Fabrice Arfi
Journaliste, Mediapart
Journaliste à Mediapart

32 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 oct. 2015

« Grand Journal » : un discours de vérité

Si j’ai bien compris, Le Grand Journal aime « les discours de vérité ». Je vais donc m’y essayer. Cela concerne une anecdote. Quelque chose qui, à l’échelle des fracas du monde, est absolument insignifiant. Mais qui, dans le même temps, peut être vu comme une démonstration tellement bavarde de ce que nous avons voulu — entre autre choses — raconter dans le livre Informer n’est pas un délit (Calmann-Lévy), un ouvrage que j’ai co-dirigé avec Paul Moreira et qui regroupe seize journalistes engagés contre les « nouvelles censures ». Une première en France.

Fabrice Arfi
Journaliste, Mediapart
Journaliste à Mediapart

Si j’ai bien compris, Le Grand Journal aime « les discours de vérité ». Je vais donc m’y essayer. Cela concerne une anecdote. Quelque chose qui, à l’échelle des fracas du monde, est absolument insignifiant. Mais qui, dans le même temps, peut être vu comme une démonstration tellement bavarde de ce que nous avons voulu — entre autre choses — raconter dans le livre Informer n’est pas un délit (Calmann-Lévy), un ouvrage que j’ai co-dirigé avec Paul Moreira et qui regroupe seize journalistes engagés contre les « nouvelles censures ». Une première en France.

© 

Reprenons. Dans les tous premiers jours de septembre, la nouvelle production du Grand Journal me contacte ainsi que la maison d’édition Calmann-Lévy pour demander que Paul Moreira et moi réservions à l’émission phare de Canal+ notre première apparition télévisuelle à l’occasion de la sortie du livre. Et pas à C’est à vous, la concurrente de France 5.

La production paraissait alors si emballée par le concept de l’ouvrage et la liste des journalistes qui y ont participé (Elise Lucet, Denis Robert, Gérard Davet, Fabrice Lhomme, Benoît Collombat, Laurent Richard…) qu’elle me propose même de venir participer à une « émission pilote », c’est-à-dire à un enregistrement pour de faux avant le lancement officiel de l’émission, prévu pour le 7 septembre. « Et bien entendu, on vous invitera à nouveau pour le lancement du livre », nous était-il alors indiqué en substance.

Ce « pilote » était programmé pour le 4 septembre. Cela me faisait marrer de participer à ce genre d’émission Potemkine. Seulement voilà : afin que l’équipe du Grand Journal prépare au mieux notre entretien, Calmann-Lévy lui avait envoyé les épreuves d’Informer n’est pas un délit, qui comporte un chapitre rédigé par Benoît Collombat (France Inter) sur l’incroyable difficulté d’enquêter sur les affaires africaines de Vincent Bolloré.

Quelques heures avant le tournage du « pilote », j’apprends que, finalement, Le Grand Journal préfère un autre invité. Pas de souci : une émission est évidemment libre de choisir ses invités, a fortiori pour un faux enregistrement. Mais, m’assure-t-on alors ainsi qu’à la maison d’édition, pas d’inquiétude, Le Grand Journal (qui a toujours été très correct avec Mediapart sous Denisot et De Caunes, en dépit des saillies “aphatiennes”), réclame toujours l’exclusivité pour le lancement du livre.

En quelques jours seulement, le vent tourne. Le 9 septembre, la production, si allante la semaine d’avant, appelle, gênée aux entournures, la maison d’édition pour lui annoncer que, finalement, euh…, comment dire ?, en fait, eh bien, Le Grand Journal ne fera rien de rien sur le livre. Le même jour, à 12h23 précisément, j’envoie un SMS à la production : « Je viens d’apprendre pour le revirement du Grand Journal concernant le livre. Bienvenue dans le monde merveilleux de Bolloré… Courage ». Je reçois une minute plus tard une réponse sans ambiguïté : « Rien n’est simple, en effet… ». Je me suis permis de raconter cette anecdote à Télérama

A ce jour, je ne sais pas s’il s’agit d’une censure ou d’une auto-censure, mais cela ne change rien au fond. C’est un exemple de plus des conséquences de la reprise en main brutale de Canal+ par l’industriel Vincent Bolloré, qui n’a pas hésité par exemple à censurer personnellement un documentaire embarrassant sur le Crédit mutuel, l’un de ses principaux partenaires financiers, comme nous l’avons déjà raconté.

Alors quand j’entends la présentatrice du Grand Journal, Maïtena Biraben, affirmer ce jeudi 1er octobre au micro de France Inter que — je cite — « Fabrice Arfi peut dire qu’il a été déprogrammé du Grand Journal, mais c’est faux », cela me met un peu les abeilles.

© 

Prise dans une énième communication de crise, l’animatrice a également assuré sur la radio publique que, bien sûr, je serai invité au Grand Journal — sans savoir quand et à quel sujet… Comment dire ? Non merci.  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes