esther heboyan
Ecrivaine, traductrice, chroniqueuse. Universitaire. Domaines d'intérêts: la place des individus dans la société, littérature nord-américaine, cinéma, musique...
Abonné·e de Mediapart

67 Billets

6 Éditions

Billet de blog 10 août 2017

esther heboyan
Ecrivaine, traductrice, chroniqueuse. Universitaire. Domaines d'intérêts: la place des individus dans la société, littérature nord-américaine, cinéma, musique...
Abonné·e de Mediapart

Coeurs d'exil - Djam de Tony Gatlif

Si la réalité dépasse parfois la fiction, le cinéma de Tony Gatlif, lui, va plus loin que la vie, plus loin que le monde en ses schémas réducteurs, destructeurs, moralisateurs, pour nous offrir un conte musical sur l’exil et le chagrin, les chaos de l’histoire, les désillusions d’hier et d’aujourd’hui.

esther heboyan
Ecrivaine, traductrice, chroniqueuse. Universitaire. Domaines d'intérêts: la place des individus dans la société, littérature nord-américaine, cinéma, musique...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si la réalité dépasse parfois la fiction, le cinéma de Tony Gatlif, lui, va plus loin que la vie, plus loin que le monde en ses schémas réducteurs, destructeurs, moralisateurs, pour nous offrir un conte musical sur l’exil et le chagrin, les chaos de l’histoire, les désillusions d’hier et d’aujourd’hui. Quitte à oublier le temps du récit qui s’arrête sur un chemin de village, une voie ferrée, les galets de Mytilène, les épaves de la mer Égée. Quitte à vouloir une héroïne tellement libre et provocatrice qu’on se demande si une jeune femme seule peut, sans se mettre en péril en tant que femme, dormir sur les toits d’Istanbul, courir les routes de Kavala, se déshabiller à proximité d’un vendeur ambulant.

Le monde idéal selon Gatlif. Et pourquoi pas ?

Sauf que ce monde-là est immanquablement cruel. L’a toujours été. Comme le dit la chanson traditionnelle turque Istemem Babacim (Papa, je n’en veux pas). Comme le chante, avec panache, l’actrice-chanteuse-danseuse grecque Daphné Patakia qui est Djam, la rebelle de l’île de Lesbos. Dans la chanson originale, la fille ne veut pas des prétendants que le père lui présente. Chez Gatlif, les paroles ont été modifiées pour dénoncer la crise économique en Grèce (les hôtels sont vides, les trains en grève, les bateaux en rade), le calvaire des réfugiés syriens en Méditerranée (la plage de Lesbos en témoigne), la dictature des Colonels entre 1967 et 1974 (Djam urine sur la tombe de son grand-père fasciste), l’exil forcé des Grecs de Turquie à partir de 1922 (à la suite de l’incendie de Smyrne/Izmir).

Djam est envoyée à Istanbul par son beau-père Kakourgos (Simon Akbarian) pour rapporter une bielle de moteur de chez un forgeron. Djam va croiser de nombreux personnages dont une Française prénommée Avril (Maryne Cayon) venue pour aider les réfugiés à Gaziantep mais qui elle-même a besoin d’assistance. Le tandem fonctionne tant bien que mal. Avril, débarquée de sa banlieue parisienne, d’une naïveté flagrante (la bonne conscience de l’Europe ?), sert de faire-valoir à Djam qui aurait pu s’en passer. Son personnage assez mièvre n’apporte rien à l’histoire. Par contre, le personnage tragique de Pano (Kimon Kouris), qui creuse sa propre tombe parce qu’il a tout perdu, est bien plus intéressant. Avec sa gueule de pâtre grec, il raconte à lui seul la disgrâce de la Grèce contemporaine à la merci des banques. Après sa crise de folie, Pano envisage de s’exiler en Norvège. Il en rit, puis il en pleure, tandis que dans la taverne on chante « D’où je viens les gens savent aimer. »

À Lesbos, Kakourgos, lui aussi, a affaire aux huissiers. Débitant insultes en arménien et turc, il ne baisse pas la tête et embarque sur son bateau pour un nouvel exil, lui qui a la nostalgie des lokoums de chez Haci Bekir à Istanbul, des soirées rébétiko dans son restaurant grec à Paris. Il part en dansant. Comme un de ces fous sympathiques que l’on croise dans l’œuvre de William Saroyan. Comme Djam qui, d’un claquement de doigts, fait jaillir le rébétiko, ce folklore gréco-turc importé d’Asie Mineure que Gatlif met ici à l’honneur en langue grecque et en langue turque. À l’image du no man’s land que traverse Djam entre le poste-frontière turc et le poste-frontière grec, le rébétiko est le territoire de la liberté du corps et de l’esprit. Un entre-deux que le film multiplie et varie comme s’il fallait sans cesse repousser les limites, les grillages, les clôtures.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB