Fabien Franco
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 juil. 2018

Fabien Franco
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

La philo, c’est mordant !

Prendre de la distance avec cette sirène hypnotisante qu’est l’actualité n’est pas chose facile. Interpeller ce réel qui échappe, c’est un luxe que chacun devrait pouvoir se permettre. C’est ce que Hélène Péquignat propose dans son essai, « Du piquant dans les sardines et autres nouvelles philosophiques ».

Fabien Franco
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Éditions Le Pommier, 2018

Ici pas de discours magistraux, mais de courtes histoires narrées à la manière des contes, suivies de quelques réflexions qui prolongent les questions philosophiques précédemment abordées dans la fiction. Inspirées par la vie même des philosophes, les petites intrigues souvent dotées d’humour enseignent non seulement la pensée philosophique mais aussi l’expérience de celui qui l’a mise en mots. Les concepts les plus abstraits s’en trouvent incarnés et vulgarisés avec intelligence et pédagogie. Le lecteur se voit guider dans les méandres d’une science profondément humaine, née dans l’Antiquité et qui, depuis, n’a jamais cessé de créer et d’inventer. Les titres sont de ce point de vue éloquents, du « Cri de la carotte ou les plantes ont-elles une conscience ? » au « Communisme est-il soluble dans le capital », en passant par « La vie oscille-t-elle, comme un pendule, de l’absurde au non-sens ? ».

Didactique, l’essai avance graduellement dans les pensées des classiques Socrate, Platon, Aristote, Diogène, Descartes, Kant, Rousseau, Schopenhauer, et des contemporains, tels Pierre Cassou-Nogues, Matthew Crawford, Nicolas Grimaldi, Michel Henry etc. Les dernières pages renvoient à la métaphysique, et aussi, au rapport de l’être avec la nature. Une réflexion sur le monde comme il pourrait tourner si nous prenions le temps du doute et de l’écoute.

 Bien qu’elle ait traversé les siècles sans avoir pris une ride, la philosophie est aujourd’hui menacée par l’espace de plus en plus restreint qui lui est réservé. En France la réforme du ministère de l’éducation nationale envisage de réduire son temps d’enseignement en dernière année de lycée à quatre heures contre huit heures pour les sections littéraires. Est-il bon de laisser la représentation du monde aux seuls discours politiques et commerciaux ? Masquer la réalité n’a jamais aidé à s’émanciper. L’essai de Hélène Péquignat le rappelle et, citant Épictète, il témoigne d’une vertu démocratique : « Tu es citoyen du monde et partie de ce monde, […]. Or de quoi fait profession le citoyen ? De n’avoir aucun intérêt personnel, de ne jamais délibérer comme s’il était isolé, mais d’agir comme le feraient la main ou le pied s’ils pouvaient raisonner et comprendre l’ordre de la nature : ils n’auraient jamais ni aspiration ni désir, sans le rapporter au tout. »

 La conclusion renvoie au cynique et subversif Diogène. Pour la connaître, il faudra lire, c’est-à-dire orienter son attention vers ces chemins hasardeux que les philosophes empruntent avec vigilance. Parce que la philosophie est aussi pacifique que mordante, favorisant le débat, ébranlant les certitudes.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Annie Ernaux, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique
« Sobriété » : Macron s’approprie le mot, pas son contenu
Le président de la République s’est approprié le terme de « sobriété », tout en le vidant de sa portée subversive. Rien d’étonnant : réduire notre empreinte écologique suppose des mesures de justice et une redéfinition des besoins qui vont à l’encontre du logiciel macroniste.
par Fabien Escalona, Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
« La véritable sobriété, c’est la décroissance »
L’économiste Timothée Parrique vient de publier « Ralentir ou périr » (Seuil). Il développe les arguments qui plaident en faveur d’une réduction de la production et de la consommation, et répond à nos interpellations sur les obstacles à un tel chemin alternatif. 
par Fabien Escalona

La sélection du Club

Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart