Eric Fassin
Enseignant-chercheur, sociologue
Abonné·e de Mediapart

175 Billets

6 Éditions

Billet de blog 25 nov. 2013

Abolir la prostitution, ou lutter contre l'immigration?

Éloigner la prostitution des lumières de la rue, c’est la reléguer dans l’obscurité. Or cette clandestinité est bien plus dangereuse pour les personnes prostituées que pour leurs clients.

Eric Fassin
Enseignant-chercheur, sociologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Éloigner la prostitution des lumières de la rue, c’est la reléguer dans l’obscurité. Or cette clandestinité est bien plus dangereuse pour les personnes prostituées que pour leurs clients. En outre, gageons qu’après le procès d’exploiteurs qu’elles auront dénoncés, les prostituées étrangères renvoyées dans leur pays seront exposées à leur vengeance. Certes, nous ne les verrons plus dans nos rues; mais qui peut croire que nous les aurons «sauvées»?

_________________________

« Le 6 décembre 2011, l’Assemblée nationale adoptait à l’unanimité, tous groupes politiques confondus, une résolution réaffirmant la position abolitionniste de la France en matière de prostitution. Depuis, la majorité parlementaire a changé, mais le travail est poursuivi dans une remarquable continuité. » Dans une tribune récente, des figures de l’UMP et de l’UDI font cause commune avec d’autres du PS, d’EELV, du PCF et du PG pour marquer leur soutien à la proposition de loi n°1437 qui vise en particulier la « responsabilisation du client », autrement dit sa pénalisation.

En politique, pareil consensus est inhabituel. Pour les partisans de cette loi, il en va de « la dignité de la personne humaine ». Pour ses adversaires, il s’agirait plutôt d’une forme de moralisme. Qu’on s’en félicite ou qu’on le déplore, cela reviendrait en tout cas à transcender la politique. Et si les droits humains autant que la morale occultaient la nature proprement politique de cette proposition de loi ? La continuité revendiquée entre droite et gauche invite plutôt à examiner combien la logique actuelle emprunte à la politique héritée de la droite.

Sans doute faut-il relever des différences importantes, en particulier l’abrogation, avec le délit de racolage public, du « racolagepassif » (sic) qui pénalise les personnes prostituées depuis la Loi de sécurité intérieure (LSI) de 2003. Le ministre de l’intérieur s’en inquiète d’ailleurs : pour lui, c’est « un outil de gestion d’ordre public indispensable », qui « permet de répondre à la demande de riverains excédés. » Mais, comme son prédécesseur Nicolas Sarkozy, c’est pour le plus grand bien des personnes prostituées que Manuel Valls défend « une mesure “répressive” » qui « permet paradoxalement de mieux connaître et au besoin protéger celles qui sont à la fois mises en cause et victimes »…

La proposition de loi ne reconduit donc pas à l’identique la logique répressive de la LSI. Toutefois, on y retrouve la « triple réduction » que j’avais déjà analysée en 2003. Il est seulement question, en premier lieu, des étrangères (alors que les indépendantes sont plus souvent françaises); deuxièmement, de la prostitution de rue (malgré le développement d’internet et des salons de massage); troisièmement, des femmes (en négligeant la prostitution masculine). Bref, on s’occupe d’immigration et d’ordre public, mais c’est au nom du féminisme.

Les contradictions d’hier n’ont pas disparu aujourd’hui : éloigner la prostitution des lumières de la rue, c’est la reléguer dans l’obscurité. Or cette clandestinité est bien plus dangereuse pour les personnes prostituées que pour leurs clients. En outre, tout se passe comme si la nationalité des prostituées était l’indice de leur condition : être étrangère, ce serait être victime de la traite. La proposition de loi le pose d’emblée : « alors que seulement 20 % des personnes prostituées dans l’espace public étaient de nationalité étrangère en 1990, elles en représentent aujourd’hui, et depuis les années 2000, près de 90 %. Les pays d’origine sont bien connus (Roumanie, Bulgarie, Nigeria et Chine principalement) et démontrent l’emprise croissante des réseaux de traite sur la prostitution. »

Admettons. Mais à ces migrantes qu’on prétend libérer, qu’offre-t-on ? L’article 6 de la proposition de loi modifie le Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA). À celles qui voudraient sortir de la prostitution, « une autorisation provisoire de séjour d’une durée de six mois peut être délivrée ».Quant à celles qui dénonceraient leurs proxénètes, la carte de séjour temporaire leur serait désormais « renouvelée pendant toute la durée de la procédure pénale. » Mais comme l’explique la députée Maud Olivier, dont le rapport a inspiré la proposition de loi, « il n’est pas question de donner à toutes les personnes en situation irrégulière sur notre sol la possibilité de rester ».

Gageons qu’après six mois, ou après le procès de leurs exploiteurs, ces prostituées seront renvoyées dans leur pays : nous ne les verrons plus dans nos rues. De bonne foi, nombre d’élu-e-s pensent ainsi se battre pour abolir la prostitution ; mais en fait, ne va-t-on pas surtout lutter contre l’immigration ? Dès lors, qui peut croire que ce sera pour le bien de ces femmes ? En tout cas, pas elles.

________________________

Cette chronique a paru dans Libération samedi 23 novembre 2013, sous le titre choisi par la rédaction: « Prostituées en double clandestinité ». Dans le prolongement, on peut écouter le débat avec la ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem pendant l'émission Interactiv', lors de la matinale de France Inter lundi 25 novembre à 8h40.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony