ERIC MONSINJON
Historien de l'art libre, critique d'art, professeur d'histoire des arts.
Abonné·e de Mediapart

22 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 avr. 2021

ERIC MONSINJON
Historien de l'art libre, critique d'art, professeur d'histoire des arts.
Abonné·e de Mediapart

Portrait d'Yves Klein sans la couleur bleu

Derrière les célèbres monochromes outremer se cache un autre Yves Klein, secret, alchimique, épris d'immatérialité et de vide. Sans doute, la part la plus visionnaire de son œuvre.

ERIC MONSINJON
Historien de l'art libre, critique d'art, professeur d'histoire des arts.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Yves Klein, Le Rêve du Feu, 1960. Photographie en noir et blanc 24 x 18 cm Photo : © Harry Shunk and Janos Kender J.Paul Getty Trust. The Getty Research Institute, Los Angeles. (2014.R.20) © Succession Yves Klein c/o ADAGP, Paris

« La peinture ne me paraissait plus devoir être fonctionnellement reliée au regard.»
Yves Klein, 1961.

Le 28 avril 1958, le jour de ses trente ans, Yves Klein inaugure une exposition à la Galerie Iris Clert à Paris, dans laquelle aucun tableau, aucune sculpture, aucun objet ne sont visibles. Sidérant ! Cette manifestation, rapidement baptisée « l’exposition du vide », va bouleverser l'histoire de l'art. Alors qu'il est connu pour ses peintures monochromes outremer, l’artiste entend donner une nouvelle impulsion à son œuvre. Il opère ce qu'il appelle une « immatérialisation du tableau ». Son idée : « créer une ambiance, un climat pictural invisible mais présent ». Supercherie ou coup de génie ? Prenons Yves Klein au sérieux, car il pose une série de questions essentielles : l’art peut-il devenir immatériel ? Doit-il échapper à toute perception visuelle ?

Par où prendre le problème ? Pour commencer, on cherchera les prédécesseurs de l'artiste. Evidemment, on trouvera Marcel Duchamp et son fameux Air de Paris (1919), une simple ampoule pharmaceutique de 50 cm3 exposée totalement vide. C'est tout. De quoi s'agit-il ? D'un ready-made de vide, ou de la négation de celui-ci. Un anti-ready-made ? Difficile à dire. Moins évident, on trouvera un autre précurseur : Isidore Isou. En effet, le fondateur du lettrisme avait inventé, dès 1956, un « art infinitésimal » invitant les spectateurs à imaginer mentalement une œuvre d’art à partir d’un manifeste théorique, ou d'un support immaculé. En tout cas, ce qui est sûr et peu connu, c’est qu’Yves Klein connaissait ses recherches puisqu’il fréquentait régulièrement les soirées lettristes qui enflammaient le Saint-Germain-des-Prés de l’après-guerre.

Revenons à Yves Klein. Selon lui, l’art doit dépasser sa dimension purement matérielle. La couleur physique constitue encore un obstacle. Pour aller plus loin, il lui faut projeter l’art au-delà du visible.

Yves Klein prononçant son discours lors de l'ouverture de l'exposition "Vision in Motion - Motion in Vision", 1959 © Hessenhuis, Anvers, Belgique © Photo : Charles Wilp / BPK, Berlin © Œuvre : Succession Yves Klein c/o ADAGP, Paris

En 1959, il donne une dimension cérémoniale à l'immatérialité lors d'une exposition à Anvers en Belgique. Le jour du vernissage, il se place dans une salle vide du musée et, devant des spectateurs ébahis, prononce un discours décrivant l’apparition d'une couleur immatérielle dans l'espace environnant. Son objectif : séparer la couleur de sa base matérielle. Mystique !

La même année, l'artiste va plus loin en organisant d’incroyables cessions de « zones de sensibilité picturale immatérielle ». Ces actions consistent à disperser des feuilles d’or dans la Seine et à brûler le reçu certifiant leur vente. Plus rien ne subsiste, ni l’œuvre, ni la preuve de sa présence. Fort heureusement, il existe des photographies de ces séances, seuls témoignages de ce geste artistique éphémère. C'est une nouvelle manière de concevoir l'oeuvre d'art qui préfigure l'art conceptuel.

Cession d'une Zone de sensibilité picturale immatérielle à Dino Buzzati. Série n°1, Zone 05, 26 janvier 1962 © Par Harry Shunk-Janos Kender Photo : © Harry Shunk and Janos Kender J.Paul Getty Trust. The Getty Research Institute, Los Angeles. (2014.R.20) © Succe

Yves Klein ouvre plusieurs univers esthétiques simultanément. Il laisse en héritage des empreintes de corps et des traces d'intempéries sur ses toiles, des tableaux réalisés au lance-flamme, des architectures de l’air, un globe terrestre en lévitation, il ouvre des voies métaphysiques, s'élance dans le vide, poursuit une quête alchimique, traverse les éléments physiques des Anciens, terre, air, eau, feu, révèle l'usage spirituel de l'or à l'époque moderne comme jadis les peintres d'icônes, gagne des victoires secrètes, tout cela est-il racontable ?

Ainsi les œuvres les plus radicales de l'artiste privent le spectateur de leur dimension visuelle. Dès lors, quelle expérience pouvons-nous faire de son œuvre ? Une expérience intérieure assurément, comme une initiation spirituelle. Une initiation à une autre forme d'art, c'est-à-dire à un art qui se dématérialise progressivement sous nos yeux. Désormais, deux mondes existent en art : le monde matériel, bien connu, et le monde immatériel, métaphysique. L’initiation consiste peut-être à trouver le passage entre ces deux mondes.

Par Eric Monsinjon

Prolongez la réflexion avec mes autres articles :
Spectres de Marcel Duchamp (Sur la dématérialisation de l'art)
Pour en finir avec la mort de l'art (Sur les différentes morts de l'art)

Yves Klein, Le Saut dans le vide, octobre 1960, Fontenay-aux-Roses, France. © 5, rue Gentil-Bernard, Fontenay-aux-Roses, France Photographie Photo : © Harry Shunk and Janos Kender J.Paul Getty Trust. The Getty Research Institute

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome