Erwan Lehoux
Professeur de Sciences économiques et sociales, militant communiste et syndicaliste, membre de l'Institut de recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 sept. 2019

Une minute de silence pour Jacques Chirac dans les écoles. Vous avez dit laïcité?

Une minute de silence sera observée ce lundi dans les administrations et écoles publiques. Au-delà des considérations partisanes et politiques de chacune et de chacun, l’injonction faite aux agents publics, notamment aux enseignant·e·s, et aux élèves des écoles publiques de s’associer à cette commémoration ne peut que nous interroger.

Erwan Lehoux
Professeur de Sciences économiques et sociales, militant communiste et syndicaliste, membre de l'Institut de recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Annoncée dans la presse par la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, la minute de silence en hommage à Jacques Chirac qui sera observée ce lundi dans les administrations et les écoles publiques fait depuis l’objet d’une circulaire signée du premier ministre. En outre, cette dernière ajoute que « les enseignants qui le souhaitent pourront également consacrer un cours de cette journée à l'évocation de la mémoire de l'ancien chef de l’État ».

Si l’hommage rendu par les représentants de l’État, au nom de celui-ci, s’inscrit dans la tradition républicaine et qu’il ne s’agit pas de le remettre en cause ici, l’injonction faite aux agents publics, notamment aux enseignant·e·s, et aux élèves des écoles publiques de s’associer à cette commémoration ne peut que nous interroger.

Alors que la loi du 9 décembre 1905 assure dans son article premier que « la République assure la liberté de conscience », comment le culte d’un ancien Président de République saurait-il être imposé à qui que ce soit ? Que celles et ceux qui le souhaitent rendent hommage à cet ancien homme d’État est tout à fait respectable. Que les médias consacrent une partie de leurs colonnes ou de leur temps d’antenne à sa mémoire n’a rien de choquant. C’est aussi, au-delà des convictions partisanes de chacune et de chacun, une page de notre histoire qui se tourne.

Cependant, chacune et chacun doit demeurer libre de l’émotion qu’il ressent ou qu’il ne ressent pas. Le cas échéant, chacune et chacun doit demeurer libre de participer ou de ne pas participer à l’hommage rendu. C’est d’autant plus vrai des élèves qui n’ont, pour beaucoup, pas connu ce Président de la République, ou si peu. Quel sens à cet événement pour eux qui ont peut-être découvert son nom en apprenant sa mort ?

C’est encore plus vrai des élèves qu’ils sont d’abord des citoyen·ne·s en construction et que l’école, dans le cadre de cette construction, doit se garder de toute influence partisane et, au contraire, favoriser chez les élèves le développement de l’esprit critique.

Les anciens Présidents de la République, s’ils peuvent être évoqués, doivent l’être dans le cadre de l’apprentissage de l’histoire, qui ne saurait être confondu avec un culte des grands hommes. Cet enseignement suppose un certain recul sur les faits, qui s’oppose parfois aux impératifs mémoriels.

Que l’école ait entre autres missions celle de développer la citoyenneté chez les élèves n’implique en aucun cas de suivre un catéchisme républicain d’un autre âge. Que l’école soit amenée à faire vivre les valeurs de la République que sont la liberté, l’égalité et la fraternité n’implique en aucun cas de s’adonner à toute sorte de culte, aussi républicain soit-il. Bien au contraire !

En tant qu'enseignant, c’est pourquoi je ne participerai pas et ne ferai pas participer mes élèves à la minute de silence que d’aucuns voudraient imposer dans les écoles. Libre à eux, cependant, de rendre hommage à l’ancien Président de la République, s’ils le souhaitent, en dehors des heures de cours.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Dans les Ehpad du groupe Orpea, des CDI introuvables
D’après nos informations, des recrues du groupe privé de maisons de retraite doivent, en France, se contenter de signer des CDD au motif qu’il s’agirait de remplacer des salariés en CDI. Or, dans bien des cas, ces salariés n’existeraient pas. Le groupe dément toute irrégularité, assurant qu’« il n’y a jamais eu d’emploi fictif au sein de l’entreprise ».
par Leïla Miñano avec Benoît Brevet (Investigate Europe)
Journal
Quand le comité d’éthique de France TV prend le parti de Korian
Fin 2020, France 3 a diffusé un documentaire sur les morts du Covid dans les Ehpad qui a déplu au groupe privé Korian. Celui-ci a notamment saisi le comité d’éthique de France Télévisions. Une instance présidée par Christine Albanel qui a jugé « à charge » le travail, pourtant approfondi, des journalistes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal — Droite
Le député Guillaume Peltier visé par une enquête
Le parquet de Blois a annoncé, lundi 24 janvier, l’ouverture d’une enquête préliminaire à la suite des révélations de Mediapart sur l’utilisation des fonds publics du député Guillaume Peltier, porte-parole de la campagne d’Éric Zemmour.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien