FARID
Abonné·e de Mediapart

49 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 avr. 2017

Elections, piège à on !

Onze candidats aux tions présidentielles mais seulement 4 votutils : Chon, Mon, Cron et Illon. Que faire ? Suis en pleine sion ! Hors de tion que je vote Illon ! Inutile de lui tailler un costard puisqu'il en a déjà rendu deux. Sur-mesure. Faut quand même être un peu on pour rendre des costumes sur-mesure, non ?

FARID
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Onze candidats aux tions présidentielles mais seulement 4 votutils : Chon, Mon, Cron et Illon. 

Que faire ? Suis en pleine sion !

Hors de tion que je vote Illon ! Inutile de lui tailler un costard puisqu'il en a déjà rendu deux. Sur-mesure. Faut quand même être un peu on pour rendre des costumes sur-mesure, non ? Heureusement qu'on ne l'accuse pas de s'être fait payer un resto. Mais je  l'ai rendu... Bref.

De toute çon, il devrait être en zonzon çui-là. Ou au violon. Oui, je sais, y a la tion d'innocence tout ça, mais même sans ses casseroles...

Restent Chon, Cron et Mon. Bon. 

Voter Chon ? En 2012, j'aimais bien son côté lutte des classes un peu vintage et j'adhère au moins à l'esprit d'un certain nombre de ses propositions. Mais, j'ai un pêché gnon, je suis un partisan de l' nion européenne  et je ne partage pas l'idée que tous nos maux doivent lui être imputés. En fait, je ne vois pas en quoi dénoncer des traités que l'on ne respecte déjà pas pourrait nous être d'une quelconque utilité. Et je trouve qu'il en fait des tonnes avec la souveraineté de la tion. Sur ces points, je trouve qu'il a tort Chon. Pour le reste, mais c'est lié, j'estime qu'en ce qui concerne notre modèle économique et social et sa nécessaire adaptation à une économie de l'innovation, au ond, il ne nous propose que le statut quo Chon. 

Ni Illon, ni Chon, donc. 

Restent Cron et Mon

J'ai du mal à les départager ces deux-là. J'aime bien l'idée du Traité de démocratisation de l'Europe (Tdem) portée par l'équipe de Mon. Mais je pense comme Cron, que nous ne pourrons le faire accepter par nos partenaires que si nous restaurons notre crédibilité en Hamon, en honorant nos engagements concernant la gestion de nos finances publiques. Par ailleurs, je trouve que Cron ratisse un peu large car certaines de ses propositions sur l'école ou la politique pénale ne sont pas sans m'évoquer Illon. Mais je crains aussi qu'en aval de l'élection, Mon n'ait pas les moyens de ses ambitions et se voit accuser de trahison. L'idéal serait que je me trouve un Hacron ou une Mamon. 

J'en étais là de ma Valls-hésitation quand les Décodeurs du Monde, qui pourvoient à tout, m'ont proposé de me révéler De quel candidat à la présidentielle êtes-vous le plus proche ? Article providentiel pour choisir un homme qui ne le sera pas moins. J'ai répondu conscieusement aux dix-huit questions du quizz et attendu fébrilement la réponse du Choixpeau magique. Mélasse ! Mon et Cron arrivent en tête avec un score strictement identique ! Au point de pourcentage près. Viennent ensuite Poutou, Chon, Le Cheminade, Artaud, Dupont-Aignan (avec un t), Illon, Le Pen, Lassale, Asselineau. Et dire que mes amis insoumis, lors de nos débats plus ou moins éthyliques, m'accusent régulièrement d'être de droite. C'est d'ailleurs moins une accusation qu'une espèce de diagnostic. Un peu comme si j'avais tout récemment, du fait de mes comportements à risque, choppé une espèce de chtouille politique bien méritée. Injure pour injure, il m'arrive régulièrement de les qualifier de bas du front de gauche. On se marre bien, mais au fond, tout ça me rend un peu mélencholique. 

J'ai ouï-dire que lorsque deux mandarins universitaires ne parvenaient pas à départager leur poulain respectif pour un même poste de maître de conférence, il était de coutume de choisir le troisième. Cette stratégie, élaborée par la fine fleur de l'intelligentsia nationale devrait me conduire à voter Poutou. Pourquoi pas mais pourquoi faire ? 

J'ai bien conscience que ce sont les gens comme moi qui font la vie impossible aux sondeurs et croyez-moi, je m'en veux. A ma décharge, il se trouve que contrairement à nombre de mes compatriotes qui pratiquent la taqiya électorale et cachent leur intention de voter Illon ou Le Pen, j'hésite de bonne foi. Ce sont tous ces dissimulateurs qui ont conduit le pourtant très modéré Bourlanges à déclarer en substance, qu' avant, les élections, c'était des cons qui votaient pour des salauds et désormais ce sont des salauds qui votent pour des cons.  Pour ma part, j'ai l'impression d'être resté un con à l'ancienne. 

Mais finalement, je ne m'en fais pas trop parce que tout ça ne concerne que le premier tour et il est plus que probable qu'au second, nous serons nombreux à voter comme un seul homme pour On ! Comme un seul homme mais sans illusion car nous savons bien que, comme nous tous,  On est un con !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal — Climat
Face à la sécheresse, organiser collectivement la solidarité
La sécheresse est en train de dévaster l’Inde et le Pakistan. Ce type d’épisode, de plus en plus fréquent, ne se limite plus aux pays en voie de développement. En France, une vingtaine de départements font déjà l’objet de mesures de restriction d’eau.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Asie
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart