front : condamnés à accompagner une politique qu’ils désapprouvent, les militants se démoralisent. C’est la même politique de dépolitisation des enjeux, des sans-papiers aux Roms, qui pousse à la dépression collective. Le sentiment d’impuissance décourage l’engagement militant : l’action publique ne rencontre plus guère d’opposition.

C’est qu’il n’y a plus d’adversaire clairement identifiable : même la maire UMP de Calais, Natacha Bouchart, change de ton début mars, en célébrant la « richesse culturelle » qu’apportent les migrants à sa ville… Ailleurs, en Seine-Saint-Denis, le gouvernement socialiste n’hésite pas à charger un préfet à l’égalité des chances de mener à bien des expulsions de Roms. Cette nouvelle stratégie rhétorique amène aujourd’hui les acteurs politiques, du ministre au sous-préfet en passant par les élus locaux, tantôt à expulser les étrangers de ghettos « sauvages », tantôt à les enfermer comme ici dans un ghetto sous gestion publique. Bref, loin d’en finir avec les « jungles » qui échappaient à leur contrôle, les pouvoirs publics créent à Calais une jungle d’État. Il est temps pour le ministre de l’Intérieur de venir l’inaugurer. Sur les bâches en plastique censées protéger les cabanes de la pluie, un graffiti l’a déjà baptisée : « bidonville made in Cazeneuve ».

_________________


Cette tribune, rédigée avec Marie Adam, militante associative à Calais, a été publiée dans Libération le 24 avril 2015 sous le titre : « Calais, jungle d’État ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Écologie : encore tout à prouver
Le remaniement ministériel voit l’arrivée du novice en écologie Christophe Béchu au ministère de la transition écologique et le retour de ministres délégués aux transports et au logement. Après un premier raté sur la politique agricole la semaine dernière, le gouvernement de la « planification écologique » est mis au défi de tenir ses promesses.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Histoire
De Gaulle et la guerre d’Algérie : dans les nouvelles archives de la raison d’État
Pendant plusieurs semaines, Mediapart s’est plongé dans les archives de la République sur la guerre d’Algérie (1954-1962), dont certaines ont été déclassifiées seulement fin 2021. Tortures, détentions illégales, exécutions extrajudiciaires : les documents montrent comment se fabrique la raison d’État, alors que l’Algérie célèbre les 60 ans de son indépendance.
par Fabrice Arfi
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier
Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci

La sélection du Club

Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.