Une enquête par testing pour mesurer l'islamophobie

Marie-Anne Valfort est maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et membre associée à l’École d’Économie de Paris. Diplômée d’HEC et titulaire d’un doctorat de l’École Polytechnique, elle est spécialiste de la discrimination sur le marché du travail. Elle a tenté de savoir si les personnes appartenant à une religion minoritaire étaient discriminées sur le marché du travail.

Prenez six jeunes gens né-es libanais au Liban en 1988. Par la force du hasard, ils s'appellent tous Haddad, nom fort répandu dans leur pays d'origine. Parmi eux, deux sont musulmans (Mohammed et Samira), deux sont catholiques (Michel et Nathalie) et deux sont juifs (Dov et Esther). Ils ont tous l'arabe pour langue maternelle mais Dov et Esther ont la chance de maîtriser l'hébreu que leurs parents parlaient aussi. Comme nous sommes à Beyrouth, ils effectuent tous leur scolarité dans des collèges confessionnels, musulman, catholique et juif. En 2003, ils décident d'intégrer un lycée parisien du XIVe arrondissement pour y passer un baccalauréat STMG. Ils l'obtiennent tous sans mention et acquièrent la nationalité française en 2008. Sur leur temps libre, Mohammed et Samira encadrent de jeunes scouts musulmans, Michel et Nathalie des scouts catholiques et Dov et Esther, vous l'aurez deviné, des scouts juifs. Ces activités exaltantes ne les empêchent pas d'obtenir des BTS en comptabilité et de travailler en CDD pendant quatre années dans ce domaine. Nous les retrouvons en 2013/2014, année au cours de laquelle ils envoient des CV pour des offres d'emploi identiques. 

Ca fait beaucoup de coïncidences non ? Bienvenue dans le monde du testing ! Le protocole, que j'ai résumé et simplifié pour en faciliter la lecture, vise à mesurer les discriminations en raison de l'appartenance religieuse. En effet, toutes ces informations figurent sur les CV envoyés aux employeurs pour 6231 offres d'emploi. L'intérêt de cette enquête, menée par Marie-Anne Valfort pour l'Institut Montaigne est bien d'isoler ce qui relève des discriminations religieuses. 

capture-d-ecran-2015-12-30-a-14-03-54 capture-d-ecran-2015-12-30-a-14-03-54

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Où l'on observe qu'à patronyme et origine identique, les candidats catholiques ont deux fois plus de chance d'obtenir une réponse que les candidats musulmans et 1,3 plus de chance que les juifs. Mais en moyenne, chaque être humain est doté d'un sein et d'un testicule comme le dit un quidam. Or,  si les femmes catholiques n'ont que 1,4 fois plus de chance que les musulmanes d'obtenir une réponse, le coefficient multiplicateur atteint 3,8 pour un homme catholique par rapport à un musulman. Les stéréotypes concernant les hommes musulmans ("difficile à gérer", "ayant un problème avec l'autorité", "machiste"), toujours négatifs, diffèrent de ceux qui concernent les femmes qui sont réputées "travailleuses" et "courageuses". Cette perception différentielle est spécifique aux musulmans. 

Ce testing démontre, s'il en était besoin, qu'il existe bien quelque chose comme une discrimination dont le substrat n'est pas ethnique mais religieux et qu'il n'est pas possible de rabattre le traditionnel racisme anti-arabe sur l'islamophobie. Il s'agit d'autre chose. 

La blague vient de ce qu'un catholique pratiquant a plus de chance d'obtenir un entretien qu'un catholique laïc :

capture-d-ecran-2015-12-30-a-15-08-49 capture-d-ecran-2015-12-30-a-15-08-49

On peut légitimement en conclure que l'injonction à la discrétion religieuse ne s'applique pas aux catholiques et qu'il fait quand même bon être catholique au pays de la laïcité. 

Il est toujours possible de discuter des limites du concept d'islamophobie et de sa possible instrumentalisation. Mais comme le dit l'auteure, à la suite de la CNCDH, ni le terme racisme anti-musulman, ni le terme musulmanophobie ne conviennent ou sont immunisés contre une instrumentalisation. Instrumentalisation que je crois d'autant plus efficace que l'on se focalise sur le mot sans se scandaliser de la chose. 

Voici le lien vers l'enquête dont je recommande la lecture intégrale pour sa richesse et son originalité (elle concerne aussi les discriminations que subissent les juifs) : http://www.institutmontaigne.org/res/files/publications/20150824_Etude%20discrimination.pdf

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.