Erwan Lehoux
Professeur de Sciences économiques et sociales, militant communiste et syndicaliste, membre de l'Institut de recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Lien 2 juil. 2020

Note de lecture : Enfances de classe, Bernard Lahire

À l’heure où J.-M. Blanquer n’hésite pas à remettre en cause les apports de la sociologie de l’éducation, renonçant en fait à l’objectif d’une école de l’égalité, cet essai constitue une démonstration implacable de l’influence des conditions de vie, notamment matérielles, et de la socialisation des enfants sur leur construction comme individu et en particulier sur leur construction comme élève.

Erwan Lehoux
Professeur de Sciences économiques et sociales, militant communiste et syndicaliste, membre de l'Institut de recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://carnetsrouges.fr/enfances-de-classe/

Le plus grand mérite de l’ouvrage est sans aucun doute d’avoir redonné à la sociologie de l’éducation toute sa place et d’avoir remis la question des inégalités, notamment scolaires, au cœur des débats. La rigueur de cette enquête balaie tous les arguments de ceux qui, depuis les premiers travaux de Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, n’ont eu de cesse de reprocher à la sociologie de l’éducation d’être idéologiquement trop orientée, voire biaisée. L’autre intérêt de cet essai réside dans la perspective d’une explication globale des inégalités. À rebours de la tendance à l’hyper-spécialisation des travaux en sociologie, comme dans d’autres disciplines d’ailleurs, les auteurs prennent en compte à la fois l’influence des facteurs matériels et culturels afin de montrer comment ils se combinent. Dès lors, l’analyse des inégalités en termes de classes sociales reprend tout son sens, alors même qu’elle avait été marginalisée, y compris dans le champ des sciences sociales.

Cela dit, les auteurs ne parviennent pas vraiment à éviter certains écueils assez classiques de la sociologie de l’éducation. Ainsi, tout en expliquant avec beaucoup de pertinence comment les inégalités scolaires se construisent socialement, l’ouvrage renforce d’une certaine façon la légitimité des jugements scolaires, au détriment d’autres critères de jugement, plus répandus dans les familles des couches populaires notamment. Certes, les jugements scolaires, pour arbitraires qu’ils peuvent apparaître, fondent les inégalités et donc les pouvoirs des uns sur les autres ; aussi, il eût été tout aussi regrettable de tomber dans l’écueil inverse, celui de la relativité absolue des normes. Néanmoins, la perspective adoptée dans l’ouvrage tend à atténuer, voire à invisibiliser, les capacités de résistances des classes populaires.

Note de lecture publiée dans Carnets rouges n°19, 2020. À lire sur le site de la revue.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel
Journal — Politique
Le député de Charente Jérôme Lambert logé chez un bailleur social à Paris
Le député Jérôme Lambert, écarté par la Nupes et désormais candidat dissident pour les élections législatives en Charente, vit dans un logement parisien de 95 m2 pour 971 euros par mois. « Être logé à ce prix-là à Paris, j’estime que c’est déjà cher », justifie l’élu qui n’y voit rien de « choquant ».  
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet