Les riches sont vaccinés, pas les pauvres

En Ile de France, les départements pauvres, et en particulier la Seine Saint Denis, affichent un taux d'incidence du covid élevé. Les départements riches, Hauts de Seine ou Yvelines, ont un taux plutôt bas. Des indicateurs montrent que la vaccination est efficace (bonne nouvelle) et que, vu la pénurie de vaccins, elle a été principalement réservée aux riches, malgré sa gratuité.

L'obligation de prendre rendez-vous sur internet pour la vaccination a certainement favorisé les riches. Dans quelle mesure?

L'Ile de France, pour la vaccination, est un laboratoire intéressant.

Cette région a ceci de particulier que c'est une zone urbaine dense, découpée en départements dont certains concentrent essentiellement des riches (exemple les Hauts de Seine, les Yvelines) et d'autres essentiellement des pauvres (la Seine Saint Denis).

Voici quelques données intéressantes comparant 3 départements d'Ile de France (les données concernant le taux de bénéficiaires du RSA et du minimum vieillesse sont de 2018. Les informations "covid" sont du 6 mars 2021)

Yvelines

  • RSA 1,7% de la population
  • minimum vieillesse 1,7.%  des plus de 60 ans
  • taux d'incidence covid  0,266 %

Hauts de Seine

  • RSA 1,9% de la population
  • minimum vieillesse 3.%  des plus de 60 ans
  • taux d'incidence covid  0,284 %

Seine Saint Denis

  • RSA 5,1% de la population
  • minimum vieillesse 5,2.%  des plus de 60 ans
  • taux d'incidence covid  0,427 %

On voit sur ces trois exemples qui comparent deux des départements les plus riches de France et un des plus pauvres, qu'un taux élevé d'incidence du Covid est fortement corrélé à la pauvreté de la population.

Que s'est il passé?

Le nombre de vaccins attribué par département a été établi en fonction de la quantité de personnes de plus de 75 ans dans chaque département. Et les vaccinations ont été faites (hors EHPAD) sur le principe premier arrivé (sur doctolib ou équivalent) premier servi.

Les centres de vaccination du 93, facilement accessibles depuis l'ouest parisien, ont rapidement été pris d'assaut par des habitants riches et connectés  de l'ouest parisien, et n'ont que peu vacciné la population locale. Il est difficile d'obtenir des statistiques exactes, mais Libération a consacré mi-février un dossier au sujet  https://www.liberation.fr/societe/sante/en-seine-saint-denis-quand-la-fracture-numerique-creuse-la-fracture-vaccinale-20210211_DSQE22USNNH7TNBED7GD7GVMJA/

J'ai moi-même entendu une bourgeoise parisienne dire innocemment  "il y a eu beaucoup de vaccins disponibles dans le 93, c'est le seul endroit où j'ai pu trouver un créneau de vaccination". Et franchement, je la comprends ! Qui, en période de pénurie, hésiterait à faire 20 ou même 50 km pour se faire vacciner?

Bien sûr, à Aurillac aussi, ce sont les plus riches et les plus connectés qui ont pu se faire vacciner. Et probablement dans toute la France. Seulement, en Ile de France, vu la densité urbaine et la ségrégation spatiale, c'est beaucoup plus visible.

Si le gouvernement a choisi de confiner le Pas de Calais où le taux d'incidence du covid est un peu plus faible que dans le 93, c'est qu'il était devant un choix délicat. Ou bien on confinait toute l'Ile de France, alors que l'ouest a des taux particulièrement bas, ou bien on confinait seulement la Seine Saint Denis, et là, l'injustice sautait aux yeux de tous : les vaccins destinés aux habitants du 93 ont bénéficié aux habitants riches de l'ouest, et ensuite, ce sont ces habitants privés de vaccins qu'on enferme ! Dans les deux cas, c'est la révolte.

Mais maintenant, qu'attend-on pour vacciner enfin les plus pauvres? En Seine Saint Denis comme à Aurillac.

Et quand même, une excellente nouvelle : la vaccination semble diablement efficace !

Note:

1,9% des habitants de Seine Saint Denis a reçu une première dose du vaccin contre 3,4% en moyenne dans le pays, selon le journal municipal de Montreuil du 4 mars, qui ne date pas ces chiffres et qui, sans le préciser clairement, laisse entendre qu'il ne s'agit pas du nombre de vaccinations réalisées dans le 93 mais bien du nombre de résidents de Seine Saint Denis vaccinés. Mais comme les chiffres officiels disponibles ne disent rien du lieu de résidence des personnes vaccinées, il est probable que le journal se trompe et parle des vaccinations effectuées dans le département rapportées à la population du département, ce qui, dans le cas de la Seine Saint Denis, revient à surévaluer nettement le nombre de personnes vaccinées.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.