Super Loto des 40 ans : doit-on s'offrir le droit de rêver ce vendredi 16 septembre ?

Ce vendredi 16 septembre, la Française des jeux fête les 40 ans du premier gagnant Loto qui avait touché, le 8 septembre 1976, la somme de 808'000 francs et qui avait lancé la réussite de la loterie nationale, dépassant les 7 millions de prises de jeu à l'été 1977 alors qu'elles n'étaient que ce 70'000 en septembre 1976. Avec un tirage Super Loto mettant 13,5 millions d'euros...

La FDJ compte attirer à nouveau plusieurs millions de joueurs autour de cet événement, en sachant que la grande majorité d'entre eux (80%) ne retrouveront pas leur mise en jeu...En effet, pour 1 ou 2 gagnants, les perdants se comptent par millions, et personne n'est dupe. Avec une chance sur 19 millions de toucher la combinaison gagnante dans son intégralité, et donc le jackpot de 13,5 millions mis en jeu ce vendredi soir, il est beaucoup (c'est un euphémisme) probable de ne rien remporter que de tirer la timbale. 

Toutefois, lors de ces événements surmédiatisés et surmarketés par la Française des jeux, des millions et des millions de grilles sont jouées, de façon quasi systématique et sans commune mesure avec les autres tirages "normaux". Mais pourquoi donc autant de monde joue pour, perdre ? Voici quelques éléments de réponse en me basant sur mon expérience, de joueur et de gérant du site Tirage-Gagnant.com, site de loterie.

Jouer 2€ au Loto n'est pas impliquant, la loterie est un jeu d'argent à part

Si vous limitez votre jeu à une simple grille Loto, il ne vous en coûtera "que" 2€, soit une piécette qui traîne dans votre porte-monnaie, un tiers de paquet de clopes ou encore un café en terrasse à Paris

Si chaque euro dépensé l’est quasiment automatiquement à perte (>80% des grilles seront perdantes ce soir encore), ces 2€ que l’on met pour cocher une grille du Super Loto des 40 ans n’est pas véritablement impliquant, il ne changera pas votre façon de vivre ce mois-ci.

Là où le poker, qu’il soit exercé dans les Casinos ou en ligne peuvent avoir des effets dévastateurs sur les finances des personnes, addictives ou non, les loteries ont ce principe selon lequel le jeu n’est pas instantané.

En effet, lorsque l’on coche une grille, que cela soit au Loto, au Keno ou à l’Euromillions pour les loteries disponibles en France, il faut attendre que le tirage soit effectué pour que le jeu soit terminé. De fait, il est improbable de se voir jouer 15 grilles hier jeudi, puis remettre 15 autres grilles ce vendredi, car l’action du jeu n’aura de satisfaction qu’une fois le tirage passé, et donc, qu’au soir de ce vendredi 16 septembre.

En cela, la loterie de type Loto est un jeu d’argent à part, non impliquant et qui permet d’espérer un changement fondamental dans sa vie quotidienne…c’est ici le principal moteur des joueurs, moi y compris…

2€ transformé en 13 millions d’euros, le droit de rêver à un avenir financier radieux

Qu’on se le dise, aucun joueur n’est préparé à recevoir plusieurs millions d’euros d’un coup, d’autant plus lors que les gagnants sont issus d’un environnement plutôt populaire.

Mais là n’est pas le problème, ce que propose le Loto, c’est avant toute l’assurance d’une santé financière positive ad vitam æternam afin de pouvoir concentrer toute sa vie future à la réalisation de ses projets et de ses envies les plus profondes.

L’Homme n’est pas fait pour travailler toute sa vie, il est présent sur Terre pour subsister (se nourrir, boire et…perpétuer l’espèce). Cependant, en 2016, nous vivons pour être heureux, pour apporter du  bonheur à nos proches et à nous-mêmes.

Remporter un jour un jackpot au Super Loto, c’est s’offrir cette opportunité d’être heureux en s’affranchissant du labeur et en ne conservant que l’essentiel, le bonheur et la satisfaction de chaque jour qui passe…

C’est pour cela qu’aujourd’hui, en ce vendredi 16 septembre 2016, je jouerais pour le tirage du Super Loto, non pas pour devenir un riche vaniteux, mais pour assouvir mes envies, donner naissance à tous mes projets et faire le bonheur autour de moi, il s’agit ici d’une sage volonté, même si elle n’a qu’une chance sur 19 millions d’aboutir…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.