Sibeth avait raison...

«Vous savez quoi? Je ne sais pas utiliser un masque, les français ne savent pas utiliser un masque, utiliser un masque ce sont des gestes précis que seuls les professionnels connaissent». Cela m'arrache le coeur de le reconnaître, mais Sibeth N'Diaye avait raison.

Ayant suspendu mon métier d'infirmier tant que de réelles conditions sanitaires ne seront pas mises en place par le gouvernement, j'observe.

J'observe cette activité qui reprend, j'observe ces artisans qui retournent travailler sur les chantiers avec le même camion, ces parents qui retournent dans les parcs avec leurs enfants en attendant l'école, ces vieux et ces jeunes qui sortent avec leurs masques en tissu...
Ils travaillent et discutent ensemble sur les chantiers ou dans la rue, se rapprochent, se parlent, mais avec des masques. 

Des masques grand public comme ils disent...
Des masques en tissu qui laissent passer 97% des particules selon la seule étude réalisée jusqu'ici dans un hôpital au Viet-Nam. 
Des masques qui rassurent sanitairement, qui réconfortent la conscience, qui peuvent être selon les aspirations de chacun tendance, drôle ou sérieux.

"N'oubliez pas les masques chirurgicaux Monsieur Grangier!" me direz-vous.

Ceux qui laissent passer "seulement" 47% des particules?
Une chance sur deux de se contaminer...une chance sur deux de contaminer les autres... 
Ces autres que je soignais, ces vieux, ces faibles, ces gens qui n'intéresse pas le gouvernement, qui ne vous intéresse finalement que peu... 

Tous ces gens portent donc leur masque en tissu ou non, le touchent comme Macron dans une école, l'enlèvent à moitié, le remettent. Tous ces braves gens commettent des fautes d'hygiène en souhaitant bien faire. Des masques qui contaminent au lieu de protéger. 
Oui, porter un masque c'est une technique, une manière de faire, une formation de soignant de plusieurs mois ou années qui exige de connaître les bonnes et les mauvaises manières.
Des bonnes et mauvaises manières qui exige d'être appliquées également en tant que soignant... 

Ces soignants, des infirmiers parfois, des médecins beaucoup trop,, qui ne portent pas de masque, ne se lavent pas les mains en rentrant ou en sortant des chambres... 
Tant d'informations à retenir pour ces jeunes internes ou ces seniors mais qui ne savent pas (ne veulent pas?) se laver les mains correctement, se protéger et protéger les autres. 
Des soignants qui ne s'arrêtent pas de travailler quand ils sont eux-mêmes malades, qui toussent et rentrent tout de même dans les chambres, puis dans le meilleur des cas finissent par s'arrêter parce que tout un service a fait pression auprès de la hiérarchie...tout cela bien évidemment après avoir contaminer des patients...

Ces soignants à qui ont souffle d'être des héros et qui naivement le croient... Une manière comme une autre d'être considéré et de se sentir utile dans cette société si individuelle...
Des soignants qui acceptent des surblouses réalisées avec des sacs poubelles et des masques en tissu inutiles, des soignants qui ne savent pas dire non. 
Des soignants qui pensent changer le monde avec des photos ou des slogans, des soignants qui accepteront encore demain de se faire taper dessus lors des prochaines manifestations parce qu'un soignant se doit d'être bon et de ne pas avoir de mauvaises pensées... 

Le soignant est trop bon...

A quel moment le soignant acceptera t-il d'être enfin professionnel et de dire non tant qu'il n'obtient pas les conditions nécessaires pour travailler? A quel moment refusera t-il de soigner tant que les conditions ne seront pas remplies pour se protéger lui et protéger les autres? 
Est-ce mettre en danger de mort les patients que de refuser de les soigner dans de mauvaises conditions?
Si c'est le cas, j'assume pleinement mon refus. 
J'assume de ne pas jouer le jeu qui nous est proposé actuellement en acceptant des conditions digne d'un pays du tiers-monde. 

Qui refusera de soigner ces élites, politiques, économiques et militaires qui exigent que nous acceptions docilement des conditions sanitaires insuffisantes? 
A quel moment les gradés de la grande muette refuseront-ils d'envoyer leurs hommes tabasser des soignants manifestant dans la rue? 
A quel moment les policiers, gendarmes et CRS refuseront-ils de museler des infirmières qui sont peut être leur femme, leur mère ou leur soeur? 
A quel moment le peuple se réveillera t-il enfin et refusera t-il qu'on lui offre des conditions sanitaires digne du moyen-âge tel le confinement et des masques en tissu plutôt que des tests et une éducation réelle aux bonnes pratiques? 

Pour nos élites le peuple est sale, bête et méchant. 

Il faut avouer que pour l'instant nous ne leur donnons pas vraiment tort en acceptant de nous protéger avec des tissus inutiles, en acceptant de nous contaminer et de contaminer les nôtres plus faibles qu'ils soient vieux, malades ou .handicapés..

Alors ne soyons plus Sibeth et agissons enfin... 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.