Etienne Grangier
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 mai 2020

Sibeth avait raison...

«Vous savez quoi? Je ne sais pas utiliser un masque, les français ne savent pas utiliser un masque, utiliser un masque ce sont des gestes précis que seuls les professionnels connaissent». Cela m'arrache le coeur de le reconnaître, mais Sibeth N'Diaye avait raison.

Etienne Grangier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ayant suspendu mon métier d'infirmier tant que de réelles conditions sanitaires ne seront pas mises en place par le gouvernement, j'observe.
J'observe cette activité qui reprend, j'observe ces artisans qui retournent travailler sur les chantiers avec le même camion, ces parents qui retournent dans les parcs avec leurs enfants en attendant l'école, ces vieux et ces jeunes qui sortent avec leurs masques en tissu...
Ils travaillent et discutent ensemble sur les chantiers ou dans la rue, se rapprochent, se parlent, mais avec des masques. 
Des masques grand public comme ils disent...
Des masques en tissu qui laissent passer 97% des particules selon la seule étude réalisée jusqu'ici dans un hôpital au Viet-Nam. 
Des masques qui rassurent sanitairement, qui réconfortent la conscience, qui peuvent être selon les aspirations de chacun tendance, drôle ou sérieux.
"N'oubliez pas les masques chirurgicaux Monsieur Grangier!" me direz-vous.
Ceux qui laissent passer "seulement" 47% des particules?
Une chance sur deux de se contaminer...une chance sur deux de contaminer les autres... 
Ces autres que je soignais, ces vieux, ces faibles, ces gens qui n'intéresse pas le gouvernement, qui ne vous intéresse finalement que peu... 
Tous ces gens portent donc leur masque en tissu ou non, le touchent comme Macron dans une école, l'enlèvent à moitié, le remettent. Tous ces braves gens commettent des fautes d'hygiène en souhaitant bien faire. Des masques qui contaminent au lieu de protéger. 
Oui, porter un masque c'est une technique, une manière de faire, une formation de soignant de plusieurs mois ou années qui exige de connaître les bonnes et les mauvaises manières.
Des bonnes et mauvaises manières qui exige d'être appliquées également en tant que soignant... 
Ces soignants, des infirmiers parfois, des médecins beaucoup trop,, qui ne portent pas de masque, ne se lavent pas les mains en rentrant ou en sortant des chambres... 
Tant d'informations à retenir pour ces jeunes internes ou ces seniors mais qui ne savent pas (ne veulent pas?) se laver les mains correctement, se protéger et protéger les autres. 
Des soignants qui ne s'arrêtent pas de travailler quand ils sont eux-mêmes malades, qui toussent et rentrent tout de même dans les chambres, puis dans le meilleur des cas finissent par s'arrêter parce que tout un service a fait pression auprès de la hiérarchie...tout cela bien évidemment après avoir contaminer des patients...
Ces soignants à qui ont souffle d'être des héros et qui naivement le croient... Une manière comme une autre d'être considéré et de se sentir utile dans cette société si individuelle...
Des soignants qui acceptent des surblouses réalisées avec des sacs poubelles et des masques en tissu inutiles, des soignants qui ne savent pas dire non. 
Des soignants qui pensent changer le monde avec des photos ou des slogans, des soignants qui accepteront encore demain de se faire taper dessus lors des prochaines manifestations parce qu'un soignant se doit d'être bon et de ne pas avoir de mauvaises pensées... 
Le soignant est trop bon...
A quel moment le soignant acceptera t-il d'être enfin professionnel et de dire non tant qu'il n'obtient pas les conditions nécessaires pour travailler? A quel moment refusera t-il de soigner tant que les conditions ne seront pas remplies pour se protéger lui et protéger les autres? 
Est-ce mettre en danger de mort les patients que de refuser de les soigner dans de mauvaises conditions?
Si c'est le cas, j'assume pleinement mon refus. 
J'assume de ne pas jouer le jeu qui nous est proposé actuellement en acceptant des conditions digne d'un pays du tiers-monde. 
Qui refusera de soigner ces élites, politiques, économiques et militaires qui exigent que nous acceptions docilement des conditions sanitaires insuffisantes? 
A quel moment les gradés de la grande muette refuseront-ils d'envoyer leurs hommes tabasser des soignants manifestant dans la rue? 
A quel moment les policiers, gendarmes et CRS refuseront-ils de museler des infirmières qui sont peut être leur femme, leur mère ou leur soeur? 
A quel moment le peuple se réveillera t-il enfin et refusera t-il qu'on lui offre des conditions sanitaires digne du moyen-âge tel le confinement et des masques en tissu plutôt que des tests et une éducation réelle aux bonnes pratiques? 
Pour nos élites le peuple est sale, bête et méchant. 
Il faut avouer que pour l'instant nous ne leur donnons pas vraiment tort en acceptant de nous protéger avec des tissus inutiles, en acceptant de nous contaminer et de contaminer les nôtres plus faibles qu'ils soient vieux, malades ou .handicapés..
Alors ne soyons plus Sibeth et agissons enfin... 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau