Faisons vivre la Commune!
Abonné·e de Mediapart

80 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 mars 2021

«La commune au présent. une correspondance par delà le temps» de Ludivine Bantigny

C’est un livre singulier et particulièrement attachant qui vient d’arriver sur les tables des libraires. Pour accompagner les 150 ans de la Commune de Paris, les éditions La Découverte ont suivi et soutenu le projet de Ludivine Bantigny d’évoquer cet événement émancipateur de façon directe et hétérodoxe pour une historienne de métier.

Faisons vivre la Commune!
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est un livre singulier et particulièrement attachant qui vient d’arriver sur les tables des libraires. Pour accompagner les 150 ans de la Commune de Paris, les éditions La Découverte ont suivi et soutenu le projet de Ludivine Bantigny d’évoquer cet événement émancipateur de façon directe et hétérodoxe pour une historienne de métier. Avec la couverture de son nouveau livre, l’auteure donne immédiatement le ton. En reprenant une photo de tournage issue du film de Peter Watkins, La Commune. Paris 1871, elle affirme d’emblée sa volonté de relier les combats d’hier à ceux d’aujourd’hui, en accord avec le titre de l’ouvrage : La Commune au présent.

Ce livre n’a pas pour objet de se substituer à une énième histoire de la Commune. La forme épistolaire employée montre, dès les premières lignes, l’intention de l’auteure : s’adresser aux communeuses et communeux « par-delà le temps », dans une soixantaine de lettres sans détour. Rédigées dans un esprit de grande complicité, ces missives permettent à leur auteure de remonter le temps, de retracer les parcours, les engagements, de se souvenir… mais aussi de donner à leurs destinataires des nouvelles actuelles des combats pour l’émancipation : luttes féministes, Nuit Debout, révolte des Gilets jaunes, défense des communs avec les ZAD…

Ces ponts que l’auteure jette avec constance, de lettre en lettre, entre les luttes d’hier et celles d’aujourd’hui sont tout autant au cœur du livre que les expériences et les trajectoires des combattant·es de 1871.

Ludivine Bantigny a choisi le tutoiement pour s’adresser aux destinataires de ses lettres. Presque autant de femmes (dont une inconnue) que d’hommes. Elle affirme en cela une proximité à la fois politique et solidaire, comme il est d’usage entre participant·es à une lutte commune. Cette forme d’interpellation ne diminue à aucun moment l’admiration et le respect qu’elle leur porte. On a envie de dire, bien au contraire, car l’émotion est au rendez-vous de chacune de ces lettres.

Si ce livre ne constitue pas une énième histoire de la Commune jour par jour, il offre tout de même l’opportunité pour l’auteure d’embrasser l’événement en évoquant, avec chacun et chacune des destinataires, des épisodes, des prises de position, des réussites et des échecs, des moments de joie intense ou d’abattement, du début joyeux et plein d’espérance jusqu’à l’issue tragique. Ce qui permet à un lecteur ou à une lectrice non spécialiste de s’emparer de ce moment insurrectionnel, d’en saisir les subtilités et de pénétrer dans les têtes et les cœurs de celles et ceux qui nous ont précédés, il y a maintenant 150 ans, dans les luttes pour l’émancipation et la défense des communs.

Citer des passages de ces lettres serait les déflorer. Elles ont chacune été écrites pour être lues dans un seul et même souffle. Par la lecture solitaire ou par le biais de lectures publiques par des comédien·nes, elles conserveront toute leur puissance d’évocation. Une centaine de documents du temps et de photos actuelles viennent renforcer le téléscopage du passé et du présent, voulu par l’auteure.

Avec ce livre, Ludivine Bantigny fait la démonstration que l’historien ou l’historienne ne peut être indifférent·e au sujet qu’il aborde. Que des savoir-faire issus de la recherche et d’une capacité d’analyse, renforcés par des qualités littéraires, peuvent être mis à la disposition de convictions et laisser de côté une neutralité de mauvais aloi.

Ce livre est en cela fidèle à ses prises de position et à ses écrits. L’auteure n’écrivait-elle pas, en 2019, dans L’œuvre du temps : « Je n’ai pas le temps du silence ou de l’indifférence, pas le temps de grillager les champs : la recherche d’un côté et l’engagement de l’autre, séparés. Car le temps presse : celui du monde et, tout en bas le mien (…) Est-ce comme historienne que je m’exprime publiquement ? Oui et non. Oui, parce que ce métier et cette formation ont forgé mes positions, dans l’étude du passé et de ses possibilités, dans ses futurs imaginés. Non, parce que ces engagements me dépassent : ce sont ceux de tout un chacun sur ce qui nous est commun. » (2)

Marc Plocki

(1)   La Commune au présent. Une correspondance par-delà le temps, de Ludivine Bantigny. Editions La Découverte, 2021. 400 pages, 22 €

(2)   L’œuvre du temps, de Ludivine Bantigny. Editions de la Sorbonne, 2019. La citation se trouve page 175 dans l’article intitulé Sans engagement ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI