ermler
Abonné·e de Mediapart

25 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 avr. 2016

"Lettres à ma génération": un livre de Sarah Roubato

La première fois que j'ai découvert le nom de Sarah Roubato, c'était ici, sur Médiapart, un certain 20 novembre à 5h30 du matin. Elle venait de déposer un billet sur le fil du Club. "Lettre" d'urgence et de résistance, texte "à contre-pied", il distillait, en ces lendemains de tueries, quelque chose de rare, profond, "dérangeant"... 24 heures plus tard, il déclenchait ce qu'on appelle un "buzz"!

ermler
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je ne connais pas Sarah Roubato. Je ne l'ai jamais rencontrée ni parlé avec elle. Juste quelques brefs messages échangés suite à un contact après la publication, il y a quelques jours, de son dernier billet sur Médiapart. (1)  Elle ignore que j'écris ce texte.

Préambule : le buzz
La première fois que j'ai découvert le nom de Sarah Roubato, c'était ici, sur Médiapart,  lors d'une nuit d'insomnie un certain 20 novembre à 5h30 du matin. Elle venait de déposer un billet sur le fil du Club. (2)  J'ai cliqué, lu, recommandé le billet avec ce commentaire laconique, banal . "Merci, Sarah, pour ce beau texte". Mais le billet n'était pas banal. "Lettre" d'urgence et de résistance, texte à contre-pied, Il distillait, en ces lendemains de tueries, quelque chose de rare, profond, "dérangeant". Je savais bien que mon "merci" était autre chose qu'une politesse bienveillante.
Douze heures plus tard le billet de Sarah Roubato  passait en "une" du club de Médiapart...400 abonnés le recommandèrent ! Et puis, magie du partage, très vite le  texte  a circulé un peu partout sur la "toile". Lu un million de fois, "liké" 300 000 ! Trois cent mille qui avaient "aimé" comme moi, comme nous au petit matin  quand nous étions à peine cinq. On appelle ça un "buzz" ! De quoi vous réconcilier avec ce phénomène numérique que je pensais réservé aux niaiseries adolescentes, aux blagues, pastiches, performances et autres clashs ....On pouvait donc aussi "buzzer" avec un texte comme celui de Sarah Roubato ! Mes à-priori  se  sont pris une belle claque !
Puis - effet direct du buzz ? - un éditeur réputé décide de publier Sarah Roubato. Son premier livre édité !  Fin janvier sort donc, chez Michel Laffon, "lettres à ma génération". Découverte tardive, ce livre, je l'ai acheté et lu il y a seulement trois jours. Il est l'objet de ce billet.

"Lettres à ma génération" de Sarah Roubato
Ca commence, bien entendu, par la republication de la fameuse lettre qui a tant "buzzé". Puis vient une deuxième lettre qui réagit au buzz...et à ses orages! La troisième s'adresse à un marchand de légumes. La quatrième à... son "indifférence" (celle de l'auteur), qu'elle appelle "ma chérie". Suivent une douzaine d'autres adressées à des destinataires  aussi variés qu'un éléphant, une ancienne maitresse d'école, un piano, Blanche-neige, une cassette,  Denise Glaser, un chanteur vagabond  ou Emile Zola.... j'aime l'éclectisme du carnet d'adresses de Sarah Roubato.
Je ne suis pas critique littéraire  Je ne vous dirai rien de la qualité d'écriture de Sarah Roubato, de son "talent".  Je ne sais pas analyser, développer ces mots-là. Et puis il y a ces autres mots, trop usées peut-être, qui pourtant viennent, circulent, clignotent au fil de ma lecture des "lettres" de Sarah : sensibilité, poésie, intelligence, légèreté, humour, justesse, innocence, gravité, écoute, générosité, profondeur, humanité, liberté.. Prenez, piochez là dedans le mot qu'il vous plaira. Aucun n'est usurpé, j'en mets ma main au feu., Mais cela est peu de choses. Car l'essentiel n'est pas dans ce chapelet de mots.  L'essentiel, je crois, c'est ce Vivant qui circule à chaque page , de lettres en lettres. Ce désir de dire l'Autre, de l'attraper, de le rattraper, ce Vivant qui, au fond, ne se résigne pas à ne pas être dans cette exigence qui est celle d' inventer, de construire autrement ou juste construire. D'être, un jour, de ceux qui prendront le pouvoir ! Il  y a de la citoyenneté et donc une part évidemment politique dans les textes de Sarah Roubato.   

