Eva_Rodriguez
Enseignante et chercheuse à Université de Paris
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 oct. 2019

Eva_Rodriguez
Enseignante et chercheuse à Université de Paris
Abonné·e de Mediapart

Dans quel état Julian Assange était-il ce 21 octobre 2019 ?

L’état effroyable dans lequel se trouve le fondateur de WikiLeaks permet-il d’espérer de sauver encore sa vie ?

Eva_Rodriguez
Enseignante et chercheuse à Université de Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

[Cet article est un prolongement à mon article "L'audience d'Assange ou la mascarade du 21/10/2019 - Assange : "This is inequitable"]

[Lire aussi l'article du 4 novembre par Jérôme Hourdeaux Julian Assange en danger de mort selon le rapport spécial de l'ONU]

Lors de l’audience d’Assange du 21 octobre on a beaucoup écrit - tout est relatif, bien sûr, moins que sur les sujets vraiment importants - sur l’état d’Assange. On a dit, par exemple, qu’il avait du mal à se rappeler son nom et sa date de naissance (comment on le sait ? On sait qu’il y a eu de longs silences, mais peut-on les attribuer à un problème de mémoire ? De mémoire, vraiment ?) ; on a aussi dit qu’il avait retenu des pleurs (comment on le sait ? J’étais la personne du public la plus proche de lui et je ne voyais pas ses yeux : il y a deux baies vitrées qui nous séparaient. Est-ce à sa voix ? Il n’y avait pas de sanglot dans la voix). D’autres ont dit qu’Assange était très digne. Enfin une dame a insisté au contraire sur le fait qu’il se tenait la tête courbée... Personne n’a vu la même chose.

Bref.

Au niveau des faits, Assange s’est effectivement tenu bien droit, il a bien levé le point gauche pour nous saluer, il a bien pris du temps entre chaque bout de réponse lorsqu’on lui a demandé de se présenter. Il a bien parlé d’une voix faible, comme d’ailleurs son avocat, Summers, voix en total contraste avec celle de la juge. (Pour parler en termes sociologiques, on peut dire qu’il y avait une claire relation de dominants et de dominés et que le volume de la voix et les intonations de celle-ci le traduisaient de manière tellement évidente que cela en était presque caricatural). 

Concernant mes impressions, Assange, pour moi, était un zombie. Il est arrivé dans un état de défonce à l’audience, comme celui dans lequel on décrit les « terroristes » qui arrivent au procès complètement détruits par la torture psychologique (et pas que psychologique) comme cette scène du personnage de Salvatore dans le film Au Nom de la rose. Ou encore comme l’état de personnes sous haute dose médicamenteuse à l’attention du système nerveux.

Ma sensation personnelle - qui vaut ce que valent les autres - c’est qu’il n’est plus la personne que nous avions connue du temps où il était interviewé depuis l’ambassade de l’Equateur. Est-ce que c’est l’effet des médicaments, est-ce que c’est l’état de solitude, est-ce que c’est la dépression, est-ce que c’est la résultante d’une forme d’acceptation ? Tout cela à la fois ?
Pour le dire simplement, j’ai eu l’impression qu’en six mois de détention, Assange avait fait le deuil de sa vie. J’ai aussi eu le sentiment qu’il a accepté que sa vie ne lui appartient pas parce qu’il est aussi - et surtout - une cause, un fils, un papa, un frère, un ami... Là, sa vie est devenue la propriété de l’Humanité. Donc, par empathie et par altruisme encore, il nous soutient, nous, dans la cause qu’il est devenu et dont il se meurt. Au tribunal, il y avait ainsi des gens qui n’avaient rien à voir : toutes les personnes qui n’ont en commun que l’accusé.

Lorsqu’il a pris la parole la seconde fois pour dénoncer le caractère inéquitable du procès, il l’a fait de façon directe en deux phrases concises, et avec le détachement de celui qui parle pour une personne qui n’est pas lui.

Cet état de détachement par rapport à sa propre vie est fréquent chez les personnes condamnées de longue date. J’avais ainsi un membre proche de ma famille qui était, elle aussi, à vivre chaque jour comme un jour de plus depuis de longues années et qui vivait comme l’a déclaré Chelsea Manning « au jour le jour » (1). Le corps de cette personne vivait encore un peu et elle était dedans ; et elle faisait ce qu’on lui disait, davantage par politesse, pour ne pas nous laisser tomber, nous sa famille qui avions plus besoin d'elle qu'elle de nous...

Une bouteille à la mer, écrire à Julian Assange, quand même

Pour moi l’état actuel d’Assange c’est celui-là. Je veux faire comme avec ce membre de ma famille continuer à le soutenir jusqu’au bout, lui écrire, écrire comme on jette une bouteille à la mer, sans attendre de réponse, sans savoir s'il reçoit mes lettres, mais en lui laissant la liberté de nous quitter. 

(Il est aussi difficile de savoir quoi dire à une personne qui n’est pas dans la même ligne temporelle que les vivants, écrire à Assange et à Manning, ce n’est pas facile).

Je ne sais pas - on ne sait pas - ce qui s’est passé pendant les trois mois où son courrier aurait été égaré. Combien de temps a-t-il passé dans la cellule de santé ? Il y a des hypothèses.

Peu importe : l’état lamentable dans lequel il est n’est malheureusement pas une hypothèse. Je ne sais pas s’il sera encore en vie en février pour son procès d’extradition - un procès illégitime, voire, je crois, illégal.

Eva Rodriguez 

Lire aussi mes autres posts sur ce même sujet sur ce blog.

(1) Lorsque la journaliste a demandé à Manning l'effet que cela lui avait fait de savoir que le verdict état de 35 ans de prison, Chelsea Manning a répondu qu'elle n'avait pas, à l'époque, la capacité de se projeter, qu'elle vivait au jour le jour.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello
Journal — Terrorisme
Tuerie à la préfecture de police : « J’ai eu l’impression qu’il était possédé par le diable »
Mickaël Harpon se considérait comme frappé par une triple peine : handicapé, agent (administratif et non policier) et musulman. À l’issue d’une nuit folle où il s’imagine dialoguer avec Allah, l’informaticien de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris va tuer quatre collègues.
par Matthieu Suc
Journal — Discriminations
Discrimination des femmes : la Défenseure des droits met un carton rouge à l’Olympique lyonnais
Dans une décision dont Mediacités révèle la teneur, l’autorité indépendante, saisie par une ancienne joueuse, reproche à l’OL de ne pas respecter « les principes fondamentaux de non-discrimination fondés sur le sexe » et « la protection de l’intérêt supérieur des jeunes filles mineures ». Tout le football français est concerné.
par Justin Boche (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85