fadela hebbadj
Abonné·e de Mediapart

142 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 févr. 2022

Nadir Sakhri alerte l'opinion publique sur la fermeture d'un lieu culturel en Kabylie

Nadir Sakhri est un écrivain qui témoigne. Il alerte l'opinion publique et les autorités algériennes concernant la fermeture d'une bibliothèque. Il adresse les raisons pour lesquelles des villages entiers seront privés de livres et de rencontres.

fadela hebbadj
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Café littéraire Tamusni At Cbana

Hier, à 07:41  ·

Éclaircissement à l'opinion publique !
Le café littéraire « Tamusni » d It Cbana a été fondé au milieu de l’année 2018. Il est de notre devoir de rendre hommage à toutes celles et à tous ceux qui ont défriché le terrain et ouvert la voie pour nous, malgré les difficultés et les embûches qui se sont dressées. Le café littéraire marque en ce mois de janvier 2022 son vingt-et-unième numéro ce, après quatre ans d’exercice. Une pléthore de figures littéraires et intellectuelles ont animé des conférences et ont contribué à la vie culturelle de notre région, dont Rachid Oulebsir, Noureddine Bekkis, Redouane Boudjemaa, Mellah Abdelhak, Said Djabelkhir, Djamel Laceb, Djamel Mechehed, Walid Sahli, Djamel Bettache, etc.
Outre les activités courantes, il a été question de l’enregistrement d’une émission culturelle sur l’art culinaire traditionnel par le journaliste Djamel Laceb, qui nous a accordé un honneur d’une valeur inestimable. Une autre émission a été enregistrée par notre honorable invité, Kamel Oukara. Les deux émissions ont été diffusées sur les ondes de la radio chaine deux. Le café littéraire « Tamusni » menait ses activités avec le soutien du mouvement associatif local en relation avec l’APC, dont principalement l’association « Assirem ».

En août 2021, le café littéraire a réussi à se doter d'un statut autonome en se convertissant en association portant le nom « L’association des amis de la bibliothèque « Tamusni », conformément à la réglementation de la loi 12/6 en date du 18 Safar 1433 correspondant au 12/1/2012 relatif aux associations.
L’association mène ses activités, constituée de dix membres, dont deux femmes, avec des aides modestes d'adhérents et de sympathisants, que nous remercions au passage.
Nos activités sont multiples : des rencontres avec des écrivains, une bibliothèque municipale où un bureau d’une modeste superficie (10m2) accordée par décision de l’ancienne assemblée populaire (APC).
Inaugurée en 2015 par le Wali de Sétif, le lieu est restée non opérationnelle jusqu’à 2018. Ce n’est qu’après la précieuse et néanmoins modeste contribution des animateurs culturels et des membres de l’APC que cette structure (la bibliothèque) a pu se transformer, par son aménagement et dotation en moyens utiles, en espace culturel garantissant aux écoliers, collégiens et lycéens de réaliser leur travaux et à faire leurs révisions. Des enseignants volontaires y donnaient des cours de soutien.

La vie culturelle paraissait être à son aube. Des espaces (bureaux) ont accordés aux associations telles que les amis du malade, l’académie sportive d It Cbana « Assaru », les amis de la bibliothèque « Tamusni » ; et toute la population s’attendait à ce que la bibliothèque s’enrichisse davantage en la lotissant d’une salle internet qui permettrait à nos élèves et universitaires de s’épanouir et d’accéder au savoir. Nous nous attendions que des programmes culturels soient conçus pour couvrir toute l’année.

Hélas, l’espoir s’estompe au seuil d’une déception étrange. Le nouvel P/APC se montre hostile au travail culturel qui se mène et qui pourtant profite tout aussi à la population qu’au savoir sous toutes ses formes.
Le P/APC issu du vote de novembre 2021 mène une offensive contre le mouvement associatif et contre la société civile qu’il prend pour adversaires et non comme des promoteurs de la culture et du savoir profitant à toute la société. Il veut mettre fin au travail associatif et replonger la société dans la léthargie : il a osé chasser toutes les associations actives de la commune en changeant les serrures du portail et celles des salles qui abritent les activités.
Il est de notre responsabilité d'empêcher la fermeture de cet espace de connaissance.  Si cette fermeture est temporaire et vise à améliorer le travail associatif et d’optimiser le rythme de l’activité socioculturelle de la bibliothèque, c'est à saluer et à encourager.

Hélas, cela n’est pas le cas, puisque le nouveau P/APC, d’après ce que nous avons compris de la rencontre qu’il a eu avec le mouvement associatif et en présence de la cheffe de Daïra (Beni Ourtilane) tenue le 6 février 2022 à Beni Ourtilane (le siège de la Daïra). Nous avons perçu de l’adversité plutôt que de l’esprit coopératif qui devrait inspirer un climat de dialogue aboutissant à la démocratie participative pourtant prônée par le premier texte du peuple, à savoir la constitution.
Nous nous interrogeons sur les liens qui devraient exister entre le P/APC et le mouvement associatif et la société civile.
Nous nous interrogeons, en notre qualité d'animateurs socioculturels, davantage sur le rôle de la bibliothèque dans la société.
C’est au moment où tous les peuples s’affairent pour accéder au savoir et pour contribuer au progrès que nous constatons chez le P/APC une méfiance et une suspicion vis-à-vis du travail que nous menons contre l’ignorance et contre la régression. Malgré tous les efforts consentis par l’Etat pour le renforcement de l’activité culturelle par l’octroi d’enveloppes budgétaires au profit des organismes et institutions culturels, nous pensons que l’espoir de voir la culture du débat et du dialogue s’instaurer n'est pas pour demain.


La bibliothèque est un espace dédié au savoir qui réunit toutes les franges de la société. C’est un lieu de communion où tout un chacun peut rencontrer l’Autre et ce, malgré les différences qui existent. Des activités ludiques des plus primaires aux travaux universitaires les plus profonds, la bibliothèque devrait s’y montrer attachée. C’est à la bibliothèque où on sème le savoir pour récolter l’amitié, le respect, l’altruisme, la convivialité et l’affabilité. La bibliothèque est un espace qui permet la circulation des idées et la coexistence des sensibilités humaines.

Hélas, nous ressentons que le choix des responsables sont loin de répondre à de tels soucis et idéaux : il s’agit d’une dénégation de tout ce qui est culture, savoirs, idées et qualités socio-humaines. Alors que des volontaires se mobilisent par toutes sortes de moyens et d’efforts pour le succès des événements programmés, les responsables nous surprennent par une telle décision. Et cela n’honore personne.

La bibliothèque communale fera, à coup sûr, naufrage et le rêve de l’éveil culturel avec.
Nous interpelons les autorités wilayales et nationales pour nous rétablir dans nos droits et pour mettre un terme à de telles pratiques obscurantistes. Nous souhaitons que notre voix soit entendue et que les aspirations populaires attirent l’attention des pouvoirs publics, pour redonner à la culture toutes ses lettres de noblesse".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux