Eric111
Abonné·e de Mediapart

45 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 nov. 2022

Eric111
Abonné·e de Mediapart

À Metz, le droit des enfants et la Raison d’État

Monsieur le Maire de Metz, Monsieur le Préfet de Moselle Ce dimanche 20 novembre 2022, vous célébrerez la 33ème Journée internationale des Droits de l’Enfant. L’Unicef, partenaire de la Ville « Amie des enfants » sera de la fête.

Eric111
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vous aurez, avec nous, le Collectif Mosellan pour le Droit au Logement, une pensée particulière pour ces milliers d’enfants qui, par le monde, errent, en quête d’un abri, fuyant les dévastations, les guerres, les catastrophes et autres calamités. Or, l’une de ces calamités, et non des moindres, est la Raison d’État.

La raison d’État

En son nom, un des pays les plus riches du monde décide, dans une de ses villes les plus attrayantes, de laisser des enfants croupir à la rue. Au fil des années, ce choix a pris, ici à Metz, des formes diverses. C’est un choix politique récurrent, de la Ville et de l’État, consensuel au fil des élections où se succèdent la « droite » et la « gauche » dans leurs versions nationale et municipale.

Enfants vivant à la rue à Metz

Souvenirs

Nous avons grelotté avec des enfants et des femmes enceintes sur le pavé de la Place de la Comédie en hiver.

Fillette sur le pavé à Metz

Nous avons suffoqué à la fumée de cartons et plastiques du feu auquel se chauffaient des femmes et leurs nourrissons sur les parkings de Metz.

Mère et enfant, à Metz, 2018

Nous avons suivi l’errance d’enfants hébétés de voir leurs vêtements et cartables jetés à la benne à l’aube par des édiles venus dégager un terrain municipal.

Nous avons accompagné dans la défense de leurs droits des enfants parqués dans des bidonvilles institutionnels coproduits, avenue Blida, par la Ville de Metz et les services d’État de Moselle unis dans la même obsession de ne surtout pas susciter quelque « appel d’air » risquant d’aspirer sur le sol français « la misère du monde ».

Nous avons forcé l’entrée de bâtiments publics pour leur éviter le pire. Et nous avons cru que votre sens des responsabilités doublé de votre attachement au droit des enfants nous dispenserait de renouveler l’exploit.

Gymnase occupé

Nous avons eu tort

Nous avons eu tort de croire que les ressources intellectuelles, matérielles et politiques de la Ville de Metz et des services publics l’État sous la responsabilité du Préfet de Moselle entreraient en synergie pour se pencher sur la défense d’un des droits les plus fondamentaux de l’enfant qui est celui d’un toit.

Nous avons eu tort de croire en l’hospitalité de la ville de Metz pour la famille M… fuyant un pays pillé et pollué par les puissances occidentales, un pays dont la misère est directement au service de notre richesse. Vous avez refusé à H…, R… et leurs trois enfants de trouver dans notre ville la moindre chance d’un emploi, d’une scolarité ou d’une formation, sans même vous intéresser à leurs motivations et leurs talents. H…, R… et leurs trois enfants auront survécu trois mois au camping municipal avant de se réfugier sous un auvent derrière un arrêt de bus afin de rendre visible votre choix de les abandonner.

Nous avons eu tort de croire que la famille N…, un couple avec deux enfants de onze et douze ans venus de Géorgie, aurait la moindre chance de trouver, ici, à Metz, quoi que ce soit de mieux que la resucée des chauvinismes qui dominent le débat politique. Vous les condamnez à s’abriter dans une voiture en panne au bord de la route.

Même constat pour la famille Z… venue d’Angola, un couple, deux enfants de deux et trois ans et leur grand-mère, condamnés à dormir sur les trottoirs de Metz.

Faites quelque chose

Quel est donc cet « État » dont la « Raison » commande de telles décisions ?

Quel est le sens d’une célébration des « Droits de l’Enfant » dans l’entre soi d’élus, notables et humanitaires autour d’un buffet ?

Monsieur le Maire de Metz, Monsieur le Préfet de Moselle, le moment est venu de convertir vos belles paroles en actes. Parmi les 8 700 logements actuellement vides à Metz, vous trouverez aisément une solution digne pour défendre le plus élémentaires des droits de l’enfant (mais aussi de l’adulte) : UN TOIT !

Eric Graff, militant au Collectif Mosellan pour le Droit au Logement (CMDAL)

PS:

Aucune réponse à notre courrier adressé publiquement à l'UNICEF il y a un mois (voir ici)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP