Fargeau
Celui qui ne connaît pas l'Histoire est comme un "poulet sans tête" : Il ne sait pas où il va,mais pour sûr que ça finira très mal.
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 févr. 2017

Est-ce que tous les titres féodaux furent brulés le 17 Juillet 1793 ? Pas sûr........

Voilà que fleurissent depuis quelques temps déjà des appels à " l'unité unité !! " sur Médiapart sous la bannière des convergences et de l'addition des sondages entre Hamon et la FI. Mais il y a de grosses divergences idéologiques que les tenants du mantra "Union de la Gauche" ne veulent pas voir. Je m'en explique.

Fargeau
Celui qui ne connaît pas l'Histoire est comme un "poulet sans tête" : Il ne sait pas où il va,mais pour sûr que ça finira très mal.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le député Bouret, du département des Basses-Alpes (aujourd'hui Alpes-de-Haute-Provence), proclama en introduction de son projet de décret concernant la mise en place du brûlement des titres féodaux le 17 Juillet 1793 :

" Citoyens,
l'existence du régime féodal fut, de tous les temps, une insulte à la nation, un outrage à l'humanité, une violation révoltante des premières lois de la nature et de la -Société. Aussi, dès les premiers pas de la Révolution, le vœu général, fortement exprimé dans toute la France, en demanda l'abolition. La voix du peuple fut écoutée; et cet arbre antique, dont les racines profondes desséchaient, depuis tant de siècles, le sol de la République, fut enfin abattu dans les beaux jours de l'Assemblée constituante.
Mais l'enthousiasme produit par la force irrésistible de la vérité et de la justice, fut bientôt altéré par les manœuvres odieuses de l'intérêt et de l'orgueil. Depuis cette heureuse époque, de combien de pas rétrogrades n'ont pas été souillées ces mémorables journées? Les Assemblées constituante et législative se sont continuellement traînées sur des mesures incomplètes, plus propres à river les clous de la féodalité, qu'à la détruire sans retour. Leurs discussions, à ce sujet, ne présentaient qu'un combat continuel du riche contre le pauvre, à la suite duquel ce dernier était toujours sacrifié. Du rachat admis pour certaines redevances, et des formalités sans nombre dont on l'avait adroitement entouré, résultait encore l'injustice frappante que le pauvre restait nécessairement asservi, et qu'il fallait être riche pour devenir libre et indépendant.
Et pouvait-on reconnaître le caractère sacré de la liberté dans les lois qui, en la proclamant, mettaient de nouvelles entraves, imposaient des jougs nouveaux pour se soustraire aux anciens? Non, citoyens, il était temps-enfin de ne plus transiger sur les moyens de tarir entièrement cette source toujours renaissante d'oppressions et d'injustices.
La Constitution a voulu, et vous avez voulu avec elle, que tous les citoyens, sans distinction, fussent libres, qu'ils ne reconnussent d'autre dépendance que celle de la souveraineté de la nation, d'autre maître que la loi. C'est d'après ce principe de justice-éternelle que votre décret du 17 juillet dernier, en supprimant sans indemnité toutes les redevances ci-devant seigneuriales* droits féodaux, censuels, fixes et casuels, même ceux conservés par le décret du 25 août 1792, a ordonné le brûlement de tous les titres qui pourraient en rappeler le souvenir "

https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9cret_du_17_juillet_1793

Je sais, wikipédia n'est pas non plus ma tasse de thé mais faute de trouver d'autres sources tangibles, je me rabats sur cette source pour illustrer mon titre de billet.

J'ai mis le troisième paragraphe en gras pour le mettre en lien avec mon titre : Le député Bouret parle clairement de "lois" qui entravent la Liberté en tant que principe comme l'instauration de ce décret du 15 Mars 1790 qui rend "rachetables" les Droits féodaux prétendument abolis le 4 Août 1789.

https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9cret_du_15_mars_1790#TITRE_III_:_Des_droits_seigneuriaux_rachetables

Aujourd'hui, il y a une loi qui revient en force tous les cinq ans, avec le maniement du chantage pour oblitérer toute liberté de choix et de conviction, par les militants et sympathisants du Parti Socialiste : C'est cette mystérieuse loi du "vote utile" qui abandonne toute volonté de bilan et introspection de ceux et celles qui en jouent.

