Fabrice Arfi
Journaliste, Mediapart
Journaliste à Mediapart

32 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 oct. 2014

Les “affaires” ont un sens, j’en ai la preuve

Je n’ai aucun goût particulier pour la randonnée mais je présume qu’à un moment donné, pour aller plus loin, il faut faire une pause. Mettre l’urgence entre parenthèse afin de raconter et, j’espère, comprendre : voilà ce qui m’a poussé à écrire le livre Le Sens des Affaires, qui vient de paraître aux éditions Calmann-Lévy.

Fabrice Arfi
Journaliste, Mediapart
Journaliste à Mediapart

Je n’ai aucun goût particulier pour la randonnée mais je présume qu’à un moment donné, pour aller plus loin, il faut faire une pause. Mettre l’urgence entre parenthèse afin de raconter et, j’espère, comprendre : voilà ce qui m’a poussé à écrire le livre Le Sens des Affaires, qui vient de paraître aux éditions Calmann-Lévy.

Le Sens des Affaires est le quatrième livre publié par un journaliste de Mediapart depuis la rentrée de septembre, après Je crise climatique (La Découverte) de Jade Lindgaard, A tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient (Don Quichotte) de Laurent Mauduit et Pour les musulmans (La Découverte) d’Edwy Plenel. Ces ouvrages ont ceci en commun qu’ils visitent chacun à leur manière, mais toujours à la première personne, quatre domaines de réflexion qui nous permettent de questionner le monde qui nous entoure. Jade interroge notre rapport individuel au désastre mondial de la crise climatique ; Laurent dissèque les renoncements de la gauche de gouvernement ; Edwy parie sur l’Autre comme un espoir face aux sorciers de la peur.

© 

Avec Le Sens des Affaires, j’ai voulu, pour ma part, en revisitant quelques-unes des “affaires” que Mediapart a mis au jour (Karachi, Bettencourt, Takieddine, Kadhafi, Cahuzac…), montrer que nous sommes tous au quotidien les victimes invisibles de la corruption. Que les “affaires” ne sont pas des sortes de faits divers financiers plus ou moins spectaculaires qui débarquent au journal de 20 heures et en disparaissent aussi vite qu’elles sont arrivées. Qu’elles constituent, prises dans leur ensemble, les maillons d’une même chaîne qui nous permet d’interroger notre fatigue démocratique et l’incapacité chronique de la classe politique française à s’attaquer de front à ce poison, au-delà des discours. Les verrous, malheureusement, sont de tous ordres : culturels, institutionnels, politiques, judiciaires…

Depuis au moins Cicéron, nous savons qu’il y aura toujours des corrompus et des corrupteurs. Le problème n’est pas tant que la corruption existe, ni que certains – des journalistes, par exemple – la révèlent, mais que ceux qui sont censés nous représenter au nom de la République ne semblent pas prendre la mesure du danger qui nous guette avec elle, ou, pire, s’en arrangent pour certains. Ce sentiment nauséeux du « tous pourris », agité parfois par ceux qui préfèrent le silence au bruit qui dérange et oblige, prospère précisément sur le dos cette crispation française face à la corruption.

Le temps presse : depuis trente ans qu’il existe dans ce pays des lois de moralisation de la vie publique, la mollesse risque de plus en plus d’être vue comme une complaisance et la complaisance comme une complicité. Pour essayer de comprendre ce que les affaires nous disent, en somme, de nous-mêmes, j’ai fait le choix de convoquer la littérature, la sociologie et la philosophie. Deux auteurs en particulier m’ont pris par la main : George Orwell et Guy Debord.

Le Sens des Affaires est aussi un récit, j'espère le plus sincère possible, sur les coulisses de la fabrication du journalisme, carrefour des doutes, des convictions, des découvertes et des combats de toutes sortes.  

Hasard du calendrier, mes confrères et amis Antoine Peillon (La Croix) et Benoît Collombat (France Inter) publient dans le même temps deux ouvrages sur le rapport entre le pouvoir et l’argent : Corruption, nous sommes tous responsables (Seuil) pour Antoine et Histoire secrète du patronat (La Découverte) pour Benoît – avec David Servenay, Frédéric Charpier, Martine Orange et Erwan Seznec. Nous étions tous les trois les invités, jeudi 2 octobre, du « Téléphone sonne », animé par Hélène Jouan sur France Inter. À écouter ici.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin