Faisons vivre la Commune!
Abonné·e de Mediapart

80 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 déc. 2020

1871-2021, une Commune de Paris toujours vivante

Les 23 et 24 janvier 2021 se déroulera un colloque organisé en commun par la CNT et la Fédération anarchiste. Interventions, projections et concert ponctueront cette initiative.

Faisons vivre la Commune!
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cent cinquante années nous séparent de ce printemps de 1871 au cours duquel Paris – mais également d’autres cités de l’Hexagone – fut le théâtre d’une insurrection ouvrière qui est devenue emblématique pour le mouvement révolutionnaire international. Ces 72 jours d’espérance, de combats, de douleurs, de joies, de sacrifices, d’héroïsme alimentent toujours les réflexions, les analyses, les controverses.

La Fédération anarchiste, groupe Commune de Paris 1871 et la Confédération nationale du travail (CNT-RP) organisent les 23 et 24 janvier 2021 un colloque consacré à la Commune de Paris de 1871 en s’appuyant sur l’événement historique et en démontrant l’actualité de l’avènement d’une société autogestionnaire construite en rupture avec les lois économiques, sociales, politiques, idéologiques qui régissent la marche erratique du capitalisme. Ce socle génétique partagé avec les révolutionnaires de 1871 qui se sont soulevés pour l’émancipation du genre humain, c’est donc une Commune vivante qui sera évoquée dans toute son hétérogénéité, refusant «mythifications» comme mystifications.

Cette tâche est d’autant plus essentielle pour les libertaires et anarchosyndicalistes que, pendant plus d’un siècle, la référence à la Commune a été l’objet de multiples appropriations, souvent réductrices, inféodées à des dogmes politiques, revisitées au prisme des besoins de l’actualité.

REDÉFINIR LES QUESTIONS SOCIÉTALES

Dans cet hommage rendu aux Communards, les organisateurs abordent la question sociale de l’organisation du travail, prise en main par les producteurs, négation du rôle patronal et de la fonction étatique, avec toutes les réserves induites par la réalité des affrontements militaires, contexte similaire auquel les masses ouvrières et paysannes espagnoles seront confrontées en 1936. La place des femmes dans la révolution de 1871, souvent traitée de manière parcellaire, réductrice, parfois caricaturale, est ici approfondie, fournissant des clefs pour saisir les ressorts qui ont conduit ces femmes à pleinement investir, sur de nombreux fronts, y compris sur les barricades, le processus révolutionnaire. Les mobilisations ouvrières offensives ou solidaires qui ont eu lieu hors de Paris, comme à Lyon, à Marseille, en Isère, à Périgueux, Narbonne, Limoges, Bordeaux, sont ici relatées, choix d’une rupture avec une vision jacobine et centraliste de la Commune de Paris. Sur la question de l’éducation, retour sur les réflexions, conceptions produites par les communards afin de situer ces propos, mesures dans la trajectoire que suivra la pédagogie anarchiste au fil du temps, analyse stimulante pour décrypter les anticipations qui sont apparues dans le creuset révolutionnaire de 1871.

LA PLACE DU COURANT ANTIAUTORITAIRE

Ce colloque était par ailleurs le lieu idéal pour s’arrêter sur le courant antiautoritaire, numériquement minoritaire, mais cependant très actif tant au sein des instances de la Commune, des commissions, que sur le terrain, civil ou militaire. La question de l’art et des artistes fait l’objet d’une étude très fournie qui apporte un nouvel éclairage sur la Fédération des artistes de Paris, son programme, la place de la création, celle des métiers d’art. Enfin il eût été paradoxal d’évoquer ces faits historiques sans prendre en considération le rôle joué par l’Association internationale des travailleurs (AIT), l’internationalisme étant au cœur des principes et pratiques de la Commune.

Les thématiques traitées, nécessairement limitées, synthétisent la filiation qui relie les aspirations des communards aux nécessités des luttes du XXIe siècle: organisation autogérée du travail et coopérativisme, le féminisme comme composante de la lutte sociale, les pratiques éducatives à instaurer dans la cohérence d’un projet sociétal autogestionnaire, la coordination des luttes sur l’ensemble du pays, le devenir de l’art déconnecté des lois du marché, l’affirmation de principes antiautoritaires et fédéralistes comme alternative aux hiérarchies étatiques et patronales, l’internationalisme en actes comme négation du chauvinisme et du patriotisme. Ces valeurs, les communards les ont gravées en lettres de sang sur les barricades de Paris, dans les rues de Marseille ou de Lyon, d’autres les ont transmises au hasard des déportations ou de l’exil. n

FRANCIS PIAN

PROGRAMME DU COLLOQUE:

Film La Commune de Guerra

Conférence inaugurale Les internationalistes anti-autoritaires

La Commune et les femmes

La Commune et l'éducation

Les artistes et la Commune

Les autres Communes

Les réquisitions d'ateliers

Concert Serge Utgé-Royo

Lieu: 23 et 24 janvier 2021 Lycée autogéré de Paris 393 rue de Vaugirard 75015 Paris

(pdf, 1.7 MB)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment la Russie a laissé filer l’épidémie
Omicron déferle sur la Russie alors que le pays vient déjà de traverser une terrible année 2021 et déplore plus de 900 000 morts excédentaires depuis le début de la pandémie. Une hécatombe acceptée par l’État mais aussi par la population, peu encline à la vaccination.
par Julian Colling
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan
Journal
Deux « Zouaves » condamnés pour l’attaque à Paris d’un bar antifasciste
Un an et demi après la descente du groupe d’ultradroite Les Zouaves au Saint-Sauveur, QG des antifascistes parisiens, Marc de Cacqueray-Valmenier et Bastien Dos Santos ont été condamnés à des peines de prison ferme pour violences et dégradations en réunion.
par Camille Polloni
Journal
Le fondateur de l’association Le Refuge et l’ex-directeur général mis en examen
Après les révélations de Mediapart en décembre 2020 sur les graves dysfonctionnements au sein de cette association LGBT, plusieurs plaintes avaient été déposées contre ses deux anciens dirigeants. L’ex-président Nicolas Nogier est mis en examen pour viol et agression sexuelle. Frédéric Gal, lui, est poursuivi pour deux faits de harcèlement sexuel.  
par David Perrotin et Youen Tanguy

La sélection du Club

Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber
Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie