Eric LOUIS 69

Ouvrier en lutte.

Sa biographie
Co-fondateur de l’association Cordistes en colère, cordistes solidaires.
Son blog
63 abonnés Le blog de Eric LOUIS 69
Voir tous
  • Procès des cordistes ensevelis : le déni assumé des prévenus

    Par
    Le mardi 21 septembre 2021, à Reims, avait lieu le procès en appel dans le cadre de l'accident mortel d'Arthur et Vincent, survenu en mars 2012. Rien de nouveau sous le soleil rémois. Cristal Union, imbue de ses milliards, étale sa suffisance. Rejette la faute sur son prestataire Carrard Services. Qui lui rend la pareille. Le déni de responsabilité est total.
  • Silo n°4, la sentinelle assassine

    Par
    Cordistes morts étouffés sous le sucre : comment le respect d’une réglementation en vigueur depuis 1956 et « un minimum d'anticipation » auraient pu éviter un drame, puis neuf ans de cauchemars aux proches des victimes. Le 21 septembre, le géant sucrier Cristal Union et Carrard Services, son prestataire de nettoyage, seront de nouveau jugés à la cour d'appel du tribunal de Reims.
  • La mort au travail : le témoignage digne de Fanny et Marion

    Par
    13 mars 2012, Arthur et Vincent, cordistes, périssent au fond d'un silo appartenant au géant du sucre Cristal Union. 9 ans après, Marion et Fanny, leurs compagnes, attendent toujours des réponses de la justice. 9 années de doutes, de chagrin, de colère. Mais aussi d'espoirs, de lutte, de reconstruction... Le 21 septembre, à Reims aura lieu l'audience en appel du procès de cet accident.
  • Mes trente (peu) glorieuses

    Par
    Encore un livre ! Bon, j'avoue, c'est pas un vrai livre. Plutôt un ramassis de conneries. Mais pas de la connerie de bobo penché sur la vacuité de ses affres psycho-mystico-existentielles. Là, rien que du réel, du tangible, du vécu. Trente ans que je bosse ! L'eusses-tu cru ?
  • Mickaël, un cordiste mort au travail. Employeur et donneurs d'ordre à la barre

    Par
    Mickaël avait 38 ans. Il était cordiste depuis près de 13 ans. Il travaillait depuis 8 ans pour la SARL Sud Acrobatic, située entre Sète et Montpellier. Il était en quelque sorte la cheville ouvrière de cette PME de 3 à 5 salariés. Juste avant l’accident, il projetait d’arrêter le métier de cordiste pour devenir prof de sport. Malheureusement, c’est le métier de cordiste qui l’a rattrapé.