mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart mar. 27 sept. 2016 27/9/2016 Dernière édition

Cera Interactive : Dérive sexiste et misogyne sur Twitter, Badbuzz

La vie numérique peut parfois être cruelle. On voit souvent des auteurs de vidéos peu pertinentes se faire arroser d'insultes à la limite de l'atteinte physique. Mais d'un autre côté, il y a aussi les révélations de propos si non prohibés, souvent vomitif. L'agence Cera Interactive vient aujourd'hui d'en faire les frais, après avoir posté, à de multiples reprises des propos misogyne et sexiste à l'encontre d'une bien maigre critique dont elle faisait l'objet.

Une critique à chaud et tout dérape chez Cera Interactive

Il y a des choses qui doivent rester dans le non-dit, et d'autres qui doivent être portées au grand jour. Chez Cera Interactive, inutile d'enquêter pendant des semaines pour savoir qu'ils n'acceptent pas la critique mais pire, qu'ils usent l'abaissement des personnes et l'humiliation. Une opération de communication plutôt ratée pour cette agence qui s'annonce "spécialistes de la communication et de l'Internet" sur son site Cera-interactive.fr.

L'histoire débute le 2 mars à vers 2h du matin avec le tweet d'une certaine Marine Brocal, jeune designeuse qui rapporte un article de l'agence Cera Interactive, quelques peu ironique, qui concernait les CMS et les faiblesses de leur sécurité. Sur le papier, rien de bien méchant, tout au plus une critique un peu raccourcie et certes, sans argumentation en 140 caractères, mais tout dégénère le lendemain avec la réponse des intéressés...

Marine B, tweet

Quelle mouche à bien pu piquer les gérants de l'agence, Alexandre GRAMPP et Emilie COURTS, au réveil ce matin pour envoyer comme réponse un tweet de cette teneur.

Cera Interactive Bad buzz

Inutile d'être un professionnel de la communication pour savoir qu'une telle réponse, sans âme, sans arguments et volontairement misogyne allait faire un tollé sur le réseau social Twitter. Il n'aura pas fallut attendre plus d'une heure pour que l'information ne fasse tâche d'huile dans tout le milieu des professionnels du web, autant attérés par une réponse aussi bas de gamme que par le niveau d'expertise de l'agence. Comment un tel BadBuzz a pu-t-il pendre racine de façon aussi classique, comment les gérants de Cera Interactive ont-ils pu imaginer une seule seconde que cela resterait sans jugement, au moins de la part de la communauté ?

Autant de questions auxquelles beaucoup attendaient une réponse, ou du moins des excuses, qui ne sont jamais arrivées, à la place; des réponses toujours plus sexistes se sont enchaînées, jusqu'à un point de non retour qui m'a fait prendre ma plume, ou plutôt mon clavier. J'ai eu envie de compter cette histoire d'un jour, d'un moment et même d'un instant, qui montre encore une fois que les droits fondamentaux à être qui l'on souhaite, dire ce que l'on pense ne sont pas si ancré que cela dans notre société, un sexisme ordinaire assumé, ou simplement une débilité inscrustée...

Pour aller plus loin sur cette histoire de Cera Interactive:

L'agence de communcation Alsacienne n'en est pas à son coup d'essai, il semblerait que ses salariés apprécient que moyennement la critique...A voir sur un site dédié à CERA Interactive et ses dérives sur Twitter.

cera interactive twitter

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Les commentaires sont réservés aux abonnés.

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et téléchargez notre application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

Evenstrood

Editeur de sites internet
Passy - France

Le blog

suivi par 4 abonnés

Le dire vrai !

mots-clés