Ceux et celles qui jouent de cet artifice ont, pour ainsi dire, une vision féodale de la Démocratie : Ces "aristocrates républicains" s'imaginent qu'une addition de personnes et de programmes suffisent à amener 26% des voix au soir du premier tour, le tout en imaginant les électeurs comme  des vassaux qui obéiront aux injonctions des ces "aristocrates démocrates". C'est dingue d'en trouver ici car j'ai toujours lu que la féodalité fut abolie réellement le 17 Juillet 1793, d'où mon introduction pour justifier ce rapprochement. 

Ces médiapartiens et médiapartiennes ne nous expliquent pas comment se fier sérieusement à un candidat PS qui veut aller dans le champ de bataille politique avec des troupes pas fiables du tout, et qui n'attendent que le moindre incident pour se tourner vers Macron ? Comment croire que les Le Roux, Valls, El Khomery, NVB, Le Foll, vont faire exactement le contrire de ce qu'ils et elles ont fait depuis 5 ans ? Quand on leur met cette grande contradiction, voilà qu'ils et elles nous sortent la sérenade du " Le FN sera au second tour !", " Vous voulez Fillon/Le Pen ou Macron/Le Pen ?" Même l'entourage du candidat Hamon joue de ce couplet maintenant, tout en prenant l'électorat de Mélenchon pour des "amnésiques à stade avancé" tout en voulant rallier une part d'un probable électorat de Macron.

http://linkis.com/www.lesinrocks.com/2/hTByQ

Un candidat qui n'a pas la mainmise sur un parti n'est qu'un pantin soumis au bon vouloir des marionnettistes de l'acabit d'un Cambadélis et d'un Hollande. Pour les investitures, voici un lien qui amène vers les "heureux élus" désigné(e)s :

http://www.parti-socialiste.fr/wp-content/uploads/2016/12/Liste_candidats_legislatives-_PS_20_janvier_2017.pdf

Ces "aristo-républicains" font fi des grosses divergences entre le duo Jadot/Hamon et la FI sur : 

L'Europe : Jadot/Hamon ne sont absolument pas pour un rapport au sein de l'UE (voir les propositions d'un Thomas Piketty qui est du même acabit que celles d'un Varoufakis et qui donne, paradoxalement, raison aussi à Lordon sur sa critique envers les projets de Thomas Piketty) donc si le "Non" l'emporte, que vont-ils faire d'autre à part se coucher ? Pourtant entre 2012 et 2017, il s'en est passé des choses avec les capitulations de Hollande sur le TSCG et celle d'Alexis Tsipras en 2015 sur le mémorandum et le refus de tirer parti du réferendum qui vota contre les mesures de la Troika. Mais bizarrement, des esprits dit "éclairés" comme Piketty, Varoufakis gardent les lumières éteintes sur ce constat........

La FI par contre pose clairement le rapport de forces nécessaires pour sortir des Traités avec Plan A/Plan B. Plan A, on renégocie ces Traités avec l'instauration d'une harmonisation fiscale et sociale, la fin de l'indépendance de la BCE, instauration d'un protectionnisme solidaire aux frontières européennes en autres, le tout en ayant bien entendu instaurer le contrôle des capitaux auparavant pour ne pas se retrouver dans la situation de 1981. Par la suite, si le "Refus" l'emporte, le fameux Plan B entre dans la danse avec la réquisition de la Banque de France pour transformer l'Euro en monnaie commune, instauration du protectionnisme solidaire aux frontières du pays, et proposition de nouvelles coopérations aux pays qui veulent poursuivre le chemin avec nous.

Jugez alors de la crédibilité du candidat Hamon face à Mélenchon, qui en a tiré les conclusions de ce qui s'est passé en Grèce.

Le nucléaire: Il y a plutôt un differend entre Jadot/Mélenchon qui soutiennent le Plan Négawatt (avec dans le programme de la FI une planification de la sortie du nucléaire sur 20 à 25 ans) et un Benoit Hamon qui parle de mettre en place, d'ici 2025, 50% des energies renouvelables (comment ? mystère et boule de gomme...) sans une sortie totale du nucléaire. Mélenchon et Hamon se rejoignent sur la dissuasion nucléaire qui, malgré un danger inestimable, reste quand même le seul moyen de notre indépendance. Bien sûr, si toutes les puissances nucléaires désarment en même temps, ça serait magnifique mais dans ce cas autant croire que les montagnes vont se transformer en or ou que Goldman Sachs devient un "bienfaiteur de l'Humanité"......

L'économie : Jadot/Hamon sont à l'origine pour un RU de 534€ pour le premier et de 600€ pour l'autre (on parle maintenant d'un RSA+, proche du Revenu Décent de Manuel Valls d'après Cavournas). 

Sur la question économique, Benoit Hamon, une fois de plus, est resté très flou sur le financement de ce RSA+ de 600€ (oui, on ne parle plus de RU, preuve qu'il ne maîtrise pas le dossier) : Sur son site, il y est écrit qu'il veut fusionner les minima sociaux (RSA, APL,Allocations chômages et handicapés), le tout saupoudrée d'une réforme fiscale sur les patrimoines. Je note pour commencer qu'il n'aborde en aucune façon le moyen de lutter contre l'évasion fiscale

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/01/17/comment-benoit-hamon-a-rabote-son-revenu-universel-en-pleine-campagne_5064235_4355770.html

L'ennui est que l'on n'entend plus parler de celle-ci, preuve d'un gadget électoral pour se hisser en haut de l'affiche car il n'ose pas dire qu'il faut en échange démolir la protection sociale et augmenter les impôts fortement pour le financer.

Sur le Libre-Echange, la FI prône un protectionnisme solidaire, contre le CETA-TAFTA comme Yannick Jadot mais ce dernier reste pour le moins ambigu sur le capitalisme financier. Hamon lui se dit contre le CETA mais d'une opposition molle (voir le vote des députés PS qui s'abstiennent sur la proposition du groupe Communiste de réferendum au lieu de dire une réponse claire).

Santé : La FI propose la Sécurité Sociale avec une prise en charge à 100% des soins, Yannick Jadot sur cette question....... et Benoit Hamon propose un plan "Sport Santé" qui démontre son ambition et sa détermination à lutter contre les lobbys des mutuelles.

Relations internationales : Jadot/Hamon sont pro OTAN, pour une Europe de la défense (retour du CED) , Benoit Hamon ne renie pas les interventions françaises sous la présidence Hollande. La FI est pour la sortie de l'OTAN, un indépendantisme français (ressemblance avec les positions d'un De Gaulle), un rôle plus accru de l'ONU (donc une réforme devenue nécessaire), contre une nouvelle CED (Communauté Européenne de Défense, rejeté en 1954 déjà), une volonté d'une alliance dite Alter-Mondialiste.

En conclusion, j'écrirais que c'est en quelque sorte les non-dits de 2005 qui vont se solder avec, chose étonnante si mes souvenirs sont bons, le duel entre deux tenants du "Non" : Mélenchon qui reste en droite ligne de son choix et Hamon qui depuis semble avoir tourné casaque.

Hélas député Bouret, aujourd'hui en 2017, il reste encore la "Loi-entrave" du dit "vote utile" comme la survivance, chez les tenants de l'Ordre Ancien, d'un sentiment de possesion des électeurs. 

PS : Je viens de le remarquer mais les Thomas Piketty, Julia Cagé, Dominique Méda et bientôt Yannick Jadot n'étaient les signataires de cette fameuse Primaire de la Gauche de Janvier 2016 sous l'oripeau "Libération Cohn-Bendit" ? Eux qui "juraient la main qur le coeur" que cette idée n'avait rien à voir avec le PS, les voilà qui se rassemblent, pour la plupart, derrière la machine brinquebalante de Solférino tandis que le "Révolutionnaire de l'immobilisme" a quant à lui rejoint Emmanuel Macron..........

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal — États-Unis
Dans le Missouri, l’avortement a déjà presque disparu
En juin prochain, la Cour suprême des États-Unis abrogera probablement l’arrêt « Roe v. Wade », qui a fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Mais dans le Missouri, État conservateur du Midwest, cela fait des années que les interruptions volontaires de grossesse se réduisent à peau de chagrin.
par Alexis Buisson
Journal — Violences conjugales
Johnny Depp/Amber Heard : un risque que les procès en diffamation sapent #MeToo
Le procès en diffamation qui oppose depuis plusieurs semaines Johnny Depp à son ex-épouse, l’actrice Amber Heard, ne cesse de susciter le malaise. Outre le côté spectacle, la diffamation apparaît ici détournée de son objectif premier. Au risque de bâillonner de potentielles victimes dans d’autres affaires. 
par Patricia Neves
Journal — International
« Sauver l’Amérique », huit ans dans les pas de ceux qui prêchent l’intolérance
Qui sont ces prédicateurs qui tentent d’imposer leur radicalisation religieuse aux États-Unis ? Qui parviennent, alors qu’une majorité d’Américains soutiennent l’IVG, à guider le bras de la Cour suprême dans un projet de décision très défavorable au droit constitutionnel à l’avortement ? Thomas Haley a suivi l’un d’entre eux, filmant ses prêches, ses actions, sa vie de famille. Glaçant.
par Thomas Haley

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de "Printemps silencieux" (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes