Les arrestations arbitraires en Algérie se poursuivent...

Des prisonniers politiques en grand nombre continuent de remplir les geôles algériennes. Mais rien ne semble pouvoir diminuer la force de ce soulèvement populaire.

On ne peut se détourner ou rester neutre et indifférent au sujet de la deuxième et superbe révolution en Algérie, mais on ne peut ignorer plus longtemps les arrestations arbitraires d’un pouvoir inique démasqué : Louisa Hanoune est une militante politique, mise en détention par un groupe d’individus sans distinction de scrupule, le 10 mai 2019.

Images de Louisa Hanoune se rendant au Tribunal Militaire du téléphone © DarnaTelevision

 

Samira Messouci est une jeune militante politique qui a été arrêtée vendredi 28 juin 2019.

© observalgerie

© groupeapwrcdtiziouzou

Lakhdar Bouregaa, homme politique, déjà arrêté puis torturé en prison à la fin des années 60, est à l'âge de 86, à nouveau sous les verrous, depuis le 30 juin 2019.

 

La tentative d’assassinat de Maître Dabouz, défenseur des droits de l’homme, avocat de Kamel Eddine Fekhar, médecin, décédé dans des conditions inhumaines en prison en Algérie, reste dans la mémoire des Algériens.

Discours très fort du Docteur Kameleddine Fekhar. © Bens -News

 

Karim Tabbou, homme politique, porte parole de l'Union Démocratique et sociale (UDS), a été, à trente-trois ans, chef du parti politique fondé par Aït Ahmed en 1963. Karim Tabbou fonde, avec d'autres militants, le U.D.S. en septembre 2013. Karim Tabbou a été kidnappé le 12 septembre 2019, chez lui. Il est actuellement en prison en Algérie, depuis le 11 septembre 2019.

Selon "Observ'Algérie", il encourt une peine de 10 ans de prison.

Karim Tabbou : "Le peuple algérien veut vivre dans la dignité, dans la paix, et vivre la démocratie" © FRANCE 24

 

Pourquoi Karim Tabbou a-t-il été arrêté ? © TV5MONDE Info

Des prisonniers politiques en grand nombre continuent de remplir les geôles algériennes. Mais rien ne semble pouvoir diminuer la force de ce soulèvement populaire.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.