Une alternance inattendue en Nouvelle-Zélande

Les travaillistes néozélandais, arrivés seconds à l’élection du 23 septembre, vont finalement exercer le pouvoir. Grâce à l’appui de New Zealand First et des Verts, Jacinda Ardern devient la plus jeune Première ministre du pays. Cela faisait neuf ans que son parti campait dans l’opposition.

Il est rare qu’un parti arrivé en tête avec 44% des suffrages finisse dans l’opposition. C’est pourtant ce qui vient d’arriver au Parti National de Bill English, qui pouvait se targuer d’une résistance remarquable à l’usure du pouvoir. Avec un sens consommé de la mise en scène, le leader de New Zealand First (NZ First) Winston Peters a annoncé son ralliement au Labour dirigé par Jacinda Ardern. L’apport de ses députés étant incontournable pour former une majorité, cette décision a permis une alternance également supportée par les Verts. Ensemble, les trois partis réunissent en effet 63 sièges sur 120, contre 56 pour le Parti national.

Jacinda Ardern © Reuters Jacinda Ardern © Reuters

Les travaillistes vont donc retrouver les rênes du gouvernement après neuf ans d’absence. Comme nous l’avions évoqué dans ce papier pour Mediapart, la personnalité d’Ardern a joué un rôle décisif dans la remontée du parti, quand bien même la plateforme programmatique est restée identique à ce qu’elle était avant son arrivée surprise. Ce cas de figure illustre à quel point la qualité d’un leader peut compter dans les régimes représentatifs contemporains, et ceci quel que soit le mode de scrutin (en Nouvelle-Zélande, il s’agit d’une variante un peu complexe de la proportionnelle). DJ occasionnelle, Ardern a été élevée au sein d’une communauté mormone avec laquelle elle a rompu sur l’acceptation de l’homosexualité. Devenue députée après avoir travaillé dans les équipes de Tony Blair et Helen Clarke (ancienne Première ministre de 1999 à 2008), Ardern a connu une trajectoire sociale-libérale qu’elle a transcendée par une campagne inspirée, dirigée contre le sexisme et la face sombre de la prospérité néo-zélandaise (difficultés d’accès au logement, précarisation des salariés, dégradation des indicateurs de santé mentale…).

L'ombre de New Zealand First

En théorie, la nouvelle alliance gouvernementale devrait d’ailleurs suivre un agenda de justice sociale, de lutte contre le réchauffement climatique et de promotion des libertés individuelles. Deux bémols peuvent d’ores et déjà être identifiés. Premièrement, l’appui de NZ First n’est pas gratuit et supposera très probablement une politique d’immigration plus restrictive – ce qui figurait au demeurant dans le programme travailliste, en dépit d’une attitude plus ouverte vis-à-vis des seuls « réfugiés ». Tandis que Peters vise un objectif net de 10 000 immigrants annuels, contre plus de 70 000 cette année, Ardern parle d’une réduction de 20 à 30 000 individus. A priori, l’exécutif n’aura même pas à changer la loi pour mettre en œuvre cette restriction. Deuxièmement, on peut douter de la compatibilité entre d’un côté la relative orthodoxie budgétaire et fiscale du Labour, et de l’autre les sommes qui seront nécessaires à la transition énergétique, au relèvement des subsides sociaux et aux investissements dans les infrastructures. Plus généralement, la contestation du paradigme néolibéral reste tempérée. Par exemple, elle ne va pas jusqu’à une remise en cause du statut de la banque centrale, rendue indépendante sous les travaillistes dans les années 1980.

Pour le nationaliste Winston Peters, l’élection de 2017 est un ravissement. Il retrouve une influence significative sur l’action gouvernementale, tout en obtenant quelques postes de pouvoir pour sa formation. L’homme vient de la droite, puisqu’il fut un membre turbulent du Parti National jusqu’en 1993, au sein duquel il défendait déjà des positions plus interventionnistes que le cours pris par la politique économique en Nouvelle-Zélande, au-delà des alternances. Déjà en 1996, le passage à la proportionnelle avait permis à NZ First d’être un faiseur de rois. Il s’était alors allié au Parti National, ce qui s’était soldé par des divisions internes et un mécontentement de sa base, d’où la perte d’une douzaine de sièges à l’élection de 1999. En 2005, il avait préféré s’entendre avec les travaillistes pour soutenir leur gouvernement minoritaire, en échange d’un poste de ministre des Affaires étrangères. Trois ans plus tard, il perdit sa représentation parlementaire, reconquise en 2011. Malgré la xénophobie exprimée par NZ First envers les Asiatiques, qu’il perçoit comme une « menace », aucun cordon sanitaire n’a été établi par les autres partis à son égard.

Pour les travaillistes, c’est une page nouvelle qui s’ouvre dans une histoire séculaire, le Labour ayant été fondé en 1910. Entre 1935 et la fin des années 1940, le parti fut à l’origine d’un État social financé par l’impôt et caractérisé par une couverture particulièrement large des risques de vie, ainsi que par des garanties de revenus importantes pour les ouvriers et les fermiers – une alliance sociale majoritaire, bâtie dans le contexte extrêmement dur de la Grande dépression. Si son héritage socio-économique a perduré, les décennies d’après-guerre se révélèrent plus délicates pour le Labour, qui ne dirigea le gouvernement que durant deux mandats sans lendemain. Son retour aux responsabilités en 1984 fut l’occasion d’un radical tournant néolibéral, qui s’acheva en 1990 dans des conflits internes violents et une performance électorale particulièrement médiocre. Il fallut attendre 1999 pour un nouvel exercice du pouvoir sur trois mandats, grâce à la bonne santé de l’économie et à l’atteinte du plein emploi. Les premières conséquences de la crise globale de 2008 coïncidèrent avec une défaite au profit du Parti National.

À l’évidence, la dimension transformatrice du travaillisme s’est diluée dans un positionnement de centre-gauche fort modéré. Cela dit, le Labour a su évoluer dans un sens inclusif. Né à partir de l’organisation d’une main d’œuvre essentiellement mâle, blanche syndiquée, il s’est ouvert aux revendications des femmes, des mouvements LGBT et des peuples autochtones. C’est maintenant sur le terrain concret des politiques publiques que sa capacité à offrir une alternative aux politiques conservatrices sera mise à l’épreuve. Les commentateurs les plus bienveillants soulignent que la travailliste Helen Clarke, comme Ardern aujourd’hui, fut sous-estimée avant de gouverner le pays pendant neuf ans. Les plus sceptiques, se référant aux phénomènes Trudeau ou Obama auxquels la « Jacindamania » fait immanquablement penser, rappellent les déceptions de ces précédents sur les fronts de l’écologie, de l’économie et même des droits humains.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.