Eric LOUIS 69
Ouvrier en lutte.
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 mars 2020

Eric LOUIS 69
Ouvrier en lutte.
Abonné·e de Mediapart

Les cordistes et le Covid 19: un fléau de plus serait un fléau de trop

Poursuite ou arrêt des chantiers ? Réactions face aux tergiversations patronales et gouvernementales. Communiqué de presse.

Eric LOUIS 69
Ouvrier en lutte.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous, cordistes, sommes comme tout un chacun touchés et concernés par l’épidémie qui se répand depuis quelques semaines. Nos pensées et notre soutien vont naturellement vers celles et ceux qui sont directement victimes de la maladie. Aux proches des personnes décédées. Ainsi qu’aux personnels soignants qui luttent au jour le jour, avec un manque criant de moyens.

Nous les remercions pour leur abnégation.

Nous n’aurons pas les mêmes éloges à l’égard des autorités qui gèrent (le mot est fort) cette crise.

Les atermoiements et les incertitudes de nos dirigeants politiques ne font que renforcer le sentiment de peur et d’incompréhension dans l’esprit du public. S’y ajoute désormais l’irresponsabilité. En effet, à l’heure où le confinement se fait drastique, comment qualifier cette exhortation à nous rendre au travail coûte que coûte? Nous, les ouvriers qui ne pouvons pas télétravailler sommes victimes de la triple peine:

     • Nous courons le risque d’être contaminés comme l’ensemble de la population.

     • A ce titre, le confinement, nécessaire mais liberticide nous est assigné.

     • Mais au surplus, il nous est intimé d’aller sur les chantiers, dans les usines, au risque de contracter le virus.

À ce jour, les moyens de protection sont insuffisants, voire inexistants dans certains cas.

Des cordistes continuent d’exercer leur profession sans consigne particulière, sans EPI adaptés, sans protocole de précaution.

De quelle considération jouissons-nous pour nous voir opposer un tel mépris? Une telle mise en danger de notre santé, de celle de nos proches? Quel est ce postulat qui prive des individus de promenades solitaires, de footings isolés et les envoie dans le même temps au contact des collègues dans la promiscuité des véhicules de chantier, à la rencontre des clients? Et que penser de l’utilisation de matériels et d’outillages en commun?

Contrairement à la pratique sportive, le travail serait-il d’une innocente innocuité? Les gestes barrières n’excluent pas le confinement. Pourtant, une brochure de l’OPPBTP (Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics) édictant quelques conseils à tenir, devrait suffire à nous renvoyer au boulot.

Par ailleurs, nous attirons l’attention sur le taux d’accidentologie au travail, qui touche plus particulièrement les professions manuelles. Et donc les classes populaires.

En 2018, l’Assurance Maladie a recensé 651 103 accidents de travail déclarés. Pour 253 jours travaillés.

Sur cette base, cela mène 2573 travailleurs par jour aux urgences!!

Maintenir une population maximale au travail, c’est mathématiquement imposer une surcharge quotidienne aux personnels soignants.

Ont-ils besoin de ça en ce moment?

Et quels risques supplémentaires de contagion dans les hôpitaux pour les travailleurs blessés?

Les messages contradictoires venant des sphères dirigeantes ont semé la confusion chez les acteurs économiques du pays. À ce titre, nombre de corporations se sont prononcées contre le retour au travail des personnels dont l’activité n’est pas essentielle à court-terme. Ces employeurs sont conscients de leur responsabilité en matière de santé et sécurité de leurs salariés dans le cadre du travail.

Leur préoccupation de se tenir éloignés des tribunaux correctionnels rejoint notre volonté farouche de rester loin des services de réanimation.

Plus que jamais, le droit d’alerte et de retrait prend tout son sens. Qui oserait affirmer que le danger n’est ni grave, ni imminent? Sauf à faire passer le maintien de l’activité économique avant la santé des travailleurs. Nous sommes suffisamment précarisés et paupérisés par les successives politiques néo-libérales.

Un fléau de plus serait un fléau de trop.

Nous demandons un arrêt de tous les chantiers le temps de la période de confinement.

Nous demandons des mesures immédiates pour maintenir les salaires de tous les ouvriers ainsi arrêtés.

Rogy, mardi 24 mars 2020.

Association Cordistes en colères, cordistes solidaires.

https://cordistesencolere.noblogs.org/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Justice
Les liaisons dangereuses de Rachida Dati avec les barbouzes du PSG
Enquête illicite dans l’affaire Renault-Nissan, intervention auprès d’un préfet, renvois d’ascenseur : la justice s’intéresse aux relations entre l’ancienne garde des Sceaux et un lobbyiste mis en examen dans l’affaire qui secoue le club de foot.
par Yann Philippin et Matthieu Suc
Journal
Harcèlement, violences, faux en écriture publique : des policiers brisent « l’omerta » 
Dans un livre à paraître jeudi 1er décembre, six fonctionnaires de police sortent de l’anonymat pour dénoncer, à visage découvert, les infractions dont ils ont été témoins et victimes de la part de leurs collègues. Une lourde charge contre « un système policier à l’agonie ». 
par Camille Polloni
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma