Etoile66
Indépendante
Abonné·e de Mediapart

155 Billets

2 Éditions

Billet de blog 15 févr. 2009

Actions citoyennes, interpellation de tous les élus, entrepreneurs sociaux innovants

Le Nouvel Obs publie un article Le Parti pirate ou l'avènement de la "démocratie liquide"  Il parle du Parti Pirate en Allemagne qui entre en force dans tous les parlements régionaux.Depuis 2004,  les "élus" répondent en public aux questions des citoyens qui les ont élus et leur demandent ce qu'il en est de leurs promesses au cours de leur mandat.  Il suffit d'y mettre son code postal pour interpeller son représentant au parlement régional, national, européen, municipal, etc... et voir leur réponse en ligne.

Etoile66
Indépendante
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Nouvel Obs publie un article Le Parti pirate ou l'avènement de la "démocratie liquide"  Il parle du Parti Pirate en Allemagne qui entre en force dans tous les parlements régionaux.

Depuis 2004,  les "élus" répondent en public aux questions des citoyens qui les ont élus et leur demandent ce qu'il en est de leurs promesses au cours de leur mandat.  Il suffit d'y mettre son code postal pour interpeller son représentant au parlement régional, national, européen, municipal, etc... et voir leur réponse en ligne.

Ce site a été lancé par deux jeunes Hambourgeois en 2004,  Gregor Hackmack

et Boris Hekele

Cette action citoyenne a été soutenue lors de son lancement par l'organisation BONVENTURE qui se définit ainsi:

"Fund and Foundation for Social Responsibility, Commitments to companies and organizations with a social and/or ecological purpose in German-speaking countries".  Tiens, une Fondation (j'en avais longuement parlé sur mon blog).

Mais il est surtout soutenu par des citoyens de base qui envoient leurs dons à l'association, Les dons vont de  de 5 à 150 €...

Il est possible non seulement d'interroger ses "élus", mais aussi de voir toutes les commissions, tous les votes sur les différents sujets de débats, les commissions d'enquêtes et commissions spéciales, et des informations de base sur le droit électoral pour élire le parlement.

90% de tous les élus répondent online.

Il y a une revue de presse et surtout son fondateur a été déclaré entrepreneur social de l'année en novembre 2008 par l'organisme international ASHOA organisation internationale qui soutient les entrepreneurs sociaux innovants. Voici d'ailleurs la page française de cette organisation et quelques infos sur son origine:.

"Bill Drayton a fondé Ashoka en 1980 en Inde en partant de 2 idées

1. "Il n’y a rien de plus puissant au monde qu’une idée nouvelle dans les mains d’un véritable entrepreneur"

2. Il faut doter le secteur social d’une structure équivalente aux "fonds de capital-risque", càd capable d’identifier et d’accompagner les Entrepreneurs innovants pendant la phase de développement de leur activité.

L’approche choisie est donc celle du "capital-risque philanthropique" : Ashoka "investit" dans les Entrepreneurs Sociaux, qu’elle sélectionne pour leur projet innovant et leurs qualités entrepreneuriales, tout en attendant un "retour sur investissement" qui est social et non pas financier. Ce "retour" se cacule en fonction de l’augmentation de l’impact que les Entrepreneurs Sociaux ont sur la société."

En voici l'historique et le fonctionnement en anglais : Democracy in the times of the internet

Cette action citoyenne de transparence dans la société civile est dans le cadre de Transparency International.

Elle est aussi soutenue par certains médias, comme le Spiegel et autres qui reprennent leur site sur les medias online. Ils sont justement  très cités dans les medias.

Ils ont aussi un partenariat au Luxembourg, en Irlande,  en Autriche, ont débuté en Malaysie où il est maintenant possible d'interroger tous les représentants élus et de lire leurs réponses en temps réel en ligne.

Ils sont prêts à mettre leur logiciel au service de la démocratie - aussi en France - à condition de trouver des partenaires fiables et non partisans.

En France, il n'existe qu'un groupe qui "surveille" l'activité des élus, leur présence et activités au parlement, mais sans les questions officielles par les citoyens ni les réponses des "élus" en public sur des questions bien précises. http://www.nosdeputes.fr organisés par Regards Citoyens.

Contactés en 2009, ils n'ont pas souhaité le partenariat proposé, voulant rester à leur système de "surveillance" sans dialogue, avec leur propre logiciel, ce que j'avais trouvé fort dommage...


Peut-être que Mediapart pourrait s'engager pour faire connaître ces activités citoyennes avec interrogation des élus et réponses online pour les développer en France ?

C'est en tout cas le but de cet fil.

Qu'en pensez-vous ?

------

Article actualisé le 25 mai 2012, certains liens hypertextes n'étant plus actuels.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Le naufrage d’un ministre désinvolte
Le voyage de Jean-Michel Blanquer aux Baléares, à la veille d’une rentrée scolaire à haut risque, résume deux années de gestion de la pandémie de Covid-19 : par désintérêt manifeste, il n’a jamais répondu aux craintes et à l’épuisement des enseignants comme des familles. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre
Journal — Industrie
Industrie française : l’attractivité de la rente
Accusé d’être le fossoyeur de l’industrie, Emmanuel Macron entend contre-attaquer : grâce à sa politique, la France aurait retrouvé son attrait pour les investisseurs étrangers. Mais il confond compétitivité-prix et attractivité, qui repose sur des écosystèmes détruits systématiquement par le gouvernement au profit d’un capitalisme de rente.
par Martine Orange
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La sélection du Club

Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin