Fabrice Arfi
Journaliste, Mediapart
Journaliste à Mediapart

32 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 sept. 2016

C’est dans l’ire, sur France 5

J’ai eu Catherine Nay au téléphone. La raison ? La célèbre éditorialiste d’Europe 1 a réalisé, mercredi 28 septembre, un triple boucle piqué journalistique sur le plateau de C’est dans l’air (France 5) pour s’essuyer les pieds sur Mediapart.

Fabrice Arfi
Journaliste, Mediapart
Journaliste à Mediapart

J’ai eu Catherine Nay au téléphone. La raison ? La célèbre éditorialiste d’Europe 1 a réalisé, mercredi 28 septembre, un triple boucle piqué journalistique sur le plateau de C’est dans l’air (France 5) pour s’essuyer les pieds sur Mediapart.

L’émission, dont Mme Nay est une chroniqueuse régulière, était consacrée aux embarras de Nicolas Sarkozy, qui a connu, il faut bien le dire, une semaine toute pourrie entre nos révélations sur l’affaire libyenne, la sortie du livre de Patrick Buisson, les mises en causes judiciaires de ses deux “grands flics” préférés et la diffusion, ce soir, d’un Envoyé Spécial sur le scandale Bygmalion.

Catherine Nay. © Europe 1

S’agissant de l’affaire libyenne, Mme Nay est revenue avec cet air débonnaire qu’on lui connaît sur un premier document compromettant que Mediapart avait révélé en 2012 concernant un accord de financement par le régime Kadhafi du clan Sarkozy, à l’occasion de l’élection présidentielle de 2007. Manifestant une connaissance pointue du dossier, l’éditorialiste a lâché une petite bombe : « Même des juges qui sont très proches de l’affaire savent que c’est un faux et le disent. Enfin, en privé au moins ». Ce grand instant de patinage est visible ici, à partir de la 35ème minute.

Bon, alors là, comment vous dire ? Ça m’a mis les abeilles, mais sévèrement. Un journaliste de Mediapart (dont je tairais le nom) avait dans son répertoire le “06” de Mme Nay. Je ne sais pas si vous avez des enfants, mais j’étais avant de l’appeler à peu près dans l’état du petit Robert dans le livre Grosse colère, au moment où il s’apprête à expulser son ire toute rouge.

Après m’avoir expliqué — je vous jure que c’est vrai — qu’elle était en train de se faire masser par « (son) kiné préféré », suivi d’un délicat « donc, c’est pour quoi ? », la journaliste m’a raconté au téléphone avoir croisé un jour un juge parisien sur un trottoir — quand ? —, qu’elle ne connaissait pas, mais avec qui elle avait papoté Libye. Normal, quoi. Ce magistrat, dont elle m’a donné le nom, lui aurait alors dit qu’il pensait que le document était un faux. Waouh !

Seulement voilà : le magistrat en question — si tant est que ce qu’elle raconte soit vrai ; j’ai envie de dire : « Où sont les preuves ? » — n’a jamais été saisi de l’information judiciaire sur les financements libyens, ni sur le fond (c’est le juge Serge Tournaire), ni sur le document révélé par Mediapart argué de « faux grossier » par Nicolas Sarkozy (c’étaient les juges René Cros et Emanuelle Legrand).

J’avoue qu’une telle puissance d’enquête de ma consœur m’a décroché la mâchoire. Je lui ai donc appris qu’après trois ans d’investigations judiciaires consécutives à la plainte de Sarkozy contre Mediapart, nous avions bénéficié avant l’été d’un non lieu, dont les termes ont permis de siffler la fin de la récréation dans cette histoire. Ce n’est pas comme si tout cela avait été raconté en long, en large et en travers dans Mediapart, le 3 juin 2016, avec des morceaux de l'ordonnance des juges dedans.

Là, Mme Nay, auteure en mars 2012 d’un livre sur Sarkozy plein de miel (L’Impétueux, chez Grasset), m’a fait une réponse de toute beauté : « Je ne lis jamais Mediapart, ah ça, non »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat