Fath Allah Meziane
Ingénieur social. Cadre associatif en France et acteur bénévole du développement touristique et culturel de l'Oriental marocain
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 févr. 2022

Moi, Français musulman, je voterai Mélenchon !

Quand certains candidats vont chercher le vote de la communauté arménienne en Arménie, les musulmans de France, que personne n'est venu chercher, doivent comprendre que seul l'engagement dans le jeu démocratique des élections peut représenter une alternative aux politiques et aux lois de discriminations antimusulmanes. Il est temps et il est urgent de s'en rendre compte.

Fath Allah Meziane
Ingénieur social. Cadre associatif en France et acteur bénévole du développement touristique et culturel de l'Oriental marocain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Que faire face à la déferlante de la haine anti-musulman en France ?

Cela fait plus de vingt ans que nous subissons la stigmatisation et la violence des discours nous présentant comme un danger pour la France. Nous ne sommes pas responsables et en aucun cas coupables de faits violents commis par certains se réclamant de l'Islam. Nous en avons plus qu'assez d'être le bouc émissaire qu'on convoque sur l'échafaud de la scène politico-médiatique, à chaque élection et à chaque fois qu'on veut détourner le regard sur les vrais problèmes de la société française : Éducation, santé, logement, emploi, pouvoir d'achat, prise en charge des plus vulnérables, répartition des richesses, protection des ressources naturelles et préservation de la qualité de vie, etc.

Nous sommes français, fils de français et parents de français. Il n'y a pas  de pays qui s'appellerait la Musulmanie, vers lequel on  nous déporterait un jour. C'est uniquement dans vos rêves Monsieur Zemmour ! La France est, et restera  notre pays et notre avenir.

A chaque élection, nous avons voté, pensions-nous, pour celui qui nous éviterait le pire ! Mais à chaque élection, sa déception. L'extrême droite sans être au pouvoir impose son agenda politique à toutes les majorités qui se sont succédé au pouvoir. Nous avons été trahi tour à tour par la gauche, par la droite, ensuite à nouveau par la gauche, puis par la droite.

Nous avons toujours déchanté ! Toujours plus de haine, toujours plus de racisme, toujours plus de lois discriminantes.

Le destin de la communauté musulmane de France n'est pas d'être éternellement le souffre-douleur de la République. Nous en avons assez !

Maintenant qu'il y a au moins trois principaux candidats qui adhérent à la théorie du grand remplacement. Nous, musulmans, sommes clairement identifiés comme un danger, comme une cible pour la haine et le rejet. Qu'allons nous faire maintenant ?

Attendre gentiment le second tour pour apporter nos voix au moins mauvais des deux, c'est-à dire à celui qui nous stigmatisera le moins ?

Ce n'est pas un hasard si Zemmour a choisi le nom de " Reconquête " pour son parti qu'il rêve de voir prendre le pouvoir au printemps prochain. "Reconquête", c'est  Reconquista , le nom donné par les historiens espagnols pour désigner l'époque durant laquelle les Chrétiens de la péninsule Ibérique ont récupéré l'Andalousie Musulmane. On connaît la suite, Musulmans et Juifs n'avaient d'autre choix que de se convertir au catholicisme ou quitter le pays.

 Le nouveau parti de Zemmour est donc tout un programme, qui n'a rien  n'a rien à envier à celui de Hitler, du moins dans son imaginaire !

Face à cette déferlante fasciste, la gauche a décidé qu'il fallait abdiquer. Tétanisée par un certain terrorisme intellectuel qui fait de toute personne dénonçant l'islamophobie ambiante, un idiot des islamistes ou un inconscient islamo-gauchiste, cette gauche a abandonné les musulmans au lynchage de l'extrême droite et d'une certaine droite.

Le 24 avril prochain, il y a une forte chance que les musulmans français, comme leurs concitoyens,  aient le choix entre un candidat qui veut nettoyer la France de ses musulmans et un autre qui aimerait rendre les musulmans invisibles.     

Cette issue très probable n'est cependant pas une fatalité. Les musulmans de France peuvent l'éviter en votant pour Jean Luc Mélenchon, le seul candidat qui a eu une position claire au sujet de l'Islam et des Musulmans en France.

Face à la menace de l'arrivée de l'extrême droite au pouvoir, face aux compromissions et ambiguïtés de certains, nous musulmans nous n'avons que l'arme du bulletin de vote pour faire reculer le danger. La classe politique ne comprend que le langage du bulletin de vote !

Quand certains candidats vont chercher le vote de la communauté arménienne en Arménie, les musulmans de France, que personne n'est venu chercher, doivent comprendre que seul l'engagement dans le jeu démocratique des élections peut représenter une alternative aux politiques et aux lois de discriminations antimusulmanes. Il est temps et il est urgent de s'en rendre compte.

N'ayons pas peur des mots. Seul le vote communautaire massif en faveur du seul candidat qui défend une conception émancipatrice de la laïcité qui permet à chaque citoyen de trouver sa place dans la société quelles que soient ses convictions, qui assure l'égalité des droits des citoyens en enfin une laïcité qui assoit le principe de la dévolution de la puissance publique à l'intérêt général[1]. 

" Il y a dans ce pays, fabriquée, alimentée par tout un courant d'idées, une haine des musulmans déguisée en laïcité. La laïcité, ce n'est pas la haine d'une religion. l'Etat laïque, ce n'est pas un athéisme d'Etat"[2]

Oui, les 10 et 24 avril prochain, je voterai pour Jean Luc Mélenchon et j'appelle tous les citoyens musulmans qui en ont assez d'être stigmatisées à longueur de journée par les politiques et les médias à voter pour le seul homme qui capable de gagner cette élection et de présenter une alternative à plus de 30 ans de débats et de lois discriminantes et stigmatisantes. 

Moi, Français musulman, je vote Mélenchon, car c'est le seul représentant du peuple qui a eu les mots justes pour dénoncer le projet de loi contre le Séparatisme en la jugeant à juste titre inutile et dangereuse :

«Non, les chemins de la raison ne s'ouvrent pas à la faux. Non, la porte de l'universel ne s'ouvre pas à coups de pied. Non, l'amour de la République, comme tout amour, ne vaut rien sous la menace.»[3]

Moi, français musulman, je vote Mélenchon, car c'est l'un des rares hommes politiques qui ne se résigne pas à accepter l'Islamophobie comme un droit comme certains le voudraient.

L'Islamophobie, tout comme la Judéophobie sont des racismes qu'il faut combattre.

Moi Français musulman, j'appelle mes concitoyens musulmans à voter pour le programme de Jean Luc Mélenchon. C'est notre façon de témoigner de notre attachement à la République et à la Franc et en même temps de nous opposer à la déferlante raciste et islamophobe.

Le bulletin de vote est notre seule arme.

Vive la France, Vive la République !

Fath Allah Meziane

[1] Programme commun de la France Insoumise

[2] BFM TV le 12 novembre 2020 Ruth Elkrief

[3] Pourquoi la République Laïque de Mélenchon fracture la gauche. Valentin Soubise. Slate. 17/02/21

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille
Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne
Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone
Billet de blog
Lettre ouverte d’étudiantes d’AgroParisTech
Ces étudiantes engagées dans la protection contre les violences sexuelles et sexistes dans leur école, réagissent à “Violences sexuelles : une enquête interne recense 17 cas de viol à AgroParisTech” publié par Le Monde, ainsi qu’aux articles écrits sur le même sujet à propos de Polytechnique et de CentraleSupélec.
par Etudiantes d'AgroParisTech