Fabien Franco
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 nov. 2016

Fabien Franco
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Le personnage est une personne

L’écrivain dévoile son ambition : il écrit un art-roman. Mise en abyme et autodérision, ironie et sagacité, verve et digressions, sa palette multiplie les nuances. Inventant une vie, il questionne l’identité.

Fabien Franco
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une réflexion motivée en partie par ce prénom, Bernard, qui lui sert de patronyme, comme si deux prénoms associés oblitéraient une partie de son identité. Il a débusqué un autre lui-même et l’a sorti de l’oubli. Un Arthur Ferdinand Bernard précisément, apprenti relieur à Montparnasse en 1890, condamné à mort, gracié et envoyé en Nouvelle-Calédonie sous le matricule 18640. L’auteur en quête d’un roman et d’un personnage imagine ce que les dossiers administratifs ont laissé dans l’ombre. À Paris d’abord, sur l’île ensuite, où le caractère va s’affiner et gagner en profondeur. Après avoir renoué avec la reliure, l’exilé se fera inventeur de cerfs-volants, tel un Ambroise Fleury des antipodes, le personnage créé par Romain Gary, autre écrivain doté d’un formidable sens du jeu et de l’identité. Arthur Bernard distille un parfum d’anarchie, de liberté et de poésie, à travers Ulysse, Rimbaud, Arthur de son prénom, l’histoire qui crée son propre mouvement. Arthur Bernard est un joueur qui aime jongler avec les mots, un équilibriste sur le fil de la narration. Il s’y engage d’ailleurs avec un grand sérieux et une application soutenue qui évite la pesanteur. Pour en apprécier toutes les dimensions et en goûter les subtiles saveurs, la partie se doit d’être lue avec la plus grande attention. Une ode à l’art et à ses artifices. « Il n’y a que l’encre pour donner un peu de visibilité à cette masse invisible et flottante en leur inventant un destin. Il n’y a que l’écriture et le livre qui s’ensuit pour laisser entrevoir les ombres, ce sont là les veines où coule le sang noir de la brebis noire. Oui, Arthur Ferdinand, mon ami, il y a bien trop de morts de tous nos côtés, et encore dans l’impossible calcul des plus nombreux nous ne comptons pas les sursitaires que nous sommes, d’autant que je le pressens, le sursis de beaucoup n’est pas loin d’être résilié. […] »

Tout est à moi, dit la poussière d'Arthur Bernard

Éditions Champ Vallon, 2016, 17 €

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard