Lettre ouverte de Mohand Lounis aux autorités françaises et espagnoles

Mohand Lounis veut connaître la vérité sur les circonstances de la mort de son fils Nordine. Nordine Lounis séjourne à l’hôtel huppé de Marbella, et y trouve la mort lors de l’incendie du « Susi Hôtel », le 21 août 2020. Mohand Lounis veut comprendre. Il veut savoir toute la vérité sur les événements survenus dans cet hôtel de luxe en Espagne.

 Le 25 août, Mohand Lounis, le père de Nordine Lounis, lance une pétition dans « La Voix du Nord ». Quelques soient les motifs ou les mobiles du décès, Mohand Lounis veut savoir ce qui est arrivé à son fils pour enfin commencer à faire son deuil. Voici sa lettre ouverte ; un appel à une clarification judiciaire et policière, adressé aux autorités espagnoles et françaises :

"Je suis Mohand LOUNIS père de Nordine LOUNIS décédé le 21 aout 2020 dans des circonstances tragiques, en tentant d’échapper à un incendie criminel dans un hôtel de Marbella, le « Sisu Boutique hôtel Puerto banus » où il séjournait avec ses amis. Des vacances qui ont tourné au cauchemar.

Endeuillé et sous le choc je me refuse à accepter que cet acte reste impuni.

A ce jour je n’ai aucune nouvelle officielle des circonstances de la mort de mon fils Nordine, j’ai obtenu quelques informations sporadiques des témoins mais ce n’est pas suffisant j’aimerai que toute la lumière soit faite sur cette affaire afin de demander justice pour mon fils et permettre à ma famille de faire son deuil.

Ce que je sais d’après les témoins : ses amis se trouvant à l’hôtel ainsi que les familles présentes sur les lieux, m’ont expliqué avoir été réveillés par des picotements à la gorge car aucun système de sécurité ne s’est déclenché :

  • Pas systèmes d’alarmes sonore
  • Pas d’extracteurs de fumée
  • Pas de détecteur de monoxyde de carbone
  • Pas de systèmes d’extincteurs automatiques à eaux ( SPINKLERS)

Les témoins et clients de l’hôtel me raconte que les rideaux prenaient feux, que mon fils a tenté de regagner sa chambre mais que les portes étaient bloquées, qu’il était pris au piège.

Les témoins m’annoncent que concernant les auditions des témoins par la police espagnole seuls 2 sur 5 ont été entendus et aucune copie ne leur a été remise.

J’apprends également par un article de presse paru dans les journaux du sud de l’Espagne que les pompiers tant félicités en Espagne pour leur bravoure ce jour-là sont arrivés avec beaucoup de retard, une petite camionnette (vidéo à l’appui). Ces derniers n’avaient même pas d’échelle à donner à mon fils pour lui sauver la vie. Il est mort !

1 mort, c’est peu statistiquement et l’on félicite les pompiers pour le chiffre, le maire de Marbella, Angeles Munoz, a remercié « l’excellent travail et action rapide » des pompiers et pas un mot pour la famille de la victime.

Pour moi son père, pour notre famille ce sont des vies de frères, de sœurs, de parents, de grands-parents, de neveux et de nièces qui sont brisées injustement.

Mon fils était un citoyen français décédé en Europe, en Espagne un pays qu’il aimait tant.

Par ailleurs nous avons pris attache auprès de la députée en charge des affaires françaises à l’étranger qui nous a apporté son soutien et nous a assuré sa pleine confiance en la justice espagnole pour faire la lumière sur ce drame qui nous touche.

Aujourd’hui ma famille mes proches et moi-même restons très attentifs à ce qui se dit concernant l’incendie du Sisu Boutique hôtel Puerto banus qui a coûté la vie à mon enfant, mon fils âgé d’à peine 31 ans.

Croyez-moi quand je vous dis avoir été effaré lorsque j’ai appris par les médias espagnols la réputation de cet hôtel et celle de son gérant. Ah si j’avais connu plutôt la situation JAMAIS mon fils n’aurait séjourné dans cet endroit.

Enfin je tiens à préciser que j’accorde toute ma confiance en l’Espagne et aux autorités espagnoles pour lever le voile sur cette affaire et rendre justice à mon fils.

Mohand LOUNIS"

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.