Social-démocratie et intégration européenne: la voie «Magnette»?

Politiser le projet européen, jadis regardé avec méfiance mais depuis épousé sans retenue par les sociaux-démocrates. Telle est la proposition de Paul Magnette, lancée au coeur du champ de bataille qu'est (re)devenue la social-démocratie. Une voie séduisante mais qui pourrait encore sous-estimer les forces d'inertie et de coercition de l'UE.

Avec retard, j'ai enfin consulté la vidéo de l'allocution de Paul Magnette, enregistrée à l'occasion de la réunion publique de la Revue du Crieur à Grenoble. Le socialiste belge, bourgmestre de Charleroi et ex-ministre-président de la Wallonie, a aussi été un universitaire spécialiste de l'intégration européenne. On ne sera donc pas surpris de la maîtrise évidente de son sujet, à l'écoute de son analyse consacrée aux rapports entre la gauche et l'Union européenne (UE).

L'intérêt de son discours, qui est maintenant celui d'un acteur politique, réside surtout dans le fait qu'il est émis depuis le sein de la famille sociale-démocrate, à laquelle Magnette suggère une autre voie stratégique que celle suivie jusqu'à présent, et que nous avons pour notre part qualifiée de «pacte faustien» (lire ici, ou encore ). Son intervention s'inscrit dans le champ de bataille politico-intellectuel qu'est (re)devenue la social-démocratie. Tout en offrant une issue intellectuellement séduisante, elle nous apparaît encore trop sous-estimer les forces d'inertie et de coercition de l'UE. 

Politiser le projet européen

Sans revenir sur l'intégralité de ce discours - consultable ci-dessous - on peut le résumer de la façon suivante. Dans un premier temps, Magnette constate sans barguigner les nombreux «biais» institutionnels défavorables à toute politique de gauche un peu consistante, en tout cas sur le plan socio-économique. Cela revient à reconnaître que l'UE produit par défaut des politiques conformes au paradigme néolibéral. Même majoritaires, des gouvernements anti-austérité ne parviendraient à leurs fins qu'en modifiant les règles régissant leurs interactions et le pouvoir des trois institutions non élues avec lesquelles ils doivent composer (Commission, Cour de justice et Banque centrale). Ce qui apparaît aujourd'hui comme une évidence pour n'importe quel observateur avisé, n'est pourtant pas si fréquemment admis par les sociaux-démocrates ouest-européens. La gag inusable (mais la promesse usée) de «l'Europe sociale» a en effet toujours reposé sur l'idée qu'il suffirait d'une composition plus équilibrée du Parlement ou du Conseil européen. 

Dans un deuxième temps, Magnette rejette les deux voies stratégiques qu'il estime actuellement dominantes à gauche. Qualifiant la première de «souverainisme de gauche», il la juge indésirable en raison de l'existence d'enjeux, tels que le dérèglement climatique, qu'il serait préférable de traiter directement à une échelle supranationale. Même en étant d'accord avec cette perspective, on pourrait faire valoir que les partisans du "Plan B" ont précisément à coeur de ne pas se présenter comme les porteurs d'une alternative nationaliste. Simplement, ils estiment que la désobéissance aux traités constitue un préalable à la construction d'un autre type d'intégration, respectueuse des formes démocratiques et des États sociaux. La seconde option rejetée par Magnette est celle, mieux connue parce que davantage mise en oeuvre, de la «grande coalition» entre les familles de partis responsables de l'édifice européen existant. Selon lui, cette voie est aujourd'hui trop coûteuse pour la social-démocratie : à la dilution de son identité, s'ajoute le risque d'une désaffection électorale croissante au profit de radicalités concurrentes. Dans le dernier temps de son allocution, Magnette propose alors d'opter pour une politisation du projet européen, depuis l'intérieur des institutions. 

Paul Magnette: peut-on sortir de l'impasse européenne ? © Mediapart

Le socialiste belge qualifie cette voie de «stratégie jaurésienne», en référence à la stratégie de la SFIO d'avant 1914. Elle consisterait à agir dans un cadre que l'on sait adverse, depuis une position que l'on sait minoritaire, avec pour objectif d'arracher des concessions ou des victoires concernant les institutions et les politiques communautaires. Grâce à des coalitions avec d'autres forces politiques et des campagnes menées de concert avec la société civile, des sociaux-démocrates ré-ancrés à gauche pourraient peser sur certains choix et relever le niveau de contrôle exercé par les citoyens et leurs représentants. En tout état de cause, ils cesseraient de défendre n'importe quel projet sous prétexte qu'il serait estampillé "UE", comme s'il existait un "intérêt européen" intangible et non accessible à la critique. 

Quoi que l'on pense de la pertinence et de la plausibilité de cette stratégie, ses implications seraient cruciales pour la famille sociale-démocrate. Magnette signale en effet crûment qu'une telle voie équivaudrait à «sortir du tropisme gouvernemental». Or, tout au long de son existence séculaire, la social-démocratie a accompli une sorte de longue marche à travers les institutions, depuis la nébuleuse des contre-mouvements à la société de marché, à un réseau transnational d’élites respectueuses du marché global et de ses impératifs. Entre-temps, les rapports de force internationaux et sociétaux lui avaient certes permis d'accéder à la «salle des commandes» de l'État, tout en assurant, au moins partiellement, l'intégration politique des travailleurs et une régulation non marchande du rapport salarial. Restées au sommet d'appareils étatiques transformés depuis la fin de cette ère keynésiano-fordiste, les élites sociale-démocrates ont fini par singulièrement s'éloigner du projet originel qu'elles étaient censées servir, même dans ses versions les plus réformistes (si bien qu'il n'est pas faux de parler de partis sociaux-démocrates sans politique sociale-démocrate).   

Une proposition à la hauteur ? 

La voie suggérée par Magnette recèle à la fois un appel à la lucidité (à l'égard de la position structurellement subalterne de la gauche dans le champ de pouvoir européen) et un appel à un retour aux fondamentaux de la social-démocratie (dont la tâche consisterait à démocratiser des institutions adverses pour mieux y défendre les intérêts des citoyens ordinaires et déjouer le primat donné aux mécanismes marchands).

Elle trouve un écho dans les positions de la philosophe belge Justine Lacroix, récemment exprimées dans un entretien au Monde, mais aussi dans les propositions de Piketty et ses collègues reprises par Benoît Hamon. Depuis le centre-gauche ou la social-démocratie bon teint, toutes ces voix appellent à cesser l'intimidation intellectuelle qui ferait des critiques de l'UE des anti-européens par essence. Ces voix affirment également que la démocratie à l'échelle européenne ne fonctionnera qu'en aménageant une «confrontation entre une pluralité de peuples qui restent pour l’heure organisés dans des espaces publics nationaux» (J. Lacroix) - d'où, par exemple, la proposition d'impliquer bien davantage les parlements des Etats membres. Ces deux derniers points représentent certes des progrès pour ceux que désolent la naïveté des sociaux-démocrates et leur communion dans le consensus actuel de Bruxelles. Ils pourraient aussi illustrer, a contrario, qu'une part de wishful thinking continue d'imprégner ces rebelles de l'Empire social-libéral (désormais bien morcelé et incapable de contre-attaque...). 

Magnette parle ainsi de «l'immaturité» de l'espace public européen : contrairement à ce qui se passe dans la plupart des espaces publics nationaux des démocraties consolidées, toute critique des dirigeants communautaires est en effet perçue comme une attaque contre l'UE, voire contre le principe même d'intégration. Mais est-ce véritablement de l'immaturité, au sens où ce stade infantile disparaîtrait lors de l'accès à l'âge adulte ? La dépolitisation de l'espace public européen ne serait-elle pas plutôt cohérente avec le système politique qui caractérise le gouvernement de l'UE, à savoir un système élitaire, ouvert à toute une série d'acteurs puissants dans leurs champs respectifs, mais relativement imperméable à la volonté des citoyens ordinaires ? Les lieux et les rythmes de la fabrique des décisions communautaires, notamment dans les réponses aux crises de la dernière décennie, apparaissent ainsi singulièrement adaptés à une neutralisation ou un contournement de la souveraineté populaire (une tendance, au demeurant, qui se repère aussi à l'échelle nationale, où les mécanismes électoraux conservent néanmoins une centralité moins aisée à réduire).

Autrement dit, au lieu d'avoir affaire à une démocratie européenne inaboutie, fût-ce sur un mode transnational, ne sommes-nous pas face à un processus d'involution démocratique qui affecte tous les niveaux de gouvernement ? À cet égard, les projets de type «démocratisation de la zone euro», comme celui qu'a défendu Benoît Hamon pendant la présidentielle, se heurteront aux institutions jouissant de leur caractère à la fois suprantional et supra-électoral. Ils ne pourraient triompher de ces résistances et se concrétiser qu'en accordant et synchronisant des intérêts et des préférences nationales multiples, alors même que les antagonismes entre États membres ont été exacerbés par l'éclatement des contradictions jusque-là contenues de la zone euro et de l'espace Schengen. 

Le scénario semble peu probable, à moins de compléter le travail de «politisation» du projet par une stratégie de «désobéissance» en cas d'accès au pouvoir, ce qu'aucun de nos sociaux-démocrates radicalisés ne semble prendre au sérieux. Le débat à gauche gagnerait pourtant à progresser sur ce terrain, à moins d'admettre que le sort de la Grèce ne symbolise la vérité d'une Union qui serait à prendre ou à laisser, sans moyen terme.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.