Vendre
Seulement voilà ! Le livre a, parait-il, du mal à se vendre. Quand un livre se "vend mal", au bout de trois mois, le libraire renvoie les invendus. "Invendu". Mot affreux, mot couperet. Dans ce monde-ci, nous le savons tous, ne pas être "vendu" c'est pire que pécher ! C'est l'exclusion. Partout. Ici c 'est la mort d'un livre promis à la pile qu'on entasse ou à la broyeuse . C'est l'abandon d'un auteur dont les prochains manuscrits (elle en a tant en réserve) ne seront peut-être pas publiés. Sauf si....
Vous avez compris. Le "sauf si..." c'est nous, c'est vous ! C'est de nous, ici sur Médiapart, il y a cinq mois à peine, que tout est parti.  C'est nous qui avons, par nos commentaires chaleureux (quelques fois grinçants !), nos éloges enflammés, nos "like" par milliers, en quelque sorte propulsé Sarah, qui n'avait rien demandé, vers le "buzz"'! Nous qui avons, pour une part, fait que ce livre édité existe.  Mais voilà...le tampon de la "sanction commerciale" prend son élan.. Et c'est nous, encore nous, qui pouvons l'empêcher de s'abattre. Si, bien vite, une centaine d'exemplaires du livre répartis sur vingt librairies de France étaient achetés, cela pourrait convaincre les libraires de ne pas le" renvoyer" et le livre de Sarah vivra encore. Alors...

Résister
Sarah ne disparaitra pas avec son livre. Elle écrit "debout", elle écrira encore. Allez donc sur son site, vous comprendrez. (3)  Mais quand même  ! Le poids d'un "insuccès" non mérité après celui - moins cruel certes - d'un "buzz" non désiré, ça fait un peu lourd à porter pour une jeune femme de trente ans qui a encore tant à nous dire, tant à nous apprendre, à apprendre de nous, à échanger... Il y a là pire qu'une injustice, une grille qui s'abat sur une rêve. Le sien, le nôtre aussi. Entre le chemin qui va du nôtre au sien.
Alors, modestement, sans bruit  ni "buzz", je le lance, ici sur Médiapart,  cet "appel", cette" pétition," cet "acte de résistance citoyen", appelez ça comme vous voudrez ! Achetez-le ce livre, faites-le exploser un peu ce putain de chiffre de ventes en librairie ! Il vous reste dix jours pour empêcher l'exécution de la "sentence" ! NOUS avons ce pouvoir-là ! Et puis, ce livre, offrez-le, diffusez-le ! Lisez-les ces lettres dans les Nuits Debout,  dans les écoles, les quartiers, dans les théâtres de rue, dans les granges et les ateliers.. partout où  les mots de chacun peuvent se faire entendre où le désir et le temps de l'écoute réclament leur part . Achetez "lettres à ma génération" ! Pas seulement pour ces belles pages. Pas seulement pour Sarah Roubato, mais aussi pour les milliers, les millions de Sarah Roubato dans le monde  qui, artistes ou non, sont ou deviendront les vrais créateurs. Pas les "créateurs" du Médef et de Macron. Pas ceux du "business" qui veut gagner des millions ! Mais ceux que "LEUR" système étouffe, enchaîne et qui veulent briser ces chaines avant qu'elles ne les brisent ! Une bataille comme celle-là ne se gagne pas seul. Jamais.

Post-scriptum à Sarah Roubato
Quelques mots pour Sarah qui peuvent être lus par tous.
J'ai bien compris, Sarah, que malgré notre différence d'âge, d'origine, de statut, de parcours, de "centres d'intérêt", nous sommes bien de la même génération ! Que vos "lettres" me sont donc adressées. Nos lumières n'ont pas été allumées aux mêmes feux . Nos obscurités ne sont pas nées de la même pénombre. Mais de mon  obscurité à la vôtre il existe quelque part un tunnel. De votre lumière à la mienne il existe quelque part un rayon... C'est de ces quelque part, peut-être, que viendra un autre avenir pour les hommes.
Merci à vous.

"Lettres à ma génération" de Sarah Roubato
éd. Michel Laffon  133 pages  11 euros

(1)   https://blogs.mediapart.fr/sarah-roubato/blog/070416/nuit-debout-le-reveil-dun-reve
(2 )  https://blogs.mediapart.fr/sarah-roubato/blog/201115/lettre-ma-generation-moi-je-nirai-pas-quen-terrasse
(3)   http://www.sarahroubato.com/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)

La sélection du Club

Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel