Faisons vivre la Commune!
Abonné·e de Mediapart

80 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 mai 2021

Balade sur les traces de la Commune, le 16 mai 2021 dans le XIXe arrondissement

Le collectif unitaire du XIXe arrondissement de Paris organise, le dimanche 16 mai 2021, une BALADE SUR LES TRACES DE LA COMMUNE, de 14 heures à 17 heures. Avec la participation de Ludivine Bantigny et Mathilde Larrère, de nombreu.x.ses artistes et des militant.e.s des luttes actuelles. Départ place de Stalingrad à 14 heures.

Faisons vivre la Commune!
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a 150 ans, de début mars à fin mai 1871 une insurrection instaure la « Commune de Paris », un pouvoir populaire au service du plus grand nombre.

A l’heure où le gouvernement du « président des riches » mène une politique de destruction des droits sociaux et s’attaque aux libertés démocratiques, la Commune reste le témoignage qu’une autre société est possible.

La commune de paris qu'est-ce que c’est ?

1870 : Napoléon 3 se lance dans une guerre hasardeuse contre la Prusse. L’armée française est rapidement mise en déroute, Paris assiégé, isolé. La République est proclamée mais c’est une Assemblée nationale à majorité monarchiste qui est élue. Le peuple parisien refuse la capitulation et se soulève. Le 28 mars 1871 la Commune de Paris est proclamée, ses représentants sont élus dans les quartiers, ils sont ouvriers, employés, artisans, instituteurs, journalistes, ou artistes.

L’Assemblée conservatrice s’installe alors à Versailles et pendant deux mois, la Commune de Paris s’appuie sur des valeurs d’émancipation pour prendre de nombreuses mesures sociales et politiques novatrices. D’autres insurrections ont lieu ailleurs (Marseille, Lyon, St Etienne, Toulouse...) mais sont rapidement écrasées par les conservateurs.

A Versailles, avec l’accord des dirigeants prussiens qui sont aux portes de Paris et le financement de la banque de France, une armée se reconstitue. La Commune de Paris est écrasée par les soldats « versaillais » lors de la « semaine sanglante » du 20 au 28 mai 1871. De 30 à 40 000 personnes périssent, sont déportées ou s’exilent. Depuis, la Commune reste un symbole, celui d’une république sociale et démocratique.

Quelques mesures révolutionnaires de la Commune

 - Moratoire sur le paiement des loyers et annulation des dettes de loyers

- Réquisition de logements vacants

- Cantines municipales et ventes publiques de nourriture subventionnée

- Interdiction des ventes d’objets par les monts-de-piété, organismes de crédit qui s’engraissent sur le dos des pauvres avec des prêts sur gage

- Liberté d’association pour les ouvrier.e.s

- Réquisition des entreprises abandonnées par leurs propriétaires en vue de constituer des coopératives ouvrières 

- Réduction de la journée de travail à 10 heures (contre 12 à 14h habituellement)

- Encadrement élu par les salariés.

- Interdiction des amendes patronales et retenues sur salaires

- Instauration d'un cahier des charges avec indication du salaire minimum dans  les appels d'offres

- Interdiction du travail de nuit dans les boulangeries

 En outre, la Commune supprime le budget des Cultes et sépare les Églises de l’État. Quelques municipalités d'arrondissement rendent l'école gratuite et laïque. Le personnel enseignant, qui est à la charge des municipalités, reçoit une rémunération avec égalité de traitement entre hommes et femmes.

L’union libre par consentement mutuel est instaurée, les actes notariaux deviennent gratuits, les gardes à vue ne doivent pas excéder 24h et doivent être justifiées, notifiées dans un registre.

 La Commune ouvre la citoyenneté aux étrangers qui peuvent voter et être élus, des représentants de la Commune sont polonais, hongrois, allemands, algériens.

 Et aujourd’hui ?

 Réduction du temps de travail, code du travail, construction de logements sociaux,... depuis la Commune, nombreuses ont été les conquêtes sociales et démocratiques.

Mais celles-ci sont aujourd’hui attaquées de toutes parts.

Des années d’austérité imposées se sont traduites par de profonds reculs pour les services publics (fermetures de lits à l’Hôpital, suppressions de postes dans l’Éducation..) et pour les droits sociaux (sécurité sociale, retraites, loi travail, assurance chômage…).

Des dizaines de milliards d’euros d’argent public sont accordés à des grandes entreprises qui versent de l’argent aux actionnaires et licencient.

Et alors que plus d’un chômeur sur deux n’est pas indemnisé, l’application de la réforme de l’assurance chômage devrait se traduire par une nouvelle baisse de l’indemnisation (20%).

Dans les villes les loyers augmentent mais le gouvernement baisse les APL. Des millions de logements sont vacants mais les réquisitions associatives sont réprimées.

Cette politique antisociale s’accompagne de nouvelles lois liberticides qui remettent en cause la liberté d’informer ou la liberté d’association. Et dans un système de « monarchie présidentielle », depuis plus d’un an la gestion de la pandémie relève très souvent des décisions d’un seul, le « président des riches » !

Pour la justice sociale, pour les libertés démocratiques, les combats de la Commune restent d’actualité. Vive la Commune !

Le collectif unitaire du 19ème s'est constitué en mai-juin 2020 pour relayer auprès de la population de l’arrondissement le combat des personnels hospitaliers et médico-sociaux. Il se compose de militants issu.e.s de plusieurs associations, syndicats, partis et des citoyen-ne-s du 19e.

Face à une actualité politique de plus en plus alarmante (néolibéralisme économique, injustices sociales, atteintes aux libertés démocratiques…), les initiatives du groupe ont été élargies à des thématiques relatives à la citoyenneté (droits et libertés essentielles), la solidarité, aux luttes contre les discriminations etc. 

Le collectif unitaire du 19ème a ainsi pris part au soutien à la marche des sans-papiers pour leurs droits, puis à la mobilisation contre la loi sécurité globale. Il a organisé des collectes solidaires de produits de première nécessité à l'attention d'associations d'aide aux plus précaires et aux réfugiés. Il s'est exprimé contre la loi "séparatisme" et les violences policières dans le 19eme.

La balade sur les traces de la Commune est appelée par : UL CGT 19, Solidaires Paris, ATTAC 19-20, LDH 19, MRAP19-20, RESF 19, EELV19, Ensemble, LFI, Génération.s, NPA, PCF, POI, UCL

Nous connaître, nous suivre :

https://www.facebook.com/CollectifUnitaireParis19

https://twitter.com/Paris19Unitaire

https://www.instagram.com/collectifunitaire19/

https://mamot.fr/web/accounts/426729

Nous contacter : collectifunitaireparis19@gmail.com

© Collectif unitaire du XIXe arrondissement

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon