Faisons vivre la Commune!
Abonné·e de Mediapart

80 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 mars 2021

Faisons vivre la Commune!
Abonné·e de Mediapart

«La commune au présent. une correspondance par delà le temps» de Ludivine Bantigny

C’est un livre singulier et particulièrement attachant qui vient d’arriver sur les tables des libraires. Pour accompagner les 150 ans de la Commune de Paris, les éditions La Découverte ont suivi et soutenu le projet de Ludivine Bantigny d’évoquer cet événement émancipateur de façon directe et hétérodoxe pour une historienne de métier.

Faisons vivre la Commune!
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est un livre singulier et particulièrement attachant qui vient d’arriver sur les tables des libraires. Pour accompagner les 150 ans de la Commune de Paris, les éditions La Découverte ont suivi et soutenu le projet de Ludivine Bantigny d’évoquer cet événement émancipateur de façon directe et hétérodoxe pour une historienne de métier. Avec la couverture de son nouveau livre, l’auteure donne immédiatement le ton. En reprenant une photo de tournage issue du film de Peter Watkins, La Commune. Paris 1871, elle affirme d’emblée sa volonté de relier les combats d’hier à ceux d’aujourd’hui, en accord avec le titre de l’ouvrage : La Commune au présent.

Ce livre n’a pas pour objet de se substituer à une énième histoire de la Commune. La forme épistolaire employée montre, dès les premières lignes, l’intention de l’auteure : s’adresser aux communeuses et communeux « par-delà le temps », dans une soixantaine de lettres sans détour. Rédigées dans un esprit de grande complicité, ces missives permettent à leur auteure de remonter le temps, de retracer les parcours, les engagements, de se souvenir… mais aussi de donner à leurs destinataires des nouvelles actuelles des combats pour l’émancipation : luttes féministes, Nuit Debout, révolte des Gilets jaunes, défense des communs avec les ZAD…

Ces ponts que l’auteure jette avec constance, de lettre en lettre, entre les luttes d’hier et celles d’aujourd’hui sont tout autant au cœur du livre que les expériences et les trajectoires des combattant·es de 1871.

Ludivine Bantigny a choisi le tutoiement pour s’adresser aux destinataires de ses lettres. Presque autant de femmes (dont une inconnue) que d’hommes. Elle affirme en cela une proximité à la fois politique et solidaire, comme il est d’usage entre participant·es à une lutte commune. Cette forme d’interpellation ne diminue à aucun moment l’admiration et le respect qu’elle leur porte. On a envie de dire, bien au contraire, car l’émotion est au rendez-vous de chacune de ces lettres.

Si ce livre ne constitue pas une énième histoire de la Commune jour par jour, il offre tout de même l’opportunité pour l’auteure d’embrasser l’événement en évoquant, avec chacun et chacune des destinataires, des épisodes, des prises de position, des réussites et des échecs, des moments de joie intense ou d’abattement, du début joyeux et plein d’espérance jusqu’à l’issue tragique. Ce qui permet à un lecteur ou à une lectrice non spécialiste de s’emparer de ce moment insurrectionnel, d’en saisir les subtilités et de pénétrer dans les têtes et les cœurs de celles et ceux qui nous ont précédés, il y a maintenant 150 ans, dans les luttes pour l’émancipation et la défense des communs.

Citer des passages de ces lettres serait les déflorer. Elles ont chacune été écrites pour être lues dans un seul et même souffle. Par la lecture solitaire ou par le biais de lectures publiques par des comédien·nes, elles conserveront toute leur puissance d’évocation. Une centaine de documents du temps et de photos actuelles viennent renforcer le téléscopage du passé et du présent, voulu par l’auteure.

Avec ce livre, Ludivine Bantigny fait la démonstration que l’historien ou l’historienne ne peut être indifférent·e au sujet qu’il aborde. Que des savoir-faire issus de la recherche et d’une capacité d’analyse, renforcés par des qualités littéraires, peuvent être mis à la disposition de convictions et laisser de côté une neutralité de mauvais aloi.

Ce livre est en cela fidèle à ses prises de position et à ses écrits. L’auteure n’écrivait-elle pas, en 2019, dans L’œuvre du temps : « Je n’ai pas le temps du silence ou de l’indifférence, pas le temps de grillager les champs : la recherche d’un côté et l’engagement de l’autre, séparés. Car le temps presse : celui du monde et, tout en bas le mien (…) Est-ce comme historienne que je m’exprime publiquement ? Oui et non. Oui, parce que ce métier et cette formation ont forgé mes positions, dans l’étude du passé et de ses possibilités, dans ses futurs imaginés. Non, parce que ces engagements me dépassent : ce sont ceux de tout un chacun sur ce qui nous est commun. » (2)

Marc Plocki

(1)   La Commune au présent. Une correspondance par-delà le temps, de Ludivine Bantigny. Editions La Découverte, 2021. 400 pages, 22 €

(2)   L’œuvre du temps, de Ludivine Bantigny. Editions de la Sorbonne, 2019. La citation se trouve page 175 dans l’article intitulé Sans engagement ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff