Fabrice Arfi
Journaliste, Mediapart
Journaliste à Mediapart

32 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 sept. 2018

«D’argent et de sang»: un livre et un chat sur Mediapart le 10 septembre, de 11h à midi

Après les enquêtes de Mediapart entamées à l’automne 2015 sur “la mafia du CO2”, j’ai voulu consacrer à cette histoire devenue pour moi une obsession un livre, «D’argent et de sang», publié aujourd'hui aux éditions du Seuil.

Fabrice Arfi
Journaliste, Mediapart
Journaliste à Mediapart

Après les enquêtes de Mediapart entamées à l’automne 2015 sur “la mafia du CO2, j’ai voulu consacrer à cette histoire devenue pour moi une obsession un livre, D’argent et de sang, publié ce jeudi 6 septembre aux éditions du Seuil.

Il y a, comme toujours, plusieurs prismes par lesquels entrevoir ce que l’on nomme parfois par facilité, nous les journalistes, une “affaire”.

Pour celle-ci, j’ai voulu écrire un livre différent des précédents. Pas un ouvrage dans lequel j’aurais souhaité à tout prix démontrer combien j’avais raison grâce à nos découvertes journalistiques — vous savez, ces livres “documents” où chaque chapitre ressemble à un gros article velu. J’en ai déjà fait de tels, et plus d’un.

Je voulais cette fois-ci tout simplement raconter une histoire. Une histoire sans fiction mais avec ses épaisseurs humaines et ses tragédies intimes ; et ce que celles-ci entremêlées révèlent de l’époque qu’elles rencontrent.

À l’origine, il y a la trajectoire de deux gamins des rues de Belleville, à Paris. Samy et Marco ont arrêté l’école avant d’avoir mué et leur existence, tissée de débrouillardise urbaine et d’instinct de survie sociale, les oblige à comprendre que la seule prospérité possible se situera pour eux en dehors du Code pénal. C’est du moins la vie qu’ils se choisissent. Ils seront escrocs.

À l’autre bout de la ville et de l’échelle sociale, dans le XVIe arrondissement, il y a un jeune homme des quartiers huppés qui traîne une vie insouciante. Arnaud est un blouson doré. Son rêve est de devenir un avatar de Gordon Gekko, le héros du film Wall Street, d’Oliver Stone. Il sera trader.

Rapprochés par le démon des tables de jeu et du poker, Samy, Marco et Arnaud vont former un trio infernal. En s’infiltrant dans les failles de l’État et des lois internationales, ils réussissent à duper l’intelligence la plus diplômée du pays, celle d’énarques et de polytechniciens qui ont travaillé à la mise en place d’une nouvelle Bourse financière aux nobles aspirations : lutter contre le réchauffement climatique et les émissions de CO2.

De gauche à droite: Arnaud Mimran, Samy Souied et Marco Mouly, les trois associés du CO2, selon les juges. © DR

Jadis, la mafia américaine avait prospéré sur la Prohibition. L’entreprise des escrocs du CO2 sera quant à elle le produit de son époque : la rencontre de l’écologie et du capitalisme de casino.

Il en résultera au final la plus grande escroquerie de l’histoire de France. Au moins deux milliards d’euros sont détournés, en quelque mois seulement, au nez et à la barbe du fisc français. Un fiasco d’État.

C’était il y a dix ans.

Mais après l’épiphanie de l’argent, il y a la décadence du sang. Le crime français va muter sur le dos de l’incommensurable magot du CO2. Comme dans un Scorsese, tout dégénère. Rivaux et témoins sont éliminés à intervalles réguliers les uns après les autres, chez eux ou en pleine rue. L’épidémie d’assassinats qui frappe Paris met policiers et magistrats en déroute depuis bientôt une décennie.

Voici l’histoire que j’ai voulu raconter : celle des Affranchis français.

Pour en parler avec vous, chers lecteurs, nous organisons un chat lundi 10 septembre, de 11 heures à midi. Vous pourrez alors poser vos questions sur Mediapart (site, mobile, ou tablette) et aussi sur twitter en utilisant l’hashtag #dargentetdesang. Et vous connaissez la règle : les mauvaises questions sont celles qu’on ne pose pas.

À lundi, j’espère.

-----------------------------

Ci-dessous, le replay de mon entretien avec Léa Salamé au micro de France Inter:

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim
Journal — Logement
À Lyon, une école occupée pour aider une famille sans logement
Le collectif citoyen « Jamais sans toit » a commencé l’occupation de l’école Michel-Servet, dans le 1er arrondissement, pour témoigner son soutien à deux enfants scolarisés ici sans logement avec leurs parents. À l’heure actuelle, dans la métropole lyonnaise,  110 enfants et leurs familles sont à la rue.
par Faïza Zerouala
Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien