fadela hebbadj
Abonné·e de Mediapart

142 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 août 2016

Garne Kheira, l’héroïne de la guerre d’Algérie, est morte ce 9 août 2016

fadela hebbadj
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Ma mère est morte ».  M’écrit Mohamed Garne, le 9 août 2016 au matin.

La mère de Mohamed Garne a juste quatorze  ans quand des militaires français l’emmènent dans un camp de torture en Algérie. Nous sommes alors en août 1959, lors des négociations avec Zamoum et les bombardemens « opération Challe », au napalm. Cette année, le destin de Kheira et de Assia Djebar vont se croiser.

Assia Djabar est réintégrée à l’école normale supérieure de Sèvres par de Gaulle avec le soutien de Maurice Clavel. Brillante sévrienne, c’est la Sagan algérienne. Elle  n’a donc jamais été maquisarde contrairement à ce qui est raconté par le pouvoir algérien.  Kheira est violée par des soldats français, torturée à l’eau et à l’électricité alors qu’elle est enceinte. Comment ces destinées opposées vont-elle se rencontrer ? Un enfant, le fruit de la guerre d’Algérie liera un cordon bien singulier entre ces deux femmes.

Mohamed Garne naîtra le 19 avril 1960, dans un camp de l’horreur appelé Théniet-el-Haad. A sa naissance, on  enlève l’enfant. Des sœurs vont le placer à l’orphelinat. On dira à Kheira que son bébé est mort..  

Une nourrice fracture deux fois le crâne de l’enfant d’un an.  Après plusieurs visites à l’hôpital, Mohamed Garne sera enfin  adopté à l’âge de cinq ans par l’académicienne française Assia Djebbar.

En 1965, la femme de lettres le ramène en France où Mohamed est scolarisé au Bourget.  Quelques années plus tard,  Assia Djebbar le replace à l’orphelinat sans que l’administration algérienne n’y fasse obstacle. L’enfant objet est rejeté ou plutôt jeté comme un vulgaire colis que l’on retourne à l’expéditeur.  Il a alors quatorze ans.

Mohamed rencontre Fadéla. Elle l’épouse.  Aimante, solide et solidaire, elle veut connaître son passé.

                A 28 ans, Mohamed Garne se baigne alors dans les archives de la ville d'Alger pour obtenir un extrait de naissance. Là, il apprend que Kheira, sa vraie mère,  vit toujours. Stupéfaction, elle habite entre deux tombes au cimetière de Sidi Yahia à Alger.  « Les vivants  m’ont fait trop de mal, je préfère vivre avec les morts ». lui dit-elle lorsque Mohamed vient la voir.  Il a grandi avec une femme de lettre qui racontait des histoires sur le blanc de l’Algérie et voilà qu’il trouve une autre histoire, celle d’une anonyme, celle qu’on ne traite pas dans les livres de littérature. Le réel dépasse la fiction. Mohamed croyait que le drame de l’Algérie résidait dans les romans de sa mère adoptive, et voilà qu’il le trouve dans un cimetière oublié, car la rencontre de Kheira bouleverse le cours de sa vie.

                Dans cette quête d’origine, il veut aussi savoir le nom de son père. Mohamed lance une procédure de recherche en paternité en mars 1991. Sa mère Kheira est convoquée à la barre. Et elle avoue, en pleine audience,  le livre noir que n’a pas écrit Assia Djebar, au Tribunal de Theniet-El-Haad. Croyant être le fils d’un Chahid, il écoute les mots de sa propre mère Kheira, devant la cour suprême, le 22 mars 1994 :  « J’ai été violée au camp de Theniet-el-Haad par des militaires français ».

                Depuis 1998, il s’engage dans une guerre judiciaire en France. Mais La notion de crime contre l’humanité n’est appliquée qu’à la seule période 1939-1945. Alors il saisit le tribunal des pensions militaires en mars 2000. Cette première tentative est un échec. Il fait appel. Les juges reportent leur délibéré au 22 décembre. Les magistrats sont embarrassés. Les conclusions de l’expert psychiatre Louis Crocq, qui est une sommité dans le domaine des crimes de guerre, sont alarmantes. L'expert est formel: la responsabilité de l'Etat français est en jeu. Il est désormais depuis le 22 novembre 2001,  «victime de guerre».  Fait inédit qui ouvre le dossier brûlant des victimes durant la guerre d’Algérie.

C’est Kheira qui a permis cette ouverture. La réinterprétation de l’histoire est possible même si elle est difficile. Donner un sens à l’horreur n’est pas impossible. Une histoire comme celle de Kheira ne s’arrête pas là. Elle est lourde de conséquence et lourde de sens. Elle suscite tout un champ d’interrogation. Kheira, qui est morte cette semaine, est, à présent, un symbole, pour l’Algérie toute entière. Qu’elle repose maintenant en paix…

Un arbitre puissant s’élève contre les oppresseurs. Il est algérien. Mohamed Garne entend la parole libérée de sa mère, et des procès s’organisent, une véritable machine judiciaire est mise en place dès 1991 pour condamner des militaires français de leurs crimes.

                Kheira en déposant publiquement  sur la scène judiciaire, la douleur des humiliés remporte la victoire. L’histoire individuelle et collective est relatée sur l’amphithéâtre d’un tribunal qui n’a cherché qu’à l’effacer. Puisque ceux qui font l’histoire ne l’écrivent pas, puisqu’ils savent si bien cacher la douleur des humiliés, il faut occuper les planches, installer la vraie histoire que l’histoire officielle refuse de reconnaître, sur l’estrade de l’avenir. L’article 4 de la loi française du 23 février 2005 reconnaissant le « rôle positif de la présence française, outre mer, notamment en Afrique du Nord » est une insulte à l’égard de l’humanité.

 Kheira n’a pas connu les honneurs de l’Etat algérien comme Assia Djebbar. Elle est morte le 9 août 2016 dans l’anonymat. Pourtant, Kheira était bien au maquis lorsqu’elle fut arrêtée par des soldats alors qu’elle n’avait que quatorze ans, comme tant de vivants parmi les vivants, entrés dans la mémoire des anonymes qui ont fait l’histoire. Quand Mohamed a rencontré Kheira, il a quitté les fictions littéraires pour rencontrer l’épreuve du lourd passé historique de sa vraie mère, qui est loin d’être un fantôme de maquisarde. Que peut-il bien rester d’un homme qui consent à vivre sans cause humaine ? Mort parmi les morts, il s’éteint en laissant croire que le bienheureux pays est celui où n’existe que de faux héros.

Un très bel hommage est rendu par Mustapha Benfodil dans le journal "El Watan".

Un bel article de Zineb Azouz est aussi réalisé en son hommage.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr