Fabrice Rozié
Consultant auprès de la French American Foundation (New York)
Abonné·e de Mediapart

25 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 juin 2009

Projection

Juste avant de claquer la portière de mon taxi, Ken avait résumé les choses :- J'appartiens à la génération qui suit le mouvement : j'ai tiré un trait sur la France. J'ai bien fait : ils sont tous en train de rappliquer. Même Dior, le symbole de la France, produit ici maintenant : tu ne peux pas être Dior, incarner la France, et produire ailleurs ! La Chine tient le monde entier. Elle poursuit une politique d'accueil, elle invite toutes les marques. Si tu vas dans le Jiangsu, tu traverseras des villes qui ne sont faites que d'usines dans lesquelles on produit absolument tout. La Chine va bientôt contrôler le monde sans sortir de chez elle.

Fabrice Rozié
Consultant auprès de la French American Foundation (New York)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Juste avant de claquer la portière de mon taxi, Ken avait résumé les choses :

- J'appartiens à la génération qui suit le mouvement : j'ai tiré un trait sur la France. J'ai bien fait : ils sont tous en train de rappliquer. Même Dior, le symbole de la France, produit ici maintenant : tu ne peux pas être Dior, incarner la France, et produire ailleurs ! La Chine tient le monde entier. Elle poursuit une politique d'accueil, elle invite toutes les marques. Si tu vas dans le Jiangsu, tu traverseras des villes qui ne sont faites que d'usines dans lesquelles on produit absolument tout. La Chine va bientôt contrôler le monde sans sortir de chez elle.

C'était au début de mon séjour. Je venais de passer deux heures avec lui : je l'avais rencontré dans le restaurant universitaire où il prend ses repas tous les jours ; je voulais voir à quoi ressemble un campus chinois et j'étais tombé sur lui. Dans le taxi qui me ramenait au centre de Beijing, je reçus un sms dans lequel il me faisait promettre de lui raconter ma vie la prochaine fois.

De la sienne qu'avais-je appris ? D'abord, le temps des études :

- Mon prof de maquillage m'a appris à toucher une femme. Il faut la mettre à l'aise, chaque geste doit être assuré, rien ne peut être ambigu. Si tu touches son visage, il faut le faire avec la douceur d'une plume. Il faut lui parler au maximum ; par ses réponses, tu cernes sa personnalité. Quand tu la maquilles, ce n'est pas un jeu de séduction, même si ton visage est tout près du sien, même si ses lèvres tremblent.

Et aussi, un premier contact avec l'Asie :

- Quand j'ai préparé mon diplôme international à Paris, j'ai copié les Chinois et ça m'a beaucoup aidé. L'école ouvrait à 7h du matin mais eux ils étaient devant la porte dès 6h. J'ai commencé à bûcher avec eux, à apprendre des rudiments de chinois, puis j'ai pris des cours de dessin avec une Coréenne. La beauté s'apprend, ce n'est pas un carnaval, c'est quelque chose de sublimé : un embellissement.

Enfin, les premiers pas dans la vie professionnelle :

- J'ai fait un BTS d'esthétique puis j'ai travaillé chez Dior. Dans un milieu de femmes, les hommes deviennent féminins. Or nous, les Antillais, nous sommes très virils. C'était déplaisant mais ce fut instructif : les femmes entre elles sont très cruelles.

Ken connut l'ivresse des commencements :

- Le matin, tu te réveilles et tu as rendez-vous avec la beauté. Je portais un costume, une belle chemise, une cravate rose. Dans le métro, les gens me taquinaient gentiment : Alors, on se fait beau ? J'étais le black, le séducteur, et en plus je les conseillais elles, les clientes. Elles viennent te voir, te confient leur visage : c'est un honneur, c'était l'euphorie, au début du moins.

Ce réfectoire était vaste, suffisamment pour accueillir 200 étudiants. Je lui faisais face assis à une table de 4. Sur son plateau, un bol de soupe, un plat de nouilles, un soda. Selon lui, il n'y aurait pas une mais deux Chine : celle d'avant et celle d'après les J.O.

Quelle avait été sa première impression dans ce pays ?

- C'était en 2006, j'avais 24 ans - ce qui m'a le plus étonné, ce sont les Chinois eux-mêmes, des gens comme nous. Les jeunes ici veulent sortir danser, nouer des relations libres. Je suis revenu pour les J.O.

Quel souvenir gardait-il des Jeux de Pékin ?

- En gros, les paroles de l'hymne disent ceci : "Beijing t'accueille depuis la nuit des temps. Beijing te souhaite la bienvenue ! Je t'aime, un coeur s'éprend d'un autre coeur. Même si tu ne parles pas le chinois, même si tu viens en Chine pour la première fois, on trouvera des sujets de conversation. Ensemble, on ira vers la victoire !" C'est une belle chanson : quand tu la chantes, ça fait une boucle, les tons montent et descendent. Les athlètes chinois ont été motivés par la force de tout un peuple. Côté français, les bénévoles n'ont reçu aucune aide : comment veux-tu que nos athlètes gagnent ?

Autour de nous, les tables ne désemplissaient pas ; les étudiants avaient un bon coup de fourchette, les conversations allaient bon train.

Et de la France, quelle image gardait-il ?

- En France, on est éduqué dans la douleur. En France, quand tu naîs pauvre, tu n'as pas d'argent, et en plus tu n'as pas d'avenir. Tu finis par le croire : les infos expliquent que tout s'écroule, et la télé abrutit les jeunes. En Chine, la censure à la télé va dans le bon sens, elle porte le peuple vers l'avenir, les Chinois s'expriment en tant que Chinois. Il faut viser la lune pour atterrir dans les étoiles...

N'était-il pas un ingrat ?

- La France, bien sûr, a fait beaucoup pour mon éducation ; mais la France m'a aussi rendu très malheureux : pendant six ans, je ne me suis pas senti une seule fois français. Moi, je suis fier d'être black, mais en France, les blacks, on préfère qu'ils soient paresseux, qu'ils fassent du sport et du rap mais pas d'études. En plus, il n'y a pas de valeurs communes, chaque communauté impose ses valeurs au lieu de servir la nation. Mon père m'avait prévenu : quand tu es noir, la lumière est sur toi, tu dois en faire plus, toujours ! J'aurais dû l'écouter mais chacun mijote un petit rêve à Paris...

La Chine serait-elle un pays plus jeune ? Les jeunes y seraient-ils mieux considérés ?

- La Chine s'intéresse aux ressources de l'Angola : le pétrole, l'or. Alors, elle fait tout pour aider les étudiants angolais : j'en connais une trentaine qui sont arrivés en début d'année. Ils resteront 6 ans pour apprendre le chinois. La Chine en profite pour construire des routes en Angola. Quand deux pays dialoguent, la jeunesse en bénéficie.

Au fond du réfectoire, un groupe d'étudiants italiens - de plus en plus nombreux, de plus en plus bruyants - fêtent la quille. C'est leur dernière soirée à Beijing, après deux mois de stage en Chine. Ils ont apporté de la bière, une sono. Je les regarde, ils ont l'air d'avoir 4 ans ; mais je me souviens aussitôt qu'à leur âge j'avais déjà toute une vie derrière moi.

Et tes projets, quels sont-ils ?

- Je ne me vois pas retourner en France. La vie ici est si belle ! L'étranger, surtout s'il parle le chinois, est placé sur un piédestal. Pour un Chinois, être servi par un étranger, il n'y a rien de plus flatteur. Après l'université, j'aimerais travailler dans le luxe ou à la télévision, j'aimerais maquiller les stars chinoises. En France, les gens n'ont pas d'argent, ça ne vaut pas la peine d'investir.

Une chose encore, un détail auquel je n'avais pas tout de suite prêté attention : lors qu'il parlait de "son pays", Ken faisait référence, non pas à la France, mais aux Antilles. Qu'est-ce qui avait pu le blesser autant dans la métropole, lui qui avait "mijoté un rêve" à Paris ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin
Journal
Huile de palme : les pays producteurs pris au piège de l’envolée des prix
L’Indonésie et la Malaisie produisent 85 % de l’huile de palme. Avec une demande qui ne cesse de grimper, ses prix connaissent aujourd’hui des records historiques. Mais les deux pays n’en profitent guère, confrontés à des problèmes structurels internes. 
par Gabrielle Maréchaux

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey