Eva Joly
Membre de la Commission indépendante pour la réforme de la fiscalité internationale des entreprises (ICRICT) et ex-députée au Parlement Européen
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 oct. 2019

Football Leaks: la justice portugaise doit exploiter les données de Rui Pinto

Le lanceur d’alerte des Football Leaks, Rui Pinto, qui a mis au jour des révélations majeures d’intérêt public, offre aux autorités judiciaires portugaises une occasion unique de lutter contre la corruption dans le football.

Eva Joly
Membre de la Commission indépendante pour la réforme de la fiscalité internationale des entreprises (ICRICT) et ex-députée au Parlement Européen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 19 septembre dernier, des procureurs portugais ont inculpé Rui Pinto, le lanceur d'alerte des Football Leaks, de 147 chefs d'accusation. Les accusations concernent principalement des délits présumés d'accès non autorisé à des données et de violation du secret des correspondances. L’une des accusations concerne une tentative d'extorsion présumée. Rui Pinto est emprisonné au Portugal depuis six mois dans l'attente de son procès. 

Les documents Football Leaks, qui ont révélé d'importantes fautes dans l'industrie du football, représentent un intérêt public considérable. Ces données ont été analysées et publiées depuis 2016 par les médias européens membres du réseau European Investigative Collaborations (EIC), dont Der Spiegel, Mediapart, El Mundo, Expresso, Le Soir, Falter, NRC Handelsblad, Politiken, The Sunday Times et Reuters.

Alors que l'Union européenne vient d'adopter une directive visant à mieux protéger les lanceurs d'alerte, le Portugal prend une mauvaise voie en traitant Rui Pinto de cette façon.

Alors que Rui Pinto est en prison au Portugal, des procureurs de neuf pays (dont la France, la Belgique, l’Espagne, les Pays-Bas, le Royaume-Uni…) ont lancé une procédure d’enquête européenne basée sur les révélations des Football Leaks. Rui Pinto collabore activement, par exemple, avec le parquet national financier (PNF) français, ce qui lui a même permis de candidater au programme de protection des témoins en France. The Signals Network, une organisation à but non lucratif qui soutient les lanceurs d'alerte, dont Rui Pinto, estime que 35 millions d'euros d'amendes ont déjà été infligées à des fraudeurs grâce aux informations révélées par les Football Leaks.

De fait, la collaboration de Rui Pinto avec des systèmes judiciaires étrangers a cessé depuis son incarcération au Portugal. Sa détention au Portugal ralentit le travail des autres pays pour lutter contre la corruption dans le football.

Que fait le Portugal pour lutter contre la corruption dans l'industrie du football ? Rien. Le Portugal enquête-t-il sur la corruption révélée par les Football Leaks ? La réponse courte est non. Les autorités portugaises estiment qu’elles ne peuvent pas utiliser les révélations des Football Leaks étant donné que ces informations ont été obtenues illégalement.

Le moment est venu pour le Portugal de considérer que, lorsqu'un cadre législatif n'est pas adapté pour lutter contre la corruption, les lois doivent évoluer. Dans de nombreux pays, la preuve est libre. Il est temps que le Portugal évolue. Le Portugal doit mettre à jour sa législation afin de lutter efficacement contre la corruption dans le football. Sinon, le Portugal sera simplement perçu comme un système judiciaire à l’ancienne, qui protège les puissants et les corrompus et emprisonne ceux qui parlent. Responsables politiques et citoyens portugais, c’est à vous de jouer.

Par Eva Joly, ancienne juge anticorruption, ancienne députée européenne EELV.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON