eugénio populin
retraité
Abonné·e de Mediapart

913 Billets

4 Éditions

Billet de blog 5 déc. 2022

eugénio populin
retraité
Abonné·e de Mediapart

UNE JOURNÉE FASCISTE Célestin et Élise Freinet, pédagogues et militants

Laurence De Cock - Mémoires sociales - "La scène se déroule le 24 avril 1933, dans la petite école de Saint-Paul dirigée par Célestin Freinet, quelques minutes après la fermeture des portes. Depuis des mois, l’instituteur subit une campagne de diffamation menée par le maire, soutenue par quelques habitants du village, qui veulent le chasser."

eugénio populin
retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Billet mis à jour ce 5 décembre à 18:30 avec le lien ver l'article du Monde

Quand l'histoire commence à balbutier ?

Valenciennes : une professeure menacée pour une sortie à Calais

-_-_-_-_-_-

Agone.org - 

UNE JOURNÉE FASCISTE

Célestin et Élise Freinet, pédagogues et militants

Illustration 1

.../... Cette petite affaire locale a pris une envergure nationale grâce à de solides appuis via la presse d’extrême-droite. En cause, la pédagogie de Freinet, qui favorise une totale liberté dans l’expression écrite des enfants. Quelques mois plus tôt, un enfant avait donné le récit, qui fut imprimé sans aucune censure de l’instituteur, d’un rêve où le maire était attaqué par les élèves.

-_-_-_-_-_-_-

voir aussi :

Le Monde - Soazig Le Nevé et Samuel Laurent, le 5 décembre 2022

De la sortie pédagogique à la campagne de haine :

comment une enseignante a été harcelée par les soutiens politiques et médiatiques d’Eric Zemmour

Une visite dans un camp de migrants de Calais a été annulée à la suite de menaces reçues par une professeure de classe préparatoire, dont le nom a été divulgué par des membres de son parti.

.../... 

La journée à Calais devait « modestement » permettre une introduction aux méthodes de la recherche en sciences sociales, détaille Sophie Djigo, chercheuse et enseignante en philosophie, à l’origine du projet. Etaient ensuite prévus « un volet conceptuel d’analyse et de documentation de la frontière », notamment en philosophie, avec des penseurs comme Hobbes et Montesquieu, ainsi qu’un retour sur l’œuvre d’Ovide, portant sur « l’exil dans le monde antique ».

Mais la sortie n’a pas eu lieu. Le rectorat a préféré l’annuler, après que Sophie Djigo a subi une campagne de menaces et d’insultes sur les réseaux sociaux, au point de bénéficier d’une protection juridique de la part de l’éducation nationale.

.../.. 

Il faut moins d’une heure au parti de M. Zemmour pour publier un communiqué de presse mentionnant, sans la nommer, que l’enseignante est une « militante pro-immigration » et cofondatrice d’une association d’aide aux migrants. Autant d’éléments qui permettent de l’identifier.

Reconquête ! plastronne. Les médias proches du parti, de CNews à Valeurs actuelles, relaient l’initiative. Agnès Marion, la porte-parole de Parents vigilants, une ex-assistante parlementaire de Marion Maréchal, la nièce de Marine Le Pen – qui n’a pas répondu à nos sollicitations –, évoque des élèves « pris en otage ». Sur les réseaux sociaux, une campagne de haine se déchaîne. Le nom de Mme Djigo est explicitement cité dans un billet publié sur Fdesouche, navire amiral de l’extrême droite en ligne, auquel contribue Damien Rieu, l’un des piliers de Reconquête !. Contacté, celui-ci n’a pas voulu préciser s’il était l’auteur de ce post. Pierre Sautarel, l’animateur du site, n’a pas non plus souhaité répondre.

Sur Twitter, les partisans d’Eric Zemmour continuent leur campagne. Un hashtag #sophiedjigo est lancé, des photos d’elle et de ses actions circulent. Injures et menaces fusent par centaines. Le 29 novembre, un billet publié sur le blog de l’organisation d’extrême droite Riposte laïque estime qu’il faut « virer cette Sophie Djigo ». « Je souhaite que cette ignoble salope se fasse dépecer vivante par ses petits protégés », « cette foldingue mérite de se faire assassiner »… Les commentaires sous le texte sont au-delà de l’injure.